Forum RPG sur l'univers Harry Potter, 20 ans plus tard.
 

Partagez | 
 

 FLASHBACK : kiss in Peru (pv Pedro) TERMINADOS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Wolf Shadow
avatar
Wolf Shadow
Messages : 136
Points RP : 594
Localisation : London

ID
Âge: 20
Inventaire:
Camp: Neutre

MessageSujet: Re: FLASHBACK : kiss in Peru (pv Pedro) TERMINADOS   Jeu 4 Mai - 21:38



fight in Peru
Shae ξ Pedro



Atteindre l'aconit n'avait pas été chose aisée ; mais observer Pedro jouer au funambule sur des pierres en lévitation était certainement l'une des choses les plus terrifiantes qu'il lui ait été donné de voir, surtout quand il lui avait lui-même interdit de faire de même. Elle avait cru que son coeur allait sortir de sa poitrine, et un flot d'insultes s'était échappé d'entre ses lèvres fines, silencieuses mais articulées. Tout ça dans une montagne habitée par un dragon ... bruyant. Elle avait entendu les derniers cris de leur âne avant qu'il ne se fasse bouffer, et elle était désormais persuadée que le dragon les attendait, sur le chemin du retour. Malheureusement, ils n'avaient pas le choix. Quand Pedro revint, la besace pleine d'Aconit du Pérou, il n'exprimait rien, le visage impassible et concentré. Elle en était presque déstabilisée, de ne rien déchiffrer, après un tel exploit. Elle l'aurait bien félicité - ou engueulé à vrai dire, pour cette idée saugrenue de sauter sur des pierres qui en lévitation - mais elle n'en eut pas le temps. Un souffle chaud vint les surprendre, les menacer.

Shae sortit sa baguette, le visage pâle comme la mort, tandis que Pedro lui pressait la main d'un air désolé. Elle aurait pu s'en émouvoir dans d'autres circonstances, mais là, ce n'était vraiment pas le moment, et son cerveau avait enclenché le mode survie. La survie, ça passait par ne pas se laisser distraire par tout et n'importe quoi, et rester concentré sur son objectif. Son objectif, c'était de s'en sortir en vie. Après ça, elle lui roulerait une bonne grosse pelle pour fêter ça, et elle ne le laisserait pas retomber dans son mutisme sans une bonne explication. Oui. Voilà. Elle allait faire ça. Ils s'enfoncèrent de nouveau dans l'épais labyrinthe piquant, la jeune sorcière attentive au moindre roulement de pierre. La tension était réelle, palpable, et des gouttes de sueur glacée roulaient au creux de ses reins, lui rappelant que la mort n'était pas loin.

Le silence, perturbé par les grondements lointains, ou proches selon son niveau d'anxiété, et le bruit de pierres roulantes, était plus qu'angoissant. La jeune femme serrait sa baguette à s'en faire pâlir les jointures, la mâchoire crispée, tout son corps tendu, nerveux, prêt à bondir comme une gazelle pour courir pour sa vie, ou au contraire, mourir dignement, en laissant des traces de son passage. Shae Viridian ne mourrait pas comme une vulgaire sorcière basique. Elle partirait dans une bataille épique, ou un grand bang. Rien d'autre. Jetant des coups d'oeils à Pedro, son coeur se serrait à l'idée de le perdre et de survivre. Elle ne permettrait pas cela. Jamais. Il lui avait trop apporté pour qu'elle le laisse aux griffes d'un dragon et accepte de s'enfuir. Elle ne savait pas encore si il oserait proposer l'idée, mais elle connaissait déjà la réponse. Un non catégorique. L'homme qu'elle désirait, et peut-être même qu'elle aimait - ça elle n'en était pas sûre, elle n'avait jamais aimé quiconque - ne mourrait pas pour sauver sa vie. Ce genre de tragédie, elle le laissait bien volontiers aux autres.

Enfin, ils arrivèrent dans l'énorme salle voutée qu'ils avaient traversé quelques temps plus tôt. L'atmosphère avait radicalement changé, et pour cause : on n'y voyait plus rien. Grognant, la jeune femme serra d'avantage la main de Pedro, se rassurant en sentant les cals rugueux sous ses doigts fins. Le grondement sonore la fit légèrement trembler, mais si son corps cédait à la panique, son mental restait d'acier. Scannant les environs d'un regard précis, bien que paniqué, elle restait immobile, avançant avec une prudence extrême, la tension de son corps s'accentuant encore. La vision d'un monticules de cadavres collait au décor, mais n'empêcha pas la bile de remonter jusqu'au bord de ses lèvres. Dégoûtée, elle détourna le regard, tandis que Pedro lui chuchotait

« Nous sommes bien dans la tanière de ce maudit dragon …  Il faut trouver la sortie au plus vite … Je pense que cet endroit recèle encore un peu de magie malgré tout. Peut-être que si l’on retrouve les runes que j’avais vu à l’allée, on arriverait à retrouver une porte dérobée. »

Elle approuva d'un hochement de tête. Les runes. Elle connaissait les runes. Une de ses matières favorites à Poudlard, elle avait voulu s'en faire tatouer mais n'avait pas eu l'occasion. A la place, elle en collectionnait des centaines dans la chambre de chez ses parents, à Londres. Des gravées dans du quartz, d'autres dans de l'opale ; sa collection s'agrandissait dès qu'elle avait quelques Gallions et du temps libre. Elle en connaissait la plupart, de nom, de propriété. Mais tout ce savoir, dans la panique, lui semblait brumeux et confus. Elle espérait pouvoir les tirer d'affaire, désespérément, et la pression de réussir s'abattit sur elle, chape de plomb supplémentaire dont elle se serait bien passé.

A peine avait-elle eu le temps de mettre cette pensée dans un coin qu'un craquement terrible lui fit échapper un cri effrayé, tandis qu'elle sursautait et agrippait le bras de Pedro. La carcasse de leur pauvre mule de voyage dégringolait des ténèbres, et s'écrasa dans un atroce bruit, ramenant la bile au bord de ses lèvres. Elle allait vomir. Non, non non. Elle ravala difficilement sa salive, contrôlant sa respiration qui devenait de plus en plus saccadée. Ne pas céder à la panique. Ne pas céder à la panique. Elle se répétait ce mantra, avec force, détournant le regard, tentant de conserver le peu de sang-froid qui lui restait. Pedro la tira soudainement, paniqué, et elle eut le temps d'apercevoir deux globes jaunes vifs les observer d'un air complètement sadique avant qu'ils ne se mettent à courir, plus poussés par leur instinct que par un quelconque sens de l'orientation. La panique lui donnait des ailes, et elle courut, plus vite qu'elle n'avait jamais couru, jusqu'à un pan de mur humide couvert de runes. Shae lâcha la main de Pedro et se mit à tapoter chaque brique de sa baguette en prononçant le nom des runes inscrites, désespérément, des sanglots de panique entrecoupant chaque prononciation.

Un jet de flamme, du feu sauvage, destructeur, vint les percuter, tandis que Pedro les protégeait d'un charme du bouclier efficace, mais trop simple pour tenir sur la longueur. Elle le savait, elle les avait étudié. Elle ne pouvait pas et l'aider à consolider le bouclier, et chercher la bonne rune, aussi, tenta-t-elle de rester concentrée sur les runes. Mais la peur de le perdre l'emporta, et elle vit du coin de l'oeil le dragon stopper son jet de flammes incandescentes et s'approcher, bête énorme et sauvage, qui devait bien faire 6 mètres au garrot. Levant une patte griffue immense, il semblait vouloir charger Pedro, qui semblait étrangement concentré sur autre chose, l'air souffrant.

Shae ne réfléchit pas. Pas une seconde de cet instant ne fut pensé précautionneusement. Elle se vit, comme expulsée de son propre corps, baisser sa baguette et tirer Pedro au sol sans ménagement avec un cri d'avertissement plus inhumain et inarticulé que le contraire. Elle voulut lever sa baguette et prononcer une incantation de Bouclier plus puissante, mais le reptile était trop rapide, et elle trop empressée. Le simple Protego manquait de conviction, et il vola en éclat à la seconde où la patte atteignit la sorcière, la protégeant suffisamment pour lui sauver la vie, mais pas assez pour sauver son visage.

Comme au ralenti, elle sentit la griffe percer sa peau, juste au dessus de l'oeil qu'elle ferma par réflexe, évitant peut-être à un millimètre de se le faire percer. Les probabilités et statistiques ne faisaient plus effet dans cet instant. Tout ce qu'elle savait, c'est que dans sa douleur et sa rage, elle explosa, et son hurlement se manifesta par un sortilège d'expulsion plus puissant que tout ceux qu'elle avait déjà lancé. Le dragon géant recula de trois bons mètres tandis qu'elle tombait lamentablement au sol, le visage en sang, une fureur brûlante courant dans ses veines. Aveuglée, littéralement, par le sang coulant sur son oeil gauche, et figurativement par la rage et par la haine, elle se redressa péniblement, sur les genoux, visant le dragon qui chargeait de nouveau, à peine sonné par son impressionnante démonstration de pouvoir.

Visant son oeil gauche dans un pur sentiment de vengeance primaire et instinctive, elle se rappela de la seule chose dont elle se souvenait sur les dragons et comment s'en défendre : viser les yeux. Un cri et une incantation plus tard, et le dragon rugissait de plus belle, fou de rage, tandis que son oeil crevé laissait échapper un rire à la sorcière devenue à moitié folle de rage et de douleur. Toute la partie gauche de son visage l'élançait atrocement, et pourtant, dans cet élan inouï de violence, elle se souvint de la rune qu'il lui faudrait trouver.

- ELHAZ ! Il faut que l'on trouve la rune d'Elhaz !! C'est la rune qui dissimule et qui protège !!

Son cri rauque résonna, et sans attendre, elle jeta des regards désespérés de son seul oeil valide au mur humide, cherchant à repérer la forme élancée et ouverte d'Elhaz.


_________________
HURRICANE
© FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poudlard
avatar
Poudlard
Messages : 81
Points RP : 408
Localisation : Londres

ID
Âge: 38 ans
Inventaire:
Camp: Résistant sorcier

MessageSujet: Re: FLASHBACK : kiss in Peru (pv Pedro) TERMINADOS   Jeu 4 Mai - 23:56



fight in Peru
Shae ξ Pedro



« NON ! » lança-t-il lorsque Shae se précipita vers le monstre.

Alors qu’il voulut interrompre l’affrontement entre sa jeune élève et le dragon, son avant bras se crispa soudainement, le forçant à lâcher sa baguette magique. Une douleur intense lui parcourait le bras tel un courant électrique insupportable. Pedro releva sa manche pour vérifier l’état de sa blessure. Ses veines saillantes ressortaient bien trop pour que cela soit normal. Le sang se noircirait et des rougeurs apparaissait tout autour de sa main magique. La douleur était si intense, qu’il du s’accroupir tout en tenant son bras. Heureusement, Shae était bien trop occupée à combattre le démon volant. Elle se débrouillait bien … du moins, jusqu’au moment où il asséna un coup de griffe virulent sur son charme du bouclier qui céda aussitôt.

La jeune femme fut projetée en arrière, se tenant la moitié du visage entre les mains. Elle était blessée. Du sang inondait sa chemise, tandis que le dragon se rapprochait un peu plus, bombant fièrement le torse. Intervenir était impossible pour Pedro. Sa main était complètement hors d’usage et l’autre tremblait si fort qu’il lui serait impossible de tenir correctement sa baguette magique. Il ne s’était jamais senti aussi inutile de toute sa vie. D’un air dépité, il jeta un regard vers son héroïne. Un halo de fierté brillait tout autour d’elle. Mais si elle mourait au combat, arriverait-il à se le pardonner un jour de l’avoir embarqué sous son aile ? Probablement pas. Mais si Shae mourait, alors il n’aurait que quelques secondes pour pleurer sur son sort funeste. Il ne pouvait l’encourage, car la douleur aussi profonde soit-elle, l’empêchait de souffler le moindre mot.

Cette situation était intenable. Couper définitivement son bras aurait peut-être résolu le problème. Ou peut-être pas. Le venin circulait dans tout son corps. Il allait mourir dans une souffrance latente. Il le savait maintenant. Aujourd’hui c’était son bras, demain ça serait sa jambe, puis petit à petit, jusqu’à atteindre son cœur. Paralysé, il serra compulsivement la mâchoire pour ne pas paraître faible. La fièvre, puis la sueur l’enveloppa tout entier. Il devait résister pour Shae, se montrer fort, ne pas paraître malade. L’inquiéter d’avantage était inutile.

Finalement, elle envoya le dragon valdinguer dans la pénombre, pour lui flanquer un sortilège en plein dans les yeux. Le monstre s’envola dans un grognement plaintif. Débarrassé du dragon, la jeune femme courut en direction de Pedro, le visage cramoisie, couvert de sang. Le Botaniste recouvrit son bras prestement, puis attrapa sa baguette magiquement parmi les ossements et éclaira le mur de pierres. Ils trouvèrent ladite rune et d’une voix clair et distincte, prononcèrent l’incantation qui réveilla le symbole encore emprunt de magie. Une porte lumineuse se dessina dans la roche. Sans la moindre hésitation, les deux sorciers plongèrent dans la lumière et en un battement de cils, se retrouvèrent propulsé au pied de la tour délabrée. La fraicheur du vent et la vision de la vallée sinistre de Chinchao s’offraient sous leurs yeux mi-clos. Jamais Pedro ne s’était senti aussi soulagé de voir un désert de végétation morte et calcinée.

Il se rapprocha de Shae, attrapa son menton et analysa cliniquement son visage. Il n’était pas Médicomage, mais savait que ce genre de blessure ne se guérissait pas avec un simple sortilège de magie blanche. Trouver un Chaman dans les forêts du Pérou n’était pas difficile. Mais il doutait en trouver dans cette vallée désertique. Il voulut lui proposer une idée, mais le grognement du dragon et la terre tremblant sous leurs pieds l’en empêcha. Un éboulement de pierres jaillissait tel l’éruption d’un volcan au sommet de la tour. Le dragon fendit l’air vers le ciel gris, rugissant telle une bête furieuse. Un œil en moins, il était encore capable d’attraper ses agresseurs et leur faire mordre la poussière pour ce qu’ils avaient fait.

Son estomac se resserra aussitôt. Shae et Pedro n’étaient plus en état de se battre. Affaiblit, les muscles atrophiés par la douleur et à bout de souffle, la seule issue possible était la fuite. Dans un commun accord sans prononcer le moindre mot, ils dévalèrent la montagne à toute hâte, jetant quelques sortilèges au dessus de leurs épaules en direction du dragon. Visiblement, le monstre ailé n’arrivait pas à éviter aussi bien qu’avant les sortilèges. Il fut déboussolé à plusieurs reprises, permettant aux explorateurs de regagner le marécage macabre. L’avancée dans ces terres boueuses était bien plus difficile. Pedro sentait ses jambes flancher à plusieurs reprises. Mais le dragon ne paraissait pas perdre son haleine. Il fonça droit devant ses proies ridiculement petites, puis s’arrêta net à la frontière du marécage. Il rebroussa chemin de quelques mètres, poussant sur ses puissantes ailes, rugissant de rage. Visiblement, quelque chose l’empêchait d’aller plus loin. Probablement un charme ou un maléfice qui l’avait emprisonné dans cette montagne.

Qu’importe, voilà qu’ils étaient en sécurité. Le dragon souffla un feu ardent et dévastateur. On pouvait apercevoir une barrière magique transparente bloquant l’attaque du monstre. Dans la lumière du jour, Pedro put distinguer la blessure que Shae lui avait infligée à l’œil. Il continuait à cracher son braisier contre la paroi transparente. Alors que des fissures commençaient à faire leur apparition aux endroits atteints, Pedro indiqua à Shae de presser le pas. Ce marécage n’était vraiment pas leur dernier répit. La barrière magique allait céder d’un instant à l’autre vu la conviction que mettait cette créature magique à vouloir éradiquer ses ennemis une fois pour toute.

Alors qu’ils n’étaient plus qu’à quelques mètres de la forêt verdoyante, la barrière se brisa dans un bruit cristallin. Le hurlement bestial du dragon résonna dans un écho sauvage au plus profond des organes du Botaniste. Un sentiment effroyable l’envahissait et son bras le lancina de plus belle. Il se crispa à quelques mètres seulement de la frontière et se maudissait de ne plus réussir à avancer d’avantage. Il était comme paralysé par le mal qui le rongeait de l’intérieur. Shae avait beau lui gueuler dessus, lui lancer des regards paniqués et lui tirer le bras pour qu’il avance, Pedro ne pouvait plus rien faire. Il était condamner à rôtir sous le feu ardent d’un dragon. Qu’elle belle mort …

L’ombre ailée pesait sur lui et il sentait déjà la mort s’abattre, rongeant sa peau, ses muscles, puis ses os. Mais dans un espoir inespéré, une lumière blanche les sauva in extrémiste. Le dragon fut projeté en arrière à plusieurs reprises, puis perdant patience, fit demi-tour dans un grognement agacé. Pedro se releva avec l’aide de Shae, puis dirigea son regard vers la personne qui venait de les aider. C’était une femme toute vêtue de blanc, la peau légèrement halée, les traits asiatique, et dont une longue tresse noire tombait lourdement sur son dos.

« Venez vite ! Il va revenir. Suivez moi ! »

Pedro sentit l’hésitation de Shae. Il lui fit un signe de tête pour avancer et ne pas discuter l’ordre de la « sauveuse ». Les sorciers se glissèrent sous l’épaisse couverture végétale qu’offraient les arbres et les lianes. Cette femme n’avait pas tort, le dragon revint à la charge. Mais trouver ses proies dans cette forêt dense et massive était aussi difficile que chercher une aiguille dans une botte de foin. Il rodait tel un vautour, prêt à réduire en cendre cette partie de la forêt au moindre mouvement suspect.

Pedro et Shae suivirent leur sauveuse sans prononcer le moindre mot. Elle marchait prestement, comme si la forêt était son terrain de jeu quotidien. Elle se tenait droite, marchait d’une manière surnaturelle et ses étoffes blanches lui donnaient un air aérien. Pedro ne put s’empêcher d’étirer un large sourire, lorsqu’elle tourna son regard dans sa direction. La nuit commençant à tomber, elle leur fit signe de s’arrêter. Les rugissements du dragon s’élevaient dans le lointain, confirmant leur avancée vers une zone plus sécurisée et plus isolée. La sorcière blanche sortit un large bocal de sa besace et d’un petit coup de baguette magique, fit scintiller une centaine de lucioles qui y tournoyaient à l’intérieur.

Ce n’est qu’une fois installé près d’un feu réconfortant, que Pedro se rapprocha de Shae pour observer plus attentivement l’état de sa blessure.

« Il t’a vraiment pas loupé hein … tu n’aurais pas du t’opposer toute seule à ce dragon Shae. Tu m’as fait sacrément peur. Parfois tu agis sans réfléchir … »

Sa voix était posée, calme et se voulait réconfortante. Mais au fond, Pedro était énervé qu’elle ne prenne pas plus au sérieux leur expédition. Pourquoi agissait-elle toujours sous un coup de tête ? Il détacha son regard de ses yeux, puis fouilla dans sa sacoche. La sorcière blanche se rapprocha d’eux d’un pas feutré.

« La blessure n’est pas profonde. Applique cette texture sur ton visage jeune fille, ça devrait pouvoir cicatriser sans y laisser une trace trop pénible à regarder. »

Elle adressa un sourire bienveillant à Shae tout en lui tendant un mélange d’herbes sous forme de pâte visqueuse. Enfin, elle s’installa sur une souche d’arbre et attisa le feu sans un mot. Pedro se redressa, puis se rapprocha de la femme.

« Excusez moi, mais nous n’avons pas eu le temps de vous remercier pour … ce que vous avez fait. Merci encore. Merci pour tout. Comment vous appelez vous ?

« Maya » dit-elle d’une voix presque rêveuse. Puis elle lui sourit, mais ne souffla pas le moindre son supplémentaire.

« Enchanté Maya, nous c’est Pedro et Shae. Nous sommes venu en quête de plantes exotiques. Dites, je peux me permettre de poser une question ? Qu’est-ce qui s’est passé  ici? Je veux dire … ces terres brulées, sinistrées, qu’est-ce qui a poussé ca dragon à devenir complètement fou ? »
« Dormez, vous êtes épuisés. Je vous raconterai tout après une bonne nuit de sommeil. »

Pedro sortit deux lourds sacs de couchage de leurs sacs de rando, puis s’allongea près de Shae. Dans la lueur des flammes, il observa son visage balafré, couvert d’une texture bizarre qui sentait le champignon frais.

« On l’a échappé belle aujourd’hui … heureusement que Maya était là pour nous sortir d’affaire. Ca va ? »



_________________
until the love runs out
the same smile every day, the sirens calling away, this mean so much more. the floating boat is carrying me, and i can live my story differently. (⚡) le chant des sirènes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wolf Shadow
avatar
Wolf Shadow
Messages : 136
Points RP : 594
Localisation : London

ID
Âge: 20
Inventaire:
Camp: Neutre

MessageSujet: Re: FLASHBACK : kiss in Peru (pv Pedro) TERMINADOS   Ven 5 Mai - 2:18



fight in Peru
Shae ξ Pedro



Les moments qui suivirent furent pour Shae aussi vaseux et irréels qu'un rêve. Tout semblait au ralenti. Sa blessure l'élançait, et elle ne voyait presque rien avec le sang qui s'écoulait à flot sur son visage, teintant ses vêtements d'écarlate, une flaque se formant au sol, tandis qu'elle cherchait désespérément la bonne brique, la bonne rune, celle qui leur permettrait de sortir. Quand enfin, elle apparut sous l'oeil désespéré de Shae et les deux yeux fonctionnels de Pedro, ils ne perdirent pas une seconde. Prononçant l'incantation, ils se jetèrent au travers de la sortie, se ruant vers la liberté comme des fous. Enfin ! Shae faillit s'écrouler au sol, le corps parcourut de spasmes entre le soulagement et le désespoir. Elle avait mal, elle était couverte de sang, et elle se sentait franchement traumatisée par tout ce qu'elle venait de vivre, son cerveau toujours bloqué dans un mode de survie intense et prenant.

L'adrénaline dans ses veines refusait de la calmer, et prise de tremblements, elle parvint à grand peine à rester suffisamment maitresse d'elle-même quand Pedro l'examina, l'air inquiet qu'elle percevait ne la rassurant pas d'un iota, ses mains toujours crispées sur sa baguette, le souffle haché de peur. Et son corps avait raison, apparemment de refuser de se calmer. Ils n'eurent que quelques minutes de répit, avant que la dragon ne fasse exploser tout un pan de la montagne pour venir les chercher. Apparemment, lui aussi il était très "oeil pour oeil, dent pour dent"... Et il n'était pas content. Un glapissement de terreur échappa à Shae qui, après une seconde de concertation, se mit à dévaler la pente, Pedro à sa suite, lançant des sortilèges explosifs de temps en temps pour déstabiliser leur terrible adversaire, bien que les effets soient pour la plupart bien décevants.

Plus jamais elle n'affronterait de dragon, songeait Shae. Le prix des bottes de cuir n'en valait vraiment pas la peine, et elle tenait bien trop à la vie. Ses jambes tremblaient tellement qu'elle craignait de les voir lâcher à chaque foulée, et l'arrivée dans les marécages ne fut en rien un soulagement. Certes, ils étaient en bas, mais le paysage peu amical les ralentissait. Elle voyait déjà sa dernière heure arriver, tandis que la silhouette sombre et mortelle du dragon leur fonçait dessus, un cri bestial s'échappant de son corps puissant aux arêtes tranchantes. Ses écailles, plus dures et brillantes que de l'acier, reflétait la couleur laiteuse du ciel gris, et la jeune sorcière, les mollets dans la boue des marais, ne pouvait que le regarder arriver, impuissante, furieuse de s'être enfuie plutôt que d'être restée se battre sur un sol qu'elle aurait au moins pu maitriser.

A sa grande surprise néanmoins, une barrière qu'ils n'avaient pas sentis, ni vus, à leur premier passage, se matérialisa au contact du dragon, le stoppant net dans sa folie vengeresse et meurtrière. Un soupir de soulagement s'échappa des lèvres de Shae, se confondant avec le cri de rage du dragon qui s'acharnait à présent sur ladite barrière, leur laissant une chance inespérée de s'éloigner des marais et de courir vers la forêt luxuriante bordant la vallée. Le pas hâtif, posant une main sur la plaie et grimaçant de douleur et de rage, la jeune sorcière tentait d'éponger le sang qui ne voulait pas s'arrêter de couler tout en atteignant la forêt, ne prêtant que peu d'attention au dragon qui s'était mis à l'oeuvre de détruire la barrière le retenant et l'empêchant de les tuer, eux, ses proies.

Malheureusement pour eux, la barrière finit par céder, et le dragon s'échappa, libre. Mais ils ne restaient qu'une poignée de mètres avant la forêt, et Shae ne comptait pas abandonner ! A sa grande détresse, Pedro s'arrêta, l'air souffrant, sans qu'elle n'en comprenne l'origine. Où avait-il mal ? Ce mal était-il donc si grand qu'il allait se laisser tuer, si bêtement ? Lui, Pedro Mortimez ? Le grand chercheur connu ? Oh hell no. Shae lui saisit vivement le bras, le tirant avec ardeur, hurlant son nom, l'insultant, paniquée, désespérée. Ce qu'elle voyait en lui, cette espèce de sombre résignation, la terrifiait peut-être encore plus que le dragon, et elle se haissait de ne pas avoir la force nécessaire pour le tirer de cette souffrance et de cette résignation.

C'est à cet instant, où tout semblait perdu, que la lumière blanche s'abattit sur eux. Shae, déjà aveuglée, se roula en boule au sol, se relevant presque immédiatement, baguette à la main, prête à en découdre. Découvrant une femme, elle lui lança un regard méfiant, mais le dragon avait fui, et l'inconnue semblait, à défaut d'amicale, bienveillante. Sans réfléchir, elle aida Pedro à se relever, et passant un bras autour de sa taille pour le soutenir, elle le traina avec elle, suivant la femme, comme il semblait lui indiquer de le faire. Elle n'aimait pas du tout ce revirement de situation, mais était trop épuisée, blessée, et à bout de force pour protester. Tout ce qui lui importait, c'était de trouver un endroit sûr, et de s'y reposer. Guérir sa blessure. Et rédiger le plus long rapport hebdomadaire de sa vie, incluant la bataille contre le dragon. Epique.

Ils marchèrent un moment, s'éloignant du dragon, de ses rugissements, et de son incapacité à franchir la barrière protectrice des arbres que leur offrait la forêt. L'ambiance était radicalement différente de celle de la Vallée de Chinchao. Presque apaisante. Quand la lumière déclina, et que Shae se prit une énième fois le pied dans une racine, l'inconnue les fit enfin s'arrêter, et avec des mouvements précis et économes, témoignant de son habitude et de son expérience, établit rapidement un campement. Le feu réconfortant ne tarda pas à briller, et Shae s'affala devant, un bout de sa chemise déchirée lui servant de compresse, déjà imbibée de sang. Le flot avait fini par se tarir durant cette énième randonnée, la laissant assombrie et silencieuse. Elle n'aimait pas l'inconnue, elle n'aimait pas les sourires que Pedro lui offrait, et elle aimait encore moins la pitié compatissante qui envahissait leurs regards quand ils détaillaient son visage.

Pedro justement, vint l'examiner, l'aidant à nettoyer le reste du sang coagulé. Elle était incapable d'ouvrir l'oeil, et la plaie, rouge et sanguinolente, ne devait présager rien de bon.

« Il t’a vraiment pas loupé hein … tu n’aurais pas du t’opposer toute seule à ce dragon Shae. Tu m’as fait sacrément peur. Parfois tu agis sans réfléchir … »

Elle lui jeta un regard sombre, ne marchant pas une seule seconde dans le ton réconfortant qu'il tentait d'adopter

- De rien de t'avoir sauvé la vie, sinon.

Sa voix avait claqué sèchement, plus qu'elle ne l'aurait voulu, mais elle n'était plus d'humeur à être polie et arrangeante. Si il avait des reproches à lui faire, qu'il les fasse. Elle se ferait un malin plaisir de lui rappeler QUI l'avait mise dans cette situation en premier lieu.

Leur étrange bienfaitrice crut bon de venir rajouter son grain de sel, attirant elle aussi le regard noir de Shae.

« La blessure n’est pas profonde. Applique cette texture sur ton visage jeune fille, ça devrait pouvoir cicatriser sans y laisser une trace trop pénible à regarder. »


Shae eut envie de lui envoyer son pot au visage, mais se contint. A la place, elle marmonna un remerciement et, reniflant la pâte visqueuse avec un brin de méfiance, finit par l'appliquer sur la plaie avec un soupir de soulagement. Le mélange apaisait déjà la douleur, et les picotements magiques annonçaient une cicatrisation rapide et indolore. Bon. Peut-être que cette nana étrange n'était pas si mauvaise que ça. En attendant, si il y en avait bien un qui semblait sous le charme, c'était Pedro. Tout mielleux et poli, il donnait envie à Shae de s'arracher l'oeil qu'il lui restait pour ne pas assister à ce spectacle écoeurant qu'il offrait. Ah bah elle il la remerciait bien sûr ! Mais des remerciements, à celle qui avait supporté son poids une partie du chemin ? Niet !!

L'inconnue leur enjoignit le sommeil et Pedro déplia les sacs de couchage qu'ils avaient déjà utilisés durant leur périple. Ils ne payaient pas de mine, vue de l'extérieur, mais Shae savait qu'ils offraient tout le confort possible pour deux sorciers en vadrouille. Elle s'y glissa sans piper mot, la mixture agissant toujours sur sa blessure, une forte odeur de champignon s'en dégageant. Ah bah forcément, à côté de la sorcière blanche, son quotient de sensualité était réduit. Elle se blottit dans son sac, une profonde lassitude mêlée à sa rancoeur s'installant dans son coeur au même moment. Serait-elle défigurée ? Borgne ? Elle l'ignorait, et cette ignorance lui pesait, avec force. Lorsque Pedro s'installa près d'elle, le regard rivé sur cette blessure qui devenait déjà une partie intégrante d'elle, Shae eut envie de se tourner, se dissimuler. Disparaitre.

Mais elle ne pouvait pas, et cela la rendait plus malade encore que l'étrange malaise qui régnait entre eux depuis des jours. Pedro finit par ouvrir la bouche, étrangement loquace depuis leur survie inopinée, lui qui pesait pourtant toujours ses mots avec prudence, habituellement.

« On l’a échappé belle aujourd’hui … heureusement que Maya était là pour nous sortir d’affaire. Ca va ? »

Elle lui décocha un regard sombre et répondit d'un grognement, avant de se sentir obligée d'élaborer.

- Oui. Il faudra bien que ça aille de toute façon.

Elle lui tourna presque immédiatement le dos après cela, et s'endormit, rêvant d'un bain chaud et d'une bouteille de tequila pour ne plus ressentir une seule courbature de son corps endolori. Le crépitement du feu la berçait, et Maya fredonnait une étrange mélopée. Ce furent ses derniers souvenirs, jusqu'à ce qu'elle s'éveille, aux aurores, son corps crispé en un noeud de courbatures fourbues. Une étrange décoction fumait sur le feu, et Pedro semblait encore assoupi. Shae se redressa, voulant se frotter l'oeil avant de se rappeler des évènements de la veille. Maya lui adressa un sourire doux, et la jeune femme répondit d'une grimace censée être un sourire également.

Elle se leva prestement, s'approchant du feu.

- Qu'est ce que c'est ?

- C'est pour vous. Buvez, cela vous redonnera de l'énergie et effacera la douleur de vos corps. Ensuite, tu viendras me montrer ta blessure.

Son ton était de celui habitué à se faire obéir, aussi, Shae ne protesta pas, se servant une tasse qu'on lui tendait de la décoction, la buvant avec une grimace : le mélange était étonnamment fade. Aussitôt la potion bue, ses courbatures s'effacèrent lentement, et son corps se détendit. Un sentiment de bien-être naquit en elle, et elle s'étira avec délice.

- Ok, j'avoue, c'est pas mal. Vous avez une recette pour votre potion magique ?

Maya se contenta de rire en secouant la tête. Probablement un secret bien gardé - ou d'une simplicité effarante. Shae était trop épuisée mentalement pour chercher une véritable raison. Sa flamme intérieure était éteinte, en braises. Il lui faudrait quelques heures, quelques jours, pour la raviver et la revoir briller fort et haut. Obéissant à l'ordre, elle approcha finalement son visage de la femme, qui l'examina, nettoyant d'un bout de tissu les résidus de la mixture.

- La cicatrisation est bien entamée. Ouvre l'oeil ?

Shae s'exécuta, surprise d'y parvenir aussi facilement. Battre de la paupière était douloureux et tiraillant, mais... Elle y voyait. Un sentiment de soulagement intense la prit. Merlin merci, elle n'était pas borgne. Maya sourit en constatant son soulagement, et tapota la place à côté d'elle. Shae s'assit, le sentiment de bien-être procuré par la potion s'accrochant aux braises de sa propre énergie. Elle respirait plus librement qu'à son lever. Peut-être que tout irait bien en fin de compte. Peut-être qu'elle avait eu tort, de se méfier. Son oeil fonctionnait, la cicatrice persisterait, mais ne la défigurerait pas. Elle avait eu de la chance, ou du talent, de parvenir à lancer un Protego qui avait ralenti la griffe et l'élan du dragon. Elle comptait plutôt sur le talent que la chance, à vrai dire. Elle finit par aller réveiller Pedro, lui secouant l'épaule.

- Hey.. Maya nous a préparé un petit remontant et nous propose de nous amener à un village de sorcier. Deux-trois heures de marche grand max, mais il serait mieux de partir tôt, et j'ai vraiment besoin d'une douche. Alors debout !


_________________
HURRICANE
© FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poudlard
avatar
Poudlard
Messages : 81
Points RP : 408
Localisation : Londres

ID
Âge: 38 ans
Inventaire:
Camp: Résistant sorcier

MessageSujet: Re: FLASHBACK : kiss in Peru (pv Pedro) TERMINADOS   Ven 5 Mai - 12:44



fight in Peru
Shae ξ Pedro



Pedro se réveilla après une nuit difficile et agitée. Parsemée de cauchemars il avait difficilement trouvé le sommeil. Il était couvert de sueur, le teint légèrement blafard, mais retrouva rapidement le sourire lorsque Shae vint le réveiller. La lumière du soleil traversait difficilement l’épaisseur des arbres. Doucement, la forêt se réveillait à son tour. Le chant des oiseaux exotiques s’élevait dans la hauteur des arbres. Cette forêt avait quelque chose de magique, d’étrange et d’envoutant. Rien à voir avec la lande sinistre qu’ils avaient traversé la veille. Pedro y trouvait une certaine satisfaction. Se relevant sur ses coudes, il distinguait la Chaman dont le pan de sa robe flottante tournoyait autour de ses jambes gracieuses. Il remarquait seulement maintenant qu’elle était pieds nus.

Maya prête pour le départ, lorgnait les deux sorciers du coin de l’œil. Elle paraissait aussi fraiche que la rosée du matin. Pedro se débarbouilla le visage après avoir rempli un seau d’eau à l’aide de sa baguette magique, puis jeta un coup d’œil rapide à son avant bras droit. Il tournait le dos à Shae et à Maya, ne souhaitant aucunement les inquiéter d’avantage. Relevant délicatement sa manche, il aperçut avec une certaine amertume que son état s’était empiré. De toute évidence, il devrait écourter le voyage pour retourner à Londres le plus vite possible. Continuer une telle expédition alors que le venin ne faisait que le ralentir n’était pas digne de la plus grande des intelligences. S’il tirait sur la corde trop longtemps, elle finirait par céder. Il entendait déjà les conseils avisés de sa mère, martelant sa tête comme des coups d’enclumes.

Il referma prestement les boutons de sa chemise, attrapa le sac de randonné, puis regagnant les deux jeunes femmes qui n’attendaient plus que lui. Voyant que Shae lui faisait la tête, il laissa Maya prendre de l’avance et trottina aux côtés de son élève. Il voyait bien qu’elle était froissée par les propos de la veille. Qu’il ne s’était pas montré aussi bienveillant que d'habitude. Il n’avait pas prit le temps de la remercier pour le courage dont elle avait fait preuve et simplement, de lui avoir sauvé la vie. Mais engager une conversation alors qu’elle ne montrait aucun signe d’ouverture à un quelconque dialogue, était plutôt difficile. Pedro n’était pas doué pour réconforter les gens, ni même pour trouver les bons mots. C’était certainement la cause de sa longue vie de solitaire. Car il n’osait pas s’engager, prendre les devants et affronter ses peurs. Affronter un dragon, sauter à cloche pieds au dessus du vide et gravir une montagne morte semblait plus facile que d’établir un contact avec Shae.

« Ecoute Shae … »

Une boule énorme se forma dans son estomac. Il avait envie de se volatiliser, de prendre la fuite et poser toute son attention sur une plante quelconque. Même une racine pouvait faire l’affaire. Mais il était un homme maintenant. Et il était temps pour lui d’agir comme tel. Alors il prit une profonde inspiration et se lança.

« Je n’ai pas été cool ces derniers jours. Je n’ai même pas prit le temps de te remercier pour tout ce que tu as fait. Tu t’es montrée franchement courageuse hier face à ce dragon. Je dois dire que tu m’as étonnamment surpris. Dans le bon sens hein ! Je savais que tu étais capable de grandes choses. Tu me l’as déjà prouvé à Poudlard à plusieurs reprises. Mais ce dragon … ce n’est pas donné à tous les sorciers. »

Mince alors, c’était si compliqué que ça de lui avouer réellement ce qu’il avait sur le cœur ? Peut-être que oui. Son estomac se nouait à plusieurs reprises et son cœur s’emballait bêtement à chaque fois qu’il songeait à lui dire ces deux mots pourtant si simples.

« Et puis je voulais te dire que … »

Mais avant qu’il n’ait eu le temps de s’avouer pleinement, Maya le stoppa net dans son élan.

« Nous voilà arrivé ! Bienvenue dans mon village. » dit-elle avait une pointe de fierté dans la voix.

Derrière une épaisse muraille de végétation, se dévoilait un charmant petit village de sorciers. Les habitations étaient simples, couvertes de chaume, de façades en bois brut et au centre un énorme monticule de branches et de bois sec était entreposé. Des groupes de femmes habillées de couleurs vives et couvertes de bijoux, épluchaient de grands bacs de légumes. Les hommes, dont la forme physique était plus que remarquable, réparaient la charpente de plusieurs maisons. Les enfants babillards, jouaient gaiement sur d’étranges balais magiques. Ce village respirait la joie, le bonheur et un certain apaisement envahissait Pedro, sentiment qu’il n’avait pas retrouvé depuis quelques temps.

Maya invita les deux compagnons à prendre place autour d’une grande table à l’ombre d’un arbre massif. Son ombrage apportait fraicheur et réconfort. Maya semblait être le centre de l’attention. Leur arrivée ne passa pas inaperçue, au vu du groupe d’enfants qui les suivait tout en rigolant. Deux petites filles s’arrêtèrent devant Shae et lui tendirent une belle fleur d’un jaune vif et un pendentif d’une pierre d’émeraude méticuleusement travaillée. Un garçon d’environ 14 ans s’arrêta devant Pedro et lui tendit un collier fait de pierres et d'ossements.

« Merci … mais c’est trop d’honneur. Pourquoi de tels cadeaux ? »
« Nous n’avons pas l’habitude de recevoir des étrangers. Vous avez blessé ce dragon qui nous a chassé de nos terres il y a de ça plusieurs années. Et puis, vous avez un bien précieux dans votre besace. C’est la moindre des choses que de vous offrir ces présents en récompense de ce que vous avez traversé et ce que vous nous rapportez. »
« Heu … c’est que … l’Aconit du Pérou est censée retrouver mon laboratoire à Londres. »
« C'est impossible malheureusement. »
« Comment ça ? Comme vous l’avez dit, nous avons risqué nos vies pour récupérer cette plante. Je peux vous en laisser une, mais le reste repartira avec nous. Nous n’avons pas fait tout ce chemin pour rien. »

Son ton était ferme et dur. Bizarrement, Pedro n’aimait plus autant cet endroit et ni même cette femme. De quel droit se permettait-elle de lui dire ce qu’il lui devait ou non. Il ne lui avait jamais rien demandé. D’ailleurs, Shae aurait très bien pu le sortir de cette mauvaise passe. Les traits du visage de Maya se durcirent également, la rendant beaucoup moins sympathique. Le garçon bomba le torse, légèrement plus menaçant qu’il ne l’était avant. Les deux petites filles, quant à elle, quittèrent le groupe à toute hâte.

« Hier vous m’avez demandé ce qui s’était passé sur ces terres. Je vais vous le raconter. Mais essayez de vous montrer plus conciliant envers moi et mon peuple. Vous êtes toléré ici. »

Pedro tourna son attention vers Shae, illustrant la mine d’un gamin boudeur. Il haussa les épaules et s’installa sur la souche d’un arbre après l'invitation de Maya.

« Il y a plus de dix ans, la vallée de Chinchao nous appartenait. Nous étions une communauté de sorciers et sorcières grandissante et prospère. Nous vivions en osmose avec la nature et les créatures magiques qui habitaient la forêt. Dont ce dragon, connu son le nom de Fafnar. La montagne recelait des plantes vertueuses, aux propriétés magiques et incroyables. Sauf qu’elles attisaient la jalousie et la convoitise de certains moldus et sorciers peu scrupuleux. En voyant le pillage de certains randonneurs et explorateurs qui n’avaient aucune conscience du mal qu’ils faisaient à notre peuple, on décida de protéger les lieux en engageant Fafnar et en usant des sortilèges repousse moldus. Malheureusement, les choses ne se passèrent pas aussi bien qu’on l’avait souhaité. Un sorcier du nom d’Albar Uk’ a essayé de contrôler Fafnar pour nous gouverner et prendre le pouvoir. Il voulait utiliser les ressources de nos terres pour en faire un commerce, devenir le sorcier le plus puissant et le plus riche de toute la lande. Bref, malheureusement un sorcier mal intentionné contrôlant une créature aussi dangereuse que Fafnar fut une trop grande menace. On décida donc d’enfermer le dragon dans un donjon, au sommet de la forêt, rendant l'accès quasi impossible. »

Elle ferma les yeux un instant. La douleur et la peine se lisaient sur son visage. Le jeune garçon caressa d’un geste amical l’épaule de la Chaman. Elle lui accorda un léger sourire, puis reprit son histoire.

« Albar Uk’ devint complètement fou de rage en voyant ce qu’on avait fait. Il décida de torturer Fafnar pour le rendre plus cruel que jamais et le retourna contre nous. Malgré les protections, les runes, les sortilèges mis en place, Fafnar développa une force incroyable et commença à détruire Chinchao. Les trois quarts de mon peuple succombèrent dans les flammes de la folie. Après avoir réduit en cendres nos terres, Albar Uk disparut, laissant Fafnar gouverner seul sur une lande complètement morte. Avec les quelques survivants, nous érigeâmes une barrière magique afin de limiter les dégâts que pourrait causer Fafnar. Vous comprenez maintenant l’importance de ces Aconits. Ce n’est pas tant leurs vertus qui nous intéresse, mais il s'agit du seul souvenir de nos terres, de notre mémoire. »

« Humm … d’accord. Mais si j’ai bien compris, nous avons libéré un dragon fou sur les terres Péruviennes ? »
« Oui. Je vais vous demander de nous aider à ramener Fafnar à la maison … si vous souhaitez garder ces Aconits »

Pedro souffla lourdement. Maya délaissa les deux sorciers à l’ombre de l’arbre massif, afin de leur donner un temps de réflexion. La tête entre ses mains, Pedro ne savait pas pour quoi opter. Rentrer à Londres sans les Aconits le condamnait certainement à mort. Mais affronter une seconde fois un dragon alors qu’il n’était pas en état de se battre, le condamnerait également à mort. Il tourna son regard légèrement embrumé par les larmes en direction de Shae. Il ne voulait pas la voir souffrir une seconde fois … ce dragon avait manqué de peu de lui dérouiller la tête. Alors risquer aussi gros pour quelques plantes, pour la science et la médecine, était si important ? Il passa une main énervée dans ses cheveux, se leva et shoota un grand coup dans un bol qui se trouvait sur le sol.

« Fais chier ! »

Les poings serrés, son bras le lancinant de plus belle, il contracta compulsivement sa mâchoire pour reprendre son calme et s’asseoir auprès de Shae. Lentement, il la contempla, lorgnant tristement la balafre qui agrémentait son visage juvénile.

« T’en penses quoi ? »




_________________
until the love runs out
the same smile every day, the sirens calling away, this mean so much more. the floating boat is carrying me, and i can live my story differently. (⚡) le chant des sirènes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wolf Shadow
avatar
Wolf Shadow
Messages : 136
Points RP : 594
Localisation : London

ID
Âge: 20
Inventaire:
Camp: Neutre

MessageSujet: Re: FLASHBACK : kiss in Peru (pv Pedro) TERMINADOS   Ven 5 Mai - 22:40



fight in Peru
Shae ξ Pedro


Shae et Maya laissèrent Pedro se réveiller et se préparer, discutant de tout et de rien, la jeune sorcière n'osant poser de questions sur sa cicatrice. La blessure l'élançait beaucoup moins que le jour précédent, et elle remerciait mentalement toutes les divinités magiques de ce monde d'avoir souffert si peu de conséquences de sa rencontre avec le dragon. Elle aurait pu y perdre la vie, elle aurait pu y perdre un oeil. Cette réalisation l'angoissait profondément, mais elle se contrôlait, serrant la mâchoire. Elle aurait sa crise d'angoisse plus tard. Pour l'instant, elle était en sécurité, Pedro était en vie, et une étrange sorcière la soignait et semblait amicale. Tout allait bien. L'humeur toujours assombrie, Shae ruminait tout de même un peu dans son coin. Il ne l'avait toujours pas remerciée, elle. Il la considérait encore comme une enfant stupide. Cette réalisation la mettait dans une colère improbable, et lui donnait envie de l'envoyer balader, ou de lui prouver le contraire. Elle n'était pas encore fixée sur la question, et quand ils se mirent en marche, elle resta en retrait, se demandant sur quel pied danser. L'agression totale, ou plus sournoisement, la revanche lente ?

Il interrompit ses pensées en venant l'accompagner, l'air de vouloir dire quelque chose, mais d'hésiter. Shae ne prononça pas un mot encourageant, le considérant d'un oeil interrogatif.

« Ecoute Shae … »

Elle écoutait. Détaillant son visage pâle, ses joues creusées et ses cernes noirs, elle écoutait, mais surtout, elle observait. Cherchant à percer ce qui n'allait pas chez lui, et dont il ne lui parlait pas. Elle avait bien remarqué, surtout avec le dragon, qu'il n'était pas au mieux de sa forme, et pourtant il ne l'avait toujours pas évoqué. Et Maya n'avait pas proposé de le soigner, comme elle l'avait fait pour elle. De deux choses l'une, soit Pedro ne souffrait pas tant que ça, soit son mal n'était pas en mesure d'être guérit par leurs moyens actuels. Sa rancoeur laissa place à l'inquiétude, et elle l'observa. Allait-il lui annoncer une maladie incurable ?

« Je n’ai pas été cool ces derniers jours. Je n’ai même pas prit le temps de te remercier pour tout ce que tu as fait. Tu t’es montrée franchement courageuse hier face à ce dragon. Je dois dire que tu m’as étonnamment surpris. Dans le bon sens hein ! Je savais que tu étais capable de grandes choses. Tu me l’as déjà prouvé à Poudlard à plusieurs reprises. Mais ce dragon … ce n’est pas donné à tous les sorciers. »

Des compliments, le sésame tant attendu... Shae esquissa un sourire doux. Il n'évoquerait pas son mal, il tentait de se faire pardonner. Amusée et une lueur d'espoir s'allumant dans son coeur à la pensée qu'il se souciait d'elle, et l'estimait, qu'elle l'avait surpris et impressionné ... La blonde se serait bien tordue d'une réplique amusée, mais elle n'en avait aucune qui ne lui venait à l'esprit, perdue dans la contemplation de son visage. Elle n'avait pas eu l'occasion de voir l'état de son visage, et elle se demandait si elle pourrait plaire, à quiconque, après cela. Avait-il l'air dégouté ? Cherchait-t-il à éviter sa cicatrice du regard, ou justement, au contraire, semblait-il rester bloqué dessus ? A l'instant présent, il avait l'air de se concentrer sur tout à fait autre chose et s'en ficher comme de l'an 40. Cela la rassura un instant, et elle attendit la suite. Il ne semblait pas avoir fini d'exprimer tout ce qu'il avait en tête, et pour une fois qu'il faisait de lui-même la démarche... Elle n'allait pas l'en empêcher.

Malheureusement, elle n'entendit jamais la dernière phrase, leur marche se stoppant abruptement. Ils étaient arrivés. Elle oublia rapidement sa déconvenue en découvrant les lieux, colorés, les maisons, et la communauté chaleureuse et accueillante si typique de la région, et profondément magique. C'était comme rentrer à la maison. Le village était simple, sans accommodations modernes, mais tout rayonnait de la joie simple d'une vie en communauté. Maya semblait également rassérénée maintenant qu'ils avaient passés les murs de végétation protégeant le village, et les détails bruyants, colorés et magiques du village charmait de plus en plus la petite blonde qui ne rêvait que d'une bonne douche chaude. Avec un peu de magie et quatre murs de bois pour la protéger des regards indiscrets, ce serait possible non ?

Maya les guida jusqu'à une immense table installée à l'ombre d'un arbre massif, et les invita à s'asseoir et à se reposer. Des enfants leur couraient après, des cadeaux dans les mains, et Shae examina la fleur d'un air perplexe. C'était juste une fleur, qu'était-elle supposée en faire ? Idem du collier. Un peu perdue, elle chercha de l'aide auprès de Pedro qui semblait tout aussi gêné qu'elle avec son collier de pierres et d'ossements. Il s'occupa de faire la parlotte tandis qu'elle tenait les deux objets, l'air paumé. Elle finit par glisser la fleur derrière son oreille, la coinçant dans ses cheveux, sous les exclamations ravies des deux fillettes, et accepta que l'une d'elle lui accroche le pendentif. Dans le doute, elle n'allait pas prendre le risque de les vexer. Pendant ce temps, la conversation tournait au vinaigre. Maya réclamait à présent l'Aconit du Pérou. La plante pour laquelle Shae avait failli perdre son oeil, et pour laquelle ils avaient tous deux failli y passer ? Elle ne manquait pas d'air, la sorcière blanche !

Une exclamation de dédain échappa à Shae, et l'atmosphère changea du tout au tout. Les enfants partirent, et Pedro semblait fortement agacé. Elle le comprenait, ressentait le même dédain pour la demande de la femme, dont l'amabilité lui semblait soudainement bien calculée. Elle les menaça, puis se proposa de leur raconter une histoire, et Pedro, réticent, finit par céder. Shae restait silencieuse, le regard calculateur, attendant de voir où allait en venir leur nouvelle ennemie. Personne ne menaçait Shae Viridian et ne s'en tirait sans contrepartie. L'histoire était basique et pathétique. La jeune sorcière londonienne restait de marbre, tandis que Pedro semblait perdre son calme. Il tenait vraiment à cet Aconit, et elle comprenait. En tant que Botaniste, se trouver confronter à un choix impossible, à savoir devoir renoncer au fruit de son dur labeur, ou retourner affronter un dragon qui les avaient déjà presque tués... Une colère froide circulait dans les veines de la jeune femme, qui scrutait le visage de Maya, une promesse de revanche au fond du regard.

Pedro semblait abattu, désespéré par ce choix impossible et son regard fit serrer le coeur de Shae. Elle se redressa lentement, venant poser une main apaisante sur son bras. Ce qu'elle en pensait ? Bien des choses. Elle prit lentement la parole, son ton froid et dur claquant dans l'air, contraignant Maya à focaliser toute son attention sur elle.

- Vos conditions sont inacceptables. Vous nous utilisez, sous le coup de la menace, et vous nous mentez. Ces Aconit ne vous importent même pas sentimentalement. Elles ne sont qu'un outil pour nous forcer de s'occuper de vos propres faiblesses, de vos propres erreurs, celles qui ont couté la vie à votre peuple. Vous avez de la chance, Maya. De la chance, parce que vous m'avez rendu, vous nous avez rendu service, avant de nous menacer. Ne nous prenez pas à la légère simplement parce que nous sommes affaiblis, vous le regretteriez amèrement.

Elle se tourna vers Pedro, et le saisit par la main, sans lâcher Maya du regard, la considérant toujours d'un air froid et impérieux.

- Nous allons nous concerter. Merci pour votre accueil, j'espère bien que vous comprenez que ce n'est pas une décision prise à la légère.

Elle tira vivement sur le bras de son mentor, et l'entraina plus loin, avant de croiser les bras, plus nerveuse qu'elle n'y paraissait quelques minutes avant, le considérant avec un air grave inhabituel sur son visage.

- Pedro, je vais avoir besoin de ton honnêteté. Est-ce que tu es en état d'y retourner ? Parce que si ce n'est pas le cas, j'irais seule. Hors de question de risquer nos vies, et hors de question de repartir sans l'Aconit. Mais j'ai besoin de savoir...

Elle était sérieuse. L'idée de retourner voir le dragon la rendait folle de terreur, et il lui semblait que son oeil l'élançait plus douloureusement, mais il était hors de question que Pedro soit en danger, un seul instant, à cause d'une sorcière faible et de tout son village d'incapables. Shae - peut-être à tort - avait confiance en ses propres capacités, et son cerveau tournait déjà à toute allure, cherchant un moyen de recréer une barrière plus puissante que celle mise en place autour de la Tour, plus ingénieuse également, qui contiendrait le dragon fou. Et si ça ne fonctionnait pas, elle mettrait fin aux jours de la bête. Elle ne savait même pas comment ça se tuait un dragon, mais elle trouverait bien un moyen, le moment venu. Elle était ingénieuse, pas vrai ?

_________________
HURRICANE
© FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poudlard
avatar
Poudlard
Messages : 81
Points RP : 408
Localisation : Londres

ID
Âge: 38 ans
Inventaire:
Camp: Résistant sorcier

MessageSujet: Re: FLASHBACK : kiss in Peru (pv Pedro) TERMINADOS   Sam 6 Mai - 12:18



fight in Peru
Shae ξ Pedro


« Pedro, je vais avoir besoin de ton honnêteté. Est-ce que tu es en état d'y retourner ? Parce que si ce n'est pas le cas, j'irais seule. Hors de question de risquer nos vies, et hors de question de repartir sans l'Aconit. Mais j'ai besoin de savoir... »

Y aller seule ? Elle n’y pensait pas, non évidemment elle n’était pas sérieuse. Pedro la dévisagea pendant quelques secondes. Si. Les traits de son visage étaient fermes et ne présentaient en rien l’expression d’une blague de mauvais goût. Pedro ne se voyait pas capable d’affronter une seconde fois un dragon. Il était à bout, son corps le lâchait et toute cette agitation allait probablement accélérer le processus du poison. Mais il ne pouvait pas laisser Shae gérer à elle seule cette situation. Non pas qu’il n’ait pas confiance en ses capacités, mais si elle venait à périr sous les coups lors de l’affrontement, jamais il ne pourrait se pardonner de l’avoir lâchement abandonné. Il baissa les yeux vers son bras, tout en se maudissant intérieurement d’être aussi faible. Mais laisser les Aconits ici était hors de question. Maya les avait aidé, alors il était peut-être judicieux de rendre la pareille. Il prit une grande inspiration et regarda Shae droit dans les yeux.

« Ca va. Je vais bien. Ce dragon on l’a déjà battu, alors l’affronter une deuxième fois ne sera pas une mince affaire, mais on y parviendra. On ne peut pas retourner à Londres sans ces Aconits Shae. Et je pense que Maya n’est pas ouverte à une autre proposition. » dit-il en lorgnant d’un mauvais œil la sorcière blanche.

Bien sûr, Pedro avait menti sur toute la ligne. Il était physiquement incapable d’affronter une nouvelle fois Fafnar. Au fond, il sentait que son bras pouvait le trahir à tout moment. Mais laisser Shae seule pour gérer un tel challenge était impossible. Il se contenta donc d’acquiescer face à la proposition de Maya. Tendant les Aconits en gage de leur honnêteté, Pedro sentait que quelque chose n’allait pas. Qu’ils allaient probablement se faire rouler dans la farine et qu’en fin de compte, ils en sortiraient perdant dans cette l’histoire. Mais qu’importe. Ils n’étaient pas dans leur pays, n’avait aucun endroit pour se loger, ni se ravitailler et se trouvaient clairement en position de faiblesse.

Maya leur proposa de partir à la recherche de Fafnar le lendemain dès l’aube. En attendant, elle proposa aux deux invités une petite chaumière sobre, mais agréable, dans laquelle ils pourraient se reposer, se laver et reprendre des forces. Mais Pedro ne trouva pas le repos. Il repensait à l’histoire que lui avait raconté Maya, à ses Aconits qu’il avait bêtement cédés et pour oublier sa bêtise, il se plongea de longues heures, dans ses bouquins de voyage. C’était sa manière à lui de décompresser, de se détendre. Petit à petit, le soleil se couchait sur l’horizon, tandis que les femmes du village accrochaient des lampions de lumière mauve et tout un tas de banderoles de couleurs autour des habitations. Au centre du village, les sorciers dressèrent de grandes tables qui furent rapidement garnies de toutes sortes de plats épicés et savoureux.

La musique, la danse, les rires, la boisson et la nourriture battait à son plein. Les enfants riaient librement, sautillant joyeusement autour d’un grand feu. Une odeur délicieuse de nourriture exotique envahissait toutes les habitations. Installé sur le perron de sa maisonnette, Pedro regardait la scène de loin. Il était encore plongé dans ses documents et essayait de trouver une autre alternative quant à sa guérison. Mais rapidement Shae le tira de là, l’incitant à venir rejoindre les festivités. Au départ récalcitrant et trop grincheux pour décrocher le moindre sourire, il finit par céder face au dynamisme de la jeune femme et à son engouement pour la fête. Tous les péruviens présents étaient agréables, bienveillants, charmants … bref, rien ne laissait présager qu’ils n’étaient pas les bienvenus. A peine installé à la grande table, plusieurs femmes commencèrent à remplir l’assiette de Pedro de fruits et de légumes savoureux. Des hommes chantaient des chansons anciennes, la main sur le cœur. Ils semblaient tous heureux de savoir que Pedro et Shae allaient combattre Fafnar et le ramener dans la vallée de Chinchao. Seule Maya observait d’un air curieux Pedro et Shae. Assise en bout de table, son air semblait plus que menaçant dans la lueur des flammes. Pedro ne pipa mot et profita moyennement du moment présent. Quelque chose n’allait pas, mais il ne savait pas quoi.

Le lendemain matin, la Botaniste se réveilla aux aurores, la tête lourde d’alcool et de musique. Il jeta un coup d’œil dans la cour du village, complètement désertique. Quelques chiens rodaient à la recherche des restes de la vieille, tandis que les plus matinaux s’en allaient, de grands filets de pêche sur le dos, en direction de la rivière. Une heure plus tard, Maya, accompagnée de trois hommes costauds et solides, frappa à leur porte. Il était temps de partir. Elle considérait Shae et Pedro d’un air étrangement suffisant. Son comportement docile et bienveillant s’était totalement envolé. Comme si elle exprimait une profonde méfiance quant à l’exécution de leur mission.

« Il est l’heure » dit-elle d’un ton solennel et désintéressé. « Rick, Antonio et Moer vous accompagnerons. Nous vous avons préparé des balais … il sera plus facile de repérer Fafnar dans les airs, qu’à travers la forêt. »

Pedro haussa les épaules. Il voyait que Shae souhaitait répliquer une remarque cinglante, du genre « on n’a pas besoin de vos gardes du corps », mais il la stoppa net dans son élan, en lui planqua une main sur le buste. Il était inutile d’envenimer la situation, même si ça lui rongeait intérieurement de sauter au cou de Maya pour récupérer ses Aconits.

Ils suivirent le groupe jusqu’au centre du village. Le tas de bois qu’ils avaient pu apercevoir en arrivant, avait doublé de volume. Pedro arqua un sourcil circonspect. Il ressemblait étonnement à la confection d’un grand bûcher sur lequel on brûlait les sorciers à l'époque de la grande inquisition. Mais il n’y porta pas plus d’attention que ça. Les balais proposés étaient corrects, sans pour autant égaler la grande classe d’un Nimbus 2000. Après quelques derniers échanges, les cinq sorciers décolèrent, laissant derrière eux le petit village de sorciers.

Pedro n’avait pas l’habitude de voler à dos de balai magique. A vrai dire, il se déplaçait essentiellement en transplanant ou par le biais de poudre de cheminette. Voler n’était pas sa tasse de thé, mais il reprit rapidement le coup de main. Il se rapprocha de Shae, lui accordant un regard inquiet. Les trois hommes se tenaient derrière eux.

« Je ne lui fais pas confiance … mais elle non plus apparemment. Dès qu’on trouvera Fafnar, il faudra agir vite. Tu lui as déjà crevé un œil, alors autant s’attaquer directement au deuxième. Un dragon aveugle est plus simple à maitriser. Tu penses que ça ira ? »

Le vent rendait la conversation difficile, mais il pouvait bien mieux apprécier la grâce et la beauté de Shae. Ses boucles d’or flottant au vent, les traits de son visage légèrement crispés se concentrant sur l’horizon et les courbes de son corps, réveillèrent une certaine émotion en Pedro. Il lui adressa un sourire un peu niais, puis donna un coup d’accélération, comme un gamin qui essaie de faire la course.

Au bout d’une bonne demi-heure de vol, quelque chose d’étrange se produisit dans le lointain. Un filet de lumière verte s’érigeait droit dans les nuages. En plein cœur de la forêt … de la magie, ça ne pouvait être que ça. Fronçant les sourcils et sentant le danger à plein nez, Pedro fendit l’air droit vers l’événement. Alors qu’ils se rapprochaient de la source de magie, la silhouette du dragon se dessinait dans les nuages. Il paraissait complètement déstabilisé, et directement frappé par le faisceau lumineux. Pedro jeta un coup d’œil dans le vide, cherchant la provenance du sort. La forêt luxuriante était une nouvelle fois frappée par la démence du dragon. Il avait réduit à néant la faune et la flore, ne laissant qu’une terre noircie et morte sur plusieurs kilomètres. Puis, debout sur un rocher, un homme enveloppé dans une lourde cape noire, pointait sa baguette en direction du dragon. C’était lui qui jetait ce sort sur Fafnar.

« Là ! Albar Uk’ ! » s’exclama l’un des gars, complètement affolé.

Pedro jeta un regard interrogateur à Shae, puis se rapprocha un peu plus de leur cible. Albar Uk’ semblait trop concentré sur Fafnar pour les voir arriver. Ils étaient encore trop loin pour qu’il puisse sentir leur présence. Mais assez proche pour sentir deux des trois hommes jeter des sortilèges sur l’homme en question.

« NON ! Arrêtez bande d’imbéciles ! » Vociféra Pedro.

Leur arrivée était dorénavant perçue comme une menace. Albar Uk’ laissa tomber le sortilège qui maintenait Fafnar en léthargie, puis s’attaqua directement au groupe. Les sortilèges fusaient dans les airs. Pedro en évita deux de justesse. Il ne cessait de contrer les attaques d’Albar Uk’ et observait le comportement du dragon. Encore trop sonné pour sentir leur présence, la créature battait lourdement des ailes, sur place, secouant la tête dans tous les sens. Puis l’un des sortilèges d’Albar toucha Rick ou Antonio. Il fut propulsé en arrière et tomba de son balai. Pedro le vit disparaître dans la brume, laissant échapper un cri effroyable.

Shae se débrouillait bien. Elle contrait les sortilèges, les jetait avec précision, mais Albar était bien plus fort. C’était un sorcier doué et talentueux. Il n’était pas nécessaire d’être expert pour voir qu’il pouvait les mettre à terre en quelques mouvements s’il le désirait. Là, il s’amusait, clairement. Un éclair rouge frappa cette fois-ci un second homme de Maya. Il prit feu sur son balai et se jeta dans le vide.

Finalement, Shae, Pedro et Moer posèrent pieds à terre, encerclant Albar Uk’. Les baguettes pointées en direction de l’homme, ils purent distinguer avec plus de précision l’homme en question. Pedro fut étonnement surpris de voir qu’il s’agissait d’un vieil homme au visage calme et sage. Il portait une longue barbe grise, un teint halé et plusieurs runes étaient gravées sur ses bras malingres. Enveloppé dans une lourde toge noire, il ne paraissait pas effrayant au premier abord.

« Albar Uk’ vous êtes cernés ! Posez votre baguette au sol, nous venons récupérer Fafnar pour qu’il retourne d’où il vient. » Ordonna Pedro.

Albar laissa échapper un rire goguenard derrière sa barbe grise, puis jeta un regard plein de mépris au Botaniste.

« Ah ah ! C’est Maya qui vous envoie ? Que vous a-t-elle raconté sur moi cette fois-ci ? Que je suis le grand méchant sorcier terrorisant tout un peuple pour le pouvoir ? Que j’ai torturé cette pauvre bête pour la rendre folle et cruelle ? Que je voulais m’approprier les terres de Chinchao ? »
« Humm … oui, en quelque sorte. » répliqua Pedro dubitatif en haussant les épaules.
« Mais vous ÊTES méchant ! » protesta Moer
« Petrificus Totalus ! » lança Albar sur Moer, qui tomba lourdement en arrière dans la boue. « Lui, son esprit est corrompu. Bien, je vais vous expliquer la véritable histoire. »

Voyant Shae rouler les yeux comme si toutes ces histoires l’ennuyaient, Pedro lui porta une main réconfortant sur l’épaule et lui accorda un petit sourire complice.

« Voyons ce qu’il a à nous dire. Je ne lui fais pas plus confiance que Maya, mais si on peut éviter d’être transformer en bouse de dragon, autant faire profil bas et l’écouter. »

« Maya est ma femme. Il y a 10 ans de cela, nous vivions sur les terres de Chinchao qui profitaient à tous. La faune et la flore y était luxuriante, abondante et possédait de nombreuses plantes magiques aux propriétés incroyables. Des chercheurs, des herbologistes, botanistes et j’en passe, venaient du monde entier pour récolter les biens faits de cette vallée. Sauf qu’en venant ici, ils prenaient plus que ce qu’offraient nos terres. Maya ne supportant pas la venue incessante de ces étrangers « pilleurs » qui n’offraient rien en échange, décida qu’il était temps de garder pour nous notre patrimoine. J’étais en désaccord avec elle, sachant qu’elle voulait utiliser Fafnar pour éloigner les sorciers étrangers à nos terres. A l’époque, Fafnar était un dragon libre, docile, attachant. Il n’aurait jamais fait de mal à qui que ce soit. Mais rapidement, Maya l’a emprisonné dans la vallée, l’empêchant de vaquer libre comme l’air à ses occupations. Or si vous emprisonnez un dragon dans un environnement limité, il devient fou.
J’ai essayé de raisonner Fafnar, de l’aider et je me suis donc opposé à Maya. Sauf qu’elle était plus aimée de son peuple que moi, plus entendu. Ne rentrant pas dans les codes qu’elle avait mis en place, et m’opposant à ses idées, je fus rejeté. J’ai essayé de détruire la barrière magique pour libérer Fafnar … mais on m’a surpris et une tour a été érigée dans la montagne pour m’y enfermer. Privé de ma magie, de toute communication avec l’extérieur et Fafnar, je n’ai pas pu intervenir avant que le dragon ne devienne incontrôlable. Il a finit par décimer la vallée de Chinchao, tuant femmes, hommes et enfants, sans le moindre remords. Maya me sortit du donjon, m’accusant de tous les maux. Elle m’expulsa des terres, enferma Fafnar dans le donjon et me priva de mes pouvoirs. »


Son visage s’assombrit par la tristesse. Il regarda Fafnar dans les airs, puis reprit son monologue.

« Puis les années ont passé. Par des méthodes complexes, avec de nombreux rituels, et à l’aide des runes, j’ai pu retrouver ma magie. Mon lien avec Fafnar ne s’est jamais brisé. Quand j’ai senti que la barrière du Chinchao s’était brisée, je suis immédiatement revenu. Car je suis le seul à pouvoir redonner la raison à Fafnar. Je suis le seul à pouvoir l’apaiser. »

Cette histoire était bien jolie, mais Pedro ne savait pas du tout qui croire. Une chose était sûre, le dragon n’était pas mauvais dans le fond. Mais qu’importe, il avait failli les réduire en cendres. Pedro se rapprocha sa baguette magique fermement pointée sur Albar Uk’.

« Comment savoir que vous nous dites la vérité ? Maya a un tout autre son de cloche. Qui croire ? »

D’un mouvement ample et gracieux, Albar jeta un sortilège dans les airs. Un son aigue s’échappa, puis le dragon déploya ses puissantes ailes au même moment. Il fendit l’air, pour atterrir aux côtés d’Albar. Un épais nuage de poussière s'éleva sous son poids. Il était énorme, immense, impressionnant et Pedro se sentait ridiculement petit et insignifiant à côté du monstre. Le dragon souffla son air chaud, jugeant Shae et Pedro comme deux bouts de viande. Son œil droit était salement amoché. Il baissa la tête en directement d’Albar en signe de respect et d’obéissance. Pedro reconnaissait très bien cette attitude. Il avait déjà vu un dresseur de dragon exercer les mêmes gestes qu’Albar et savait, à ce moment précis, que Fafnar ne leur ferait aucun mal.

« Vous êtes un dresseur de dragon … »
« Oui. » dit-il en caressant la tête de la bête. « Et je pourrai vous en vouloir de l’avoir blessé. Mais il était fou, n’avait pas conscience de ce qu’il faisait. Il a été trop longtemps délaissé à l’abandon, trop longtemps maltraité, malmené par Maya. Il n’arrivait plus à faire la distinction entre bien et mal … Maya lui a mis dans la tête que l’être humain est cruel et il a perdu cette confiance en l’homme. C’est pour ça qu’il vous a attaqué. »
« Ok … mais comment on va récupérer nos Aconits si on ne pas prouver à Maya qu'on a bien terrassé le dragon ? »
« Haha, Maya vous a utilisé. Elle manipule les gens. Elle ne vous rendra jamais vos Aconits. Il s’agissait des dernières plantes magiques de ces terres. C’est un bien trop précieux qu’elle gardera pour elle. »
« Vous insinuez donc qu’il faudrait l’affronter ? »
« Oui, et elle ne se laissera pas faire, croyez moi. Maya est une puissante sorcière. Mais je peux vous aider à la vaincre. J’ai une petite envie de vengeance qui me démange les doigts depuis une bonne décennie. »

Pedro se retourna vers Shae, le regard sombre. Ils n’avaient pas le choix. Albar sonnait plus vrai que Maya. Même s’il leur mentait, ils pourraient récupérer leurs Aconits et quitter ce pays de fous. Ils laisseraient derrière eux leurs histoires et s’arranger entre eux.

« T’en pense quoi ? Perso, je pense qu’on peut plus lui faire confiance. Puis on a amoché son dragon, donc autant lui rendre service en affrontant sa femme. S’il dit vrai et qu’on n’a pas d’autres moyens pour récupérer ces Aconits, je suis prêt à me lancer dans le combat. Mais toi, ça ira ? Ton œil … »

Il ne voulait pas qu’elle se blesse dans le combat, ni même qu’elle perde la vie. Mais lui, était-il encore apte à se battre ? Son visage suait, ses joues creuses et ses cernes noirs illustraient la fatigue. Mais il en fallait plus pour décourager Pedro Mortimez.


_________________
until the love runs out
the same smile every day, the sirens calling away, this mean so much more. the floating boat is carrying me, and i can live my story differently. (⚡) le chant des sirènes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wolf Shadow
avatar
Wolf Shadow
Messages : 136
Points RP : 594
Localisation : London

ID
Âge: 20
Inventaire:
Camp: Neutre

MessageSujet: Re: FLASHBACK : kiss in Peru (pv Pedro) TERMINADOS   Sam 6 Mai - 19:52



fight in Peru
Shae ξ Pedro



La regardant droit dans les yeux, il affirma qu'il allait bien. Elle le considérait prudemment, tentant de rester indéchiffrable. Pouvait-elle seulement croire Pedro ? Elle lui faisait confiance. Il était l'une des rares personnes à être aussi proche d'elle, à connaître sa personnalité, et quelques uns de ses secrets. Pas tous, bien entendu. Mais ... Il était l'une des personnes dot elle était le plus proche, et elle lui aurait confié sa vie, et défendu la sienne, sans une seconde d'hésitation. Elle était prête à le faire, pour lui. Parce qu'elle l'aimait, que son amitié était importante, et qu'il l'avait aidée à de maintes reprises. Elle se sentait redevable, et elle voulait qu'il éprouve la même confiance en elle, qu'elle en lui.

Elle finit par baisser le regard, songeuse. Pour l'instant, elle le croirait. Lui laisserait le bénéfice du doute. Ils allèrent accepter l'indigne proposition de Maya, Shae l'observant d'un air mauvais. Elle ne sentait pas cette femme, et par dessus tout, elle haïssait se sentir utilisée. Surtout quand on venait de la menacer. Cette sorcière paumée au fin fond du Pérou n'allait pas lui courir sur le haricot bien longtemps, songeait la jeune femme avec un air mauvais. Diverses potions expérimentales trainaient dans sa sacoche, et elle n'hésiterait pas à lui en laisser une en cadeau... Si les choses tournaient au vinaigre. Elle vit avec horreur Pedro tendre les Aconit à la maudite sorcière blanche, qui redevint immédiatement accommodante, leur désignant une chaumière où se reposer, se laver, et se préparer pour le lendemain. La jeune sorcière fila se laver la première, prenant pour la première fois le temps de regarder son visage dans un miroir.

C'était la première fois qu'elle se retrouvait seule, avec son reflet, dans l'intimité de quatre murs, depuis qu'elle s'était blessée. Touchant les bords irréguliers de la cicatrice, et observant avec horreur l'état de son visage, elle fit enfin céder la digue de sentiments qu'elle réfrénait depuis quarante huit heures, des sanglots silencieux la secouant, la pression pesant sur ses épaules s'alourdissant. Défigurée. Elle était défigurée. Se laissant glisser au sol, se prenant le visage dans les mains, elle laissa son corps exprimer tout le stress qu'elle avait ressenti, des tremblements la secouant tandis que ses larmes coulaient. Un peu plus tard, recroquevillée dans la douche minuscule avec une eau tantôt glacée tantôt brûlante, elle reniflait encore péniblement, effaçant les dernières traces de boue de ses bras marqués par le soleil et les péripéties, griffés de partout.

Rhabillée avec des affaires de rechange toujours pratique pour l'expédition, les cheveux séchés en un soleil blond rayonnant autour de son visage, elle revint dans la pièce principale pour trouver Pedro, bougon, plongé dans un livre. Il ne restait rien sur son visage qui puisse indiquer qu'elle avait cédé à une horrible crise d'angoisse quelques minutes avant, et de toute façon il était trop occupé à bouder pour se rendre compte de quoi que ce soit. C'était préférable de toute manière. Shae jeta un coup d'oeil au dehors. La journée avait filé à toute allure, et déjà, le soleil commençait sa descente. Elle se mit silencieusement à travailler sur son rapport pour Poudlard, incluant le chantage et les menaces de Maya avec un sentiment de mesquinerie totale. Elle imaginait déjà la tête de Smethley, lisant le rapport avec son dédain habituel pour ce qui touchait à Shae Viridian.

Dehors, l'ambiance se faisait plus festive, joyeuse, et Shae vit la tête de l'une des gamines qui les avait accueillis dépasser de la fenêtre de la chaumière. Elle sourit, amusée, et alla la trouver. Derrière elle, quelques villageois venaient les inviter à profiter de la fête, organisée en remerciement pour avoir amoché le dragon. La jeune sorcière ne put qu'accepter, cherchant à tout prix à se détendre et à découvrir les spécialités locales, sa première question portant sur l'alcool. On lui offrit un verre, deux, et voilà qu'un peu saoules, elle alla chercher Pedro, n'acceptant pas ses refus, et le tirant par le bras avec un rire joyeux. Elle hésita à faire une blague de mauvais goût, en voulant promettre qu'elle ne l'embrasserait pas de nouveau, mais il était encore peut-être trop tôt pour ce genre de "blagues". Ce soir, elle voulait oublier les trois derniers jours et s'enivrer de la vie et de la joie évidente qui les environnaient.

Elle finit tellement ivre qu'on du la soutenir jusqu'à la chaumière, où elle s'écroula comme une souche. Peu d'heures plus tard, Maya vint les chercher avec des gros bras. Prise d'une migraine atroce, Shae les dévisageait d'un air peu amène, qui s'assombrit encore quand Maya évoqua les balais... et les nounous. Ainsi, elle ne leur faisait pas confiance... Peut-être pensait-elle que les Aconit n'étaient pas un argument suffisant pour les forcer à ramener le dragon. Mais putain, des balais ! Sérieusement ? Shae haïssait le balais. C'était un moyen de transport inconfortable, dangereux, et elle avait le vertige. Couplé à sa gueule de bois et à sa méfiance naturelle, elle éprouvait une antipathie virulente envers Maya à cet instant. Elle allait ouvrir la bouche pour une réplique bien choisie quand Pedro posa une main apaisante dans son dos, restant lui-même parfaitement calme. Elle referma la bouche et l'observa, le coeur battant. Merde, il ne fallait pas qu'il lui fasse des coups comme ça, son coeur ne tiendrait pas le choc... La jeune femme resta coite, jusqu'à ce qu'ils partent.

S'envolant d'un air assuré qui n'était qu'une façade, Shae gardait les mains crispées sur le manche, tendue comme un piquet. Le voyage se déroulait dans un silence tendu, entre les trois molosses qui leur jetait régulièrement des regards mauvais, et Pedro qui semblait perdu dans ses pensées, elle se contentait de serrer les dents et de ne pas regarder le sol. Il finit néanmoins par s'approcher, tandis qu'elle s'efforçait de rester concentrée sur sa trajectoire.

« Je ne lui fais pas confiance … mais elle non plus apparemment. Dès qu’on trouvera Fafnar, il faudra agir vite. Tu lui as déjà crevé un œil, alors autant s’attaquer directement au deuxième. Un dragon aveugle est plus simple à maitriser. Tu penses que ça ira ? »

- Oui. Un sortilège de conjonctivite suffira, pas besoin de lui crever l'autre oeil, répondit-elle entre ses dents serrées, articulant à peine.

Ses jointures blanchies témoignaient de son inaptitude à être détendue en balais, et ils filèrent au dessus des bois, jusqu'au dernier endroit où ils avaient vu le dragon. La terre calcinée s'éleva devant eux, morte et lugubre. Merde. Quelque chose attira l'attention de Pedro qui s'élança, et elle dut accélérer, jurant.

- Attends !

Le suivant de son mieux, galérant à tourner proprement, elle finit par voir elle aussi le faisceau vert. Elle localisa l'homme qui lançait le sort au dragon du regard, et ralentit, fascinée. Elle n'avait jamais vu ce genre de magie auparavant, et elle tenta d'en comprendre les mécanismes sans y parvenir. Merde, c'était ... impressionnant. Puis, l'atmosphère changea brutalement lorsque les crétins hurlèrent qu'il était l'ennemi, et qu'il fallait l'abattre. Ils se firent dégommer par l'étrange sorcier avec une précision effarante, voire effrayante, et Shae répliqua de son mieux, le coeur serré. Elle ne voulait pas abattre un pauvre vieux à la magie sur-puissante, et à l'allure de vieux combattant. Elle se contentait de dévier sans contre-attaquer, ou alors très mollement, impressionnée par les réactions de l'homme qui s'amusait clairement à les mettre en difficulté sans tenter de les atteindre réellement. Elle serait déjà tombée de son balais sinon. D'un commun accord, ils finirent par se poser, s'approchant du vieux, tandis que Pedro prenait les choses en main, et la parole.

S'en suivit le dialogue le plus irréaliste de sa vie, conclut par un Petrificus Totalus des plus charmants. Elle retint un rire nerveux, et ressentit ensuite une profonde lassitude. Putain ! Encore une histoire à dormir debout ! Sentant son dédain, Pedro posa une main apaisante sur son épaule, et elle se demanda brièvement en frissonnant, quand était-il redevenu si tactile. Ah, probablement quand ils avaient failli mourir, c'est sûr, ça faisait oublier le reste. En attendant, son coeur bondissait à chaque fois, et elle n'avait pas prévu de mourir d'une crise cardiaque, donc ils allaient devoir en parler... Genre, rapidement.

Le vieux stylé se mit à raconter son histoire, dévoilant une toute autre facette du conte de Maya. Shae hocha la tête à plusieurs reprises. Cela faisait du sens. Plus que l'histoire à dormir debout de l'autre folle en tout cas. Oh, qu'elle allait se faire un malin plaisir à la rétamer.... La colère bouillonnait dans ses veines. Dire que tout ça était de SA faute ! Son oeil, l'oeil du dragon... Tout venait de la haine d'une femme. Et la conclusion de cette belle histoire, songeait-elle en observant l'immense bête se poser devant eux, était qu'ils allaient devoir aller lui botter les fesses. Elle jeta un regard à Pedro, qui lui rendit. Il allait falloir être plus malin qu'elle ; et plus mortel. Le regard de la jeune femme s'assombrit et Pedro lui souffla :

« T’en pense quoi ? Perso, je pense qu’on peut plus lui faire confiance. Puis on a amoché son dragon, donc autant lui rendre service en affrontant sa femme. S’il dit vrai et qu’on n’a pas d’autres moyens pour récupérer ces Aconits, je suis prêt à me lancer dans le combat. Mais toi, ça ira ? Ton œil … »

Sa voix se cassa légèrement quand elle répondit sèchement.

- Quoi, mon oeil ? Il va très bien mon oeil. Fous lui la paix à mon oeil. Quant à Maya, j'avais prévu de lui péter la gueule avec ou sans cette histoire, alors autant lier l'utile et l'agréable.

Elle jeta un coup d'oeil à Albar.

- Vous par contre, vous allez m'apprendre deux ou trois sorts après tout ça. C'est la moindre des choses que vous nous devez, parce que putain, si on m'avait dis que j'débarquerais au Pérou pour régler les histoires d'un couple dysfonctionnel et de leur dragon, je l'aurais pas cru. Alors un peu d'gratitude, et beaucoup de contreparties, capice ?

Le vieux eut un grognement amusé.

- Pas commode la d'moiselle.

Elle arqua un sourcil et se tourna vers Pedro, observant son visage avec inquiétude, se retenant de tendre une main vers lui. Il avait l'air au bout du rouleau. Malgré les deux dernières nuits de sommeil, la nourriture, et le repos... Il n'allait pas mieux. Et cela l'inquiétait au plus haut point. Allaient-ils devoir retourner à Londres ? Elle oublia ses pensées et se retourna vers Albar, pointant un doigt accusateur vers lui.

- Pas commode ? Non j'suis pas commode ! J'ai été défigurée par votre dragon, et votre faiblesse a causé la mort de centaines de personnes ! Pourquoi j'serais commode espèce de vieux débris ? Voyez ça comme vous voulez, mais vous allez venir avec nous et votre dragon, et vous allez arranger les choses AUSSI. On va vous aider, parce qu'on est polis et qu'on a des principes, mais si je vous choppe à vouloir rejouer les lâches, je vous refais la même cicatrice que je vais devoir porter toute ma vie, je me suis bien faite comprendre ?


Elle se retourna, furieuse, vers Pedro, et pointa le balais du menton.

- Alors on y retourne, on la défonce, vous nous remerciez, et on se CASSE trouver un Médicomage. Parce que j'en ai marre que tu prétendes aller bien avec tes cernes de trois kilomètres et ton teint cireux.

Probablement abasourdis par l'éclat de sa colère, les deux hommes échangèrent un coup d'oeil et ne protestèrent pas, ou alors par des grommellements inintelligibles dont elle ne se formalisa pas. Se juchant sur le balais du type qu'il avait pétrifié, Albar guida Fafnar de sa baguette, et ils se remirent en route vers le village. Le dragon, battant mollement des ailes, avait tout perdu de sa férocité et de son agressivité. Il était inutile, jugea la jeune femme avec une pointe de désappointement, comptant sur le talent d'Albar pour les épauler lors du combat. Le vol se déroula dans le silence total, leur concentration et la gravité de la situation plombant l'atmosphère d'une pression certaine. Arrivant, à encore vingt bonnes minutes de vol du village, une épaisse fumée noire s'en échappait. Prise d'un mauvais pressentiment, Shae accéléra et atterrit maladroitement en plein milieu de la place, horrifiée.

Sous ses yeux, Maya terminait un rituel de magie noire puissant, trop puissant. Elle ne pourrait jamais lui tenir tête. Les corps calcinés qu'elle refusait de prendre en compte tant le traumatisme était puissant. Les hurlements qui résonnaient, pur produit de son imagination. Tout la saisit avec une froideur glaçante, tandis qu'elle glissait au sol et contemplait la forme répugnante, les dents noircies de la sorcière qui avait tout perdu de son éclat. Elle n'était plus la sorcière blanche. Pas avec la mort planant sur le village, pas avec les corps d'enfants brûlés attachés à son bûcher funeste. Pas avec son regard pris de folie. Sonnée, Shae était au sol, à genoux, tandis que Maya l'observait d'un air mauvais.

- Alors petite... Tu veux toujours... me montrer ta puissance ?

Un rire hystérique échappa à la forme sombre qui restait de la femme, un rire glaçant, ressemblant plus à un sifflement qu'autre chose. Elle passa sa langue noircie sur ses lèvres craquelées, une inspiration de puissance semblant émaner d'elle.

- Je me ferais un plaisir de l'absorber, après t'avoir tuée.

Shae entrouvrit les lèvres, sa respiration s'accélérant, tandis qu'elle se redressait lentement, pleine de terreur et de haine entremêlés. Le regard vide, elle observait les images qui se gravaient dans son esprit, tendant désespérément de s'en distancer.

- Je vais te tuer.

Un murmure, à peine audible. Son corps pris de tremblement convulsifs, Shae leva sa baguette d'un air déterminé, son regard bleu perçant de haine.

_________________
HURRICANE
© FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poudlard
avatar
Poudlard
Messages : 81
Points RP : 408
Localisation : Londres

ID
Âge: 38 ans
Inventaire:
Camp: Résistant sorcier

MessageSujet: Re: FLASHBACK : kiss in Peru (pv Pedro) TERMINADOS   Dim 7 Mai - 2:36



fight in Peru
Shae ξ Pedro



Elle était en colère et Pedro pouvait la comprendre. Mais de là à gueuler contre un homme dont ils ignoraient la force et le caractère, c’était un peu risqué. Pourtant, Pedro ne broncha pas. Il ne répliqua aucun reproche, connaissant le tempérament de la jeune femme. C’était son quart d’heure, fallait qu’elle lâche du leste pour décompresser. Il pouvait encaisser, comprendre, alors il resta muet comme une tombe et attrapa le manche de son balai. Même si l’idée de repartir dans les airs lui faisait horreur, aller combattre une sorcière toute puissante lui nouait d’avantage l’estomac. D’un commun accord, les trois sorciers s’élancèrent au dessus de l’épaisse forêt. A leurs côtés Fafnar battait lourdement des ailes. Il était lent, fatigué et paraissait totalement vidé de ses forces. Mais bizarrement, le dragon semblait attaché à son maitre. Il ne le quittait pas de l’œil, marquant ainsi une affection singulière.

Quelle chance. Hormis une chouette qui avait fini par crever au fond de sa cage, Pedro n’avait jamais eu aucun lien avec un quelconque animal ou une créature magique. Il était plus plantes. Chacun son truc. Son bras le lancinait à nouveau. Il détourna son regard de Shae et grinça des dents pour la énième fois. Ne voulant surtout pas l’inquiéter, il se concentra sur des moments agréables pour éviter de crier de douleur. Comme ce doux baiser volé, dont il ne parlait pas. Le poison pénétrait dans son bras telle une armée de mille aiguilles. Il sentait à présent que ses veines étaient obstruées jusqu’au niveau de son épaule. Il se tordait légèrement de douleur sous le coup des décharges électriques que lui infligeait la blessure, mais fit mine d’éviter des insectes ou oiseaux invisibles. Sauf que Shae n’était pas dupe.

Au bout d’une vingtaine de minutes de vol, le village de sorciers se dessinait enfin dans l’ombre des arbres. Une immense fumée noire scindait l’horizon en deux. Quelque chose de terrible s’était produite durant leur absence. Albar Uk’ fronça les sourcils, il sentait que les évènements allaient prendre une mauvaise tournure. Plus ils avançaient, plus Pedro se sentait faillir. Rester en équilibre sur ce balai volant le rendait dingue. Il avait hâte de poser pieds à terre et de prendre appui contre un arbre ou une roche … bref, quelque chose de solide.

Lorsqu’ils posèrent pieds à terre, le spectacle qui s’offrait à eux les horrifia. Un énorme feu se dressait au centre du village. Des corps d’enfants carbonisés, bâillonnés, mutilés, rôtissait au cœur de flammes impressionnantes. De nombreux corps jonchaient le sol, inertes, baignant dans une marre de sang. Un véritable carnage, une boucherie qui illustrait parfaitement la sauvagerie et les actes innommables d’une folie humaine. Les traces carbonisées aux murs, les poutres et les toitures éventrées, montraient que les sorciers s’étaient défendus corps et âmes avant de succomber. Ils avaient probablement tout essayé pour protéger leurs enfants. Mais de quoi ? Quel monstre avait été capable d’une telle barbarie ?

La tête de Pedro tournait. Ses jambes cotonneuses peinaient à le tenir debout. Perdant l’équilibre, il se rattrapa aussitôt au tronc d’un arbre, se maintenant la tête d’une main. Albar Uk’ remarquant son état se rapprocha du Botaniste, lui posant une main amicale sur l’épaule. Il suait à pleine gouttes.

- Hey camarade, tout va bien ? T’as pas l’air dans ton assiette … t’es sur que ça va aller ?
- Oui … oui … c’est … ce juste ce spectacle. C’était juste des gosses innocents, ces gens ne méritaient pas ça …

Il se rappelait encore le sourire de certains, la joie et la vitalité de ces enfants. Il revoyait encore ces hommes robustes chanter fièrement autour d’un repas festif. Ces femmes belles et attendrissantes, pétillantes de gentillesse et générosité. Comment tant de bonheur pouvait laisser place à autant de malheur ? Le village avait prit une allure sinistre et macabre. L’odeur putride du bucher soulevait les cœurs. Pedro se reteint plusieurs fois de ne pas vomir. La chaleur était écrasante entre les flammes du braisier et les rayons agressif du soleil. Les trois sorciers avancèrent sans un mot vers l’arbre massif, encore intact. Juste en dessous, assise entre deux grosses masses indescriptibles, se tenait Maya.

Elle les targuait d’un regard mauvais, insistait, rempli par une folie meurtrière. Shae tomba sur les genoux, les yeux humidifiés de rage, de colère et de désarroi. Pedro déglutissait péniblement. Cette femme s’était moquée d’eux depuis le départ. Elle avait profité de leur faiblesse pour absorber le pouvoir de ces gosses, pour sombrer dans la démence. Mais qu’est-ce que cela lui apportait-il ? Rien. Chaos, solitude et désolation. Pourquoi chercher la toute puissance, alors que le bonheur se trouve dans les choses simples ? Pedro resserra ses poings, la colère fusant dans ses veines.

Maya avança d’un pas lent et assuré vers eux. La magie noire l’avait transformé, enveloppé, délaissant la beauté singulière à la difformité. Sa langue noire claquait contre ses dents de scie. Ses bras étaient couverts d’écailles et sa robe blanche baignait dans le sang d’innocentes personnes. Ses yeux avaient pris la couleur ambre de celle d’un dragon et son visage s’était étrangement creusé et allongé, lui donnant la forme d’une tête de mort. Plus rien d’elle ne la rendait humaine.

- Pourquoi tous ces crimes ? Ils étaient innocents ! Pourquoi s’en être pris à eux ?! Nous avions fait ce que vous aviez demandé ! Fafnar est là, plus docile que jamais !

Pedro ne comprenait décidément pas, comment une femme qui s'était montrée si bienveillante, si chaleureuse avec eux, pouvait tourner aussi mal ? Comment était-ce possible.Maya tourna lentement la tête de direction du Botaniste. Ses longs cheveux noirs dégoulinaient sur son visage. Son sourire machiavélique s’étira encore plus, lui donnant l’aspect d’un véritable démon. Elle ricanait sans ménagement, resserrant ses griffes fourchues sur sa baguette magique.

- Pourquoi ? Ah ah elle est bien bonne celle là ! Tout simplement parce que vous avez trahis ma confiance. Parce que dès l’instant où vous avez décidé d’épargner mon cher époux et que vous vous êtes rangé de son côté, je savais ce qui m’attendait. Alors tous ces gens se sont sacrifiés pour moi. Pour me donner la toute puissance, le pouvoir. Car ces terres m’appartiennent et que vous n’avez aucun droit dessus.
- Je rêve !! C’est juste par pur égoïsme que vous avez tué ces gens ?! hurla Pedro complètement abasourdi par la raison de ce massacre.
- Ca ne sert à rien de discuter avec elle, Pedro. La Maya que vous avez connue n’existe plus. Ce n’est plus qu’un artefact de magie noire …  lui indiqua le vieux sorcier qui venait de dégainer à son tour sa baguette magique.
- Maya, je vais vous le redemander une dernière fois. Nous avons accompli notre part du marché. Rendez nous nos Aconits et on évitera un nouveau massacre inutile. Je sais qu'il reste du bon en vous...
- JAMAIS ! Je ne vous laisserai pas quitter ces terres vivants. Jamais vous m'entendez !  beugla-t-elle comme une harpie.

Elle leva les bras au ciel et hurla d’une force surhumaine. Son cri n’avait rien d’humain. Pedro plaqua ses mains sur ses oreilles, imité par ses deux camarades. Malgré tout, il avait l’impression que ses tympans allaient exploser. Une tempête de sable se leva tout autour de Maya, il était difficile de voir ce qu’elle trafiquait et la puissance du vent brouillait considérablement leur vision. Pedro plissa les yeux et finit par distinguer deux énormes colosses prendre vie aux côtés de Maya. Ils ressemblaient étrangement à des golems de terre, dont des bras et des têtes humaines sortaient à plusieurs endroits. Cette femme était immonde …

Albar Uk’ fit signe à Pedro et Shae de le rejoindre derrière un mur de pierres les protégeant des rafales de vent. Du sable plein les cheveux, les habits et les chaussures, Pedro se secoua tel un chien sortant de son bain.

- Elle a crée deux golems … comment vaincre une folle furieuse pareil ? C’est impossible ! Elle est plus forte que nous trois réunis … cria Pedro pour se faire entendre au dessus du sifflement du vent.
- Rien n’est impossible Pedro. Nous pouvons la vaincre. Nous sommes trois brillants sorciers et Fafnar même fatigué pourra nous protéger. Il faut simplement s’occuper des golems en premier et attaquer en même temps Maya. Mais … tu es sur que ça va ?
- Oui, oui … agr … oui, ne vous inquiétez pas.

Le mal le rongeait de plus en plus. Il devenait presque pénible de tenir sa baguette magique. D’un simple signe de tête, Albar Uk’ donna l’assaut. Shae sortit à droite, Albar Uk’ et Fafnar devant et Pedro à gauche. S’occuper des golems pouvait sembler facile sur le papier, mais la tâche fut plus rude que prévue. Entre les tornades de sables violentes que lançait Maya et la robustesse de ces monstres, les attaques des sorciers paraissaient presque inefficaces.

Fafnar ne pouvant pas user de son feu ardant, frappait de son énorme queue sur les golems. Albar Uk’ sautait d’une agilité déconcertante  dans les airs, évitant les coups des golems et jeta tout un tas de sortilèges à l’envolée. Pedro peinait de son côté à terrasser le golem qui lui faisait face. Après chaque coup qu’il prenait, se relever devenait de plus en plus pénible. Il n’avait jamais autant mordu la poussière de toute sa vie. Et là, ce n’était pas seulement son bras qui le tordait de douleur, mais tout son corps.

Il entendit un cri de victoire en loin. Shae et Albar Uk avaient détruit un golem, puis ils s’attaquèrent au deuxième. Pedro s’écarta du combat, le souffle cours. Il rampait au sol tel un soldat blessé au combat. Chercher un abri, attendre que la tempête passe, laisser les autres faire. Il ne servait plus à rien, son cœur allait lâcher d’une minute à l’autre s’il ne prenait pas un peu de repos. Pourquoi … pourquoi avait-il décidé d’aller chercher ces aconits ? Pour sauver sa peau. Et finalement, elles allaient le tuer.

- Attention à droite Shae ! hurla Albar Uk’. A ton tour Fafnar ! Oui bien joué !

Shae évita de justesse le coup de massue du golem. Le vent de plus en plus virulent empêchait les sorciers de régler cette affaire en quelques mouvements. Albar avait un mal de chien à viser la tête du golem. Maya le rendait plus fort, plus impressionnant. Il était presque aussi grand que Fafnar. Même le dragon avait du mal à rivaliser. Un coup, deux coups, puis trois. Albar et Shae furent projetés en même temps, au loin, roulant lamentablement sur le sol poussiéreux.

Le vieux sorcier se releva péniblement, des courbatures désagréables parcourant tout son corps. Il avait l’impression d’être passé sous un rouleau compresseur et semblait bien avoir une côte fêlée.

- Faut qu’on l’attaque en même temps Shae. On n’y arrivera jamais si on ne combine pas nos forces.

D’un commun accord, ils foncèrent sur le Golem.

Pendant ce temps, Maya se rapprocha de Pedro, un sourire sadique se dessinant sur ses lèvres noires.

- La mort est une satisfaction passagère. Vu ton état, il ne te reste pas longtemps à tenir. Alors il me sera plus jouissif de te voir souffrir, pilleur de mes terres ! ENDOLORIS !

Pedro sentit son corps convulser sur place, ses muscles se bander tel un arc. Un courant électrique intenable parcourait tout son corps. Il éprouvait une telle horreur, une telle décharge de douleur, qu’il aurait préféré mourir sur le champ. Il finit par craquer et hurler. Hurler aussi fort qu’il le pouvait. Des lames invisibles lui transperçaient lentement chaque organe, des images terribles s’enchainaient dans sa tête. Tout ce dont il avait horreur, tout ce dont il refusait de vivre, de voir, de croire. Ca devait s’arrêter, mais ça ne s’arrêtait pas. Il pensait mourir, mais il ne mourrait pas. L’horreur s’intensifiait, s’arrêtait, puis recommençait.

- MAYA ! Arrête ça ! hurla Albar Uk’ à bout de souffle.

Sortant d’un épais nuage de poussière, Albar, Shae et Fafnar apparaissaient tels des héros sortis tout droit d’un conte pour enfant. Maya délaissa Pedro pour mort, puis se concentra sur ses trois ennemis. En un seul mouvement, elle se débarrassa du dragon en l’assommant. Mais pour Albar et Shae, c’était une autre histoire. Pedro lui, à bout de souffle, bougeait à peine. Il regardait les sortilèges fuser dans les airs, entendait à peine les jurons de Shae et les exclamations d’Albar Uk’. Sa vue se brouillait, il arrivait à peine à respirer.


_________________
until the love runs out
the same smile every day, the sirens calling away, this mean so much more. the floating boat is carrying me, and i can live my story differently. (⚡) le chant des sirènes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wolf Shadow
avatar
Wolf Shadow
Messages : 136
Points RP : 594
Localisation : London

ID
Âge: 20
Inventaire:
Camp: Neutre

MessageSujet: Re: FLASHBACK : kiss in Peru (pv Pedro) TERMINADOS   Dim 7 Mai - 17:53



fight in Peru
Shae ξ Pedro



L'odeur. C'était ça le pire. L'odeur qui lui tordait les boyaux, et qui lui donnait envie de rendre tout ce qu'elle avait engloutit la veille. Shae se sentait dans un état misérable, et la seule chose qui la faisait tenir debout, bien plus forte que la terreur lui sciant le ventre, c'était la haine. Jamais elle n'avait été confrontée à tant de bêtise et de mépris pour autrui. Jamais, elle n'avait eu à se battre autant contre elle-même pour ne pas tout plaquer et partir en courant. Elle se mépriserait si cela arrivait. Elle savait qu'elle aurait raison de se mépriser. Elle n'avait jamais été courageuse. Tête brûlée, agressive, grande gueule, tout ça, oui. Courageuse ? Non. Elle ne luttait que quand elle savait qu'elle pouvait gagner. Tout pour ne pas souffrir. Prétendre qu'on s'en fout pour ne pas admettre qu'on en souffre, c'était son fonctionnement.

Mais là, c'était différent. Là, elle se retrouvait face à une sorcière folle. Une vraie tarée, une meurtrière. Une personne qui avait perdu tout sens des réalités. Une femme qui avait tué, encore et encore, et qui maintenant... La bile remontait. Shae ravala difficilement sa salive et se tint debout, baguette levée, la main tremblante mais la poigne ferme. Elle n'était pas sûre de gagner. Et elle restait. Alimentée par sa colère, elle se tenait debout, pas droite, mais pas courbée. Elle ne fuirait pas. Elle écouta à peine l'échange entre Pedro et Maya, se balançant d'un pied sur l'autre, songeant à une stratégie pour désarmer son adversaire. La débarrasser de sa baguette ne suffirait peut-être pas. Elle se mordillait la lèvre, concentrée, quand un brusque changement dans l'air la fit retrousser le nez. Le vent s'intensifia soudainement, et le cri suraigu la mit presque à terre, tandis que le sable se levait autour de la sorcière rouge du sang des gens de son peuple.

Percevant avec un certain détachement concentré la formation des deux Golems qui n'alimentèrent qu'encore plus sa haine, la jeune femme plongea derrière le muret de pierres que le vieux leur indiquait et s'y accroupit, écoutant les conversations des deux hommes sans piper mot. Oui. Les Golems de chair d'abord, la tarée ensuite, tout en la tenant occupée. Ils n'avaient pas le choix, et elle n'avait pas le choix non plus. Fuir n'était plus une option. Shae comprit froidement que tant qu'elle serait en vie, elle les traquerait, prise au piège de sa propre folie. Lorsque le combat commença, elle s'était psychologiquement murée. Elle ne ressentait plus rien à part sa rage de vaincre, et les tressaillements de son estomac s'étaient calmés. C'était la seule façon de gagner. Garder la tête froide, et ne pas laisser les émotions gagner. Exactement comme elle le faisait tous les étés entre ses 4 et 14 ans. Dix ans durant, elle s'était entrainée à mettre en place ce mur fortifié où rien ne filtrait si ce n'est sa haine et sa rage. Une protection solitaire, mais efficace. Les corps n'étaient plus des corps, mais des cibles à abattre.

Tournoyant dans les mouvements du sable et du vent, elle devait démembrer les cibles, et réduire chaque partie en cendres. C'était la manière la plus efficace de détruire un Golem. Petit à petit, le déconstruire, jusqu'à ce que plus rien d'animable ne subsiste. Concentrée sur son propre combat, elle oublia petit à petit le reste, mécaniquement lancée dans une destruction calculée et froide. Un desctructus par ci, un incendio par là, et le Golem qu'elle affrontait avec l'aide d'Albar Uk réduisait. Ses coups se faisaient moins violents, et malgré qu'elle ait mordu la poussière plusieurs fois pendant le combat, elle ne sentait rien. Ni la fatigue, ni la douleur, ne venaient perturber la valse macabre et magique. Enfin, au terme d'un moment interminable, elle lança un dernier Incendio, et un râle de soulagement sortit de sa gorge, tandis que se dispersaient au vent les dernières cendres des corps des villageois.

Il en restait un autre, et elle se rendit enfin compte que Pedro était en mauvaise posture. Accélérant vers lui, elle se jeta avec hargne dans le combat, ses blessures se multipliant tandis qu'elle les ignorait avec exemplarité. Pedro avait rampé hors d'atteinte, et elle s'efforçait de ne pas penser à lui. De ne pas s'inquiéter, et se laisser troubler. Malheureusement, Maya ne cessait de renforcer son dernier Golem, de le consolider, et leurs efforts semblaient vains. Albar Uk finit par crier des indications que la jeune femme suivit, se lançant en même temps que lui sur la tête du Golem, le point central à détruire avant toute chose. Perdus dans leur combat, ils ne virent pas Maya se glisser vers la silhouette de Pedro étendu au sol, et ce n'est qu'en entendant son hurlement qu'un regain d'énergie de Shae ne fit exploser la tête du Golem. Elle cria le nom d'Albar Uk pour le prévenir, et courut, dans un piteux état mais toujours en mode automatique, en fonction de survie. Elle penserait aux blessures et à la douleur après.

Le hurlement de Pedro semblait n'avoir pas de fin. Elle sentait la douleur se frayer un chemin jusqu'à son esprit, cette douleur effrayante qu'elle tentait de rejeter de toutes ses forces. Cette douleur qui s'insinua dans ses veines, faisant courir des larmes de détresse le long de ses joues, tandis que la voix rauque de Pedro s'éteignait, et qu'enfin, elle parvenait à discerner ses traits déformés par la douleur tandis que Maya usait d'un Impardonnable sur lui. Convulsant au sol, il ne semblait plus répondre de rien, et Shae, effrayée de le voir mourir sous ses yeux, hurla d'unisson avec Albar Uk :

- LAISSE LE !!

La sorcière se tourna vers eux, ses yeux exorbités de folie, et mit le dragon K.O. d'un mouvement du poignet, ses yeux mauvais les regardant avec amusement. Shae mit tout ce qu'elle avait dans le combat. Des sortilèges encore instables fusaient de sa baguette, des sorts anciens, qu'elle avait étudié par curiosité. Des explosions de lumière qu'elle ne maitrisait que partiellement. La rage l'aveuglait, et rien d'autre ne comptait que pouvoir rejoindre Pedro et s'assurer qu'il était en vie. Il semblait encore au sol, incapable de se relever. Mais elle était la seule encore assez vive pour tenir Maya occupée. Albar Uk s'essoufflait, lui aussi. Elle ? Si elle s'arrêtait, elle tombait. Mais tant qu'elle ne tombait pas, elle avait l'énergie d'occuper Maya. Prenant une inspiration, elle hurla

- ALBAR ! Laissez moi l'occuper, et allez prendre soin de Pedro !

Son ton était suppliant. Elle ne supportait pas l'idée de le perdre, et elle ne supportait pas l'idée de ne pas être celle allant le voir, mais elle ne pouvait rien faire d'autre. Albar lui jeta un regard d'avertissement, et se dégagea du combat. Maya tenta bien de le viser dans le dos, mais Shae se mit en travers du chemin, le regard sombre, sa piètre allure contrastant avec les sorts violents sortant de sa baguette.

- Reste concentrée pétasse, tu pourrais y passer.

- Encore et toujours des bravades pétale d'or ! Mais à part ouvrir la bouche, tu ne sais pas faire grand chose n'est ce pas ?

Les deux sorcières se jaugeaient du regard, se confrontaient l'une à l'autre, baguettes levées. De temps en temps, un sortilège sortait de la baguette de l'une pour être contré par l'autre. Shae gagnait du temps, pour Albar, et pour Pedro. Elle ignorait tout ce qu'il se passait de leur côté, mais elle devait à tout prix gagner du temps. A court d'idées, elle se contenta de lâcher un rire méprisant.

- Si tu es si sûre de toi, lâche ta baguette et affronte moi sans tes pouvoirs démentiels, vieille courge ! Je te mets à terre en cinq secondes !!

La provocation était minable, mais déstabilisa Maya. Une fraction de secondes seulement, mais ce fut suffisant pour que Shae lui envoie un sortilège de découpe au visage, qui la fit hurler de douleur et de rage. La terre commençait à trembler sous l'afflux d'énergie et de pouvoir, et Maya semblait gagner en puissance au fur et à mesure que sa colère s'intensifiait.

- Espèce de petite pute !

Shae roula au sol pour éviter un sort de couleur électrique, et elle riposta de plus belle, la fatigue commençant à s'insinuer dans ses membres. Ses mouvements de baguette devenaient plus lents, et elle fatiguait, plus qu'elle ne voulait l'admettre. Maya perçut probablement sa faiblesse et s'acharna, jusqu'à l'obliger à créer un bouclier, plus puissant et solide qu'un simple Charme basique, formant une bulle solide autour d'elle. Reprenant son souffle, Shae lança un regard désespéré autour d'elle. Elle avait besoin d'aide. Seule, elle ne parviendrait jamais à défaire l'effrayante sorcière. Elle aurait dû rappeler Albar, mais un seul nom parvint à franchir ses lèvres, se muant en supplication désespérée

- Pedro !


_________________
HURRICANE
© FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poudlard
avatar
Poudlard
Messages : 81
Points RP : 408
Localisation : Londres

ID
Âge: 38 ans
Inventaire:
Camp: Résistant sorcier

MessageSujet: Re: FLASHBACK : kiss in Peru (pv Pedro) TERMINADOS   Lun 8 Mai - 13:56



fight in Peru
Shae ξ Pedro

Maya relâcha son emprise sur Pedro. La douleur s’estompa aussitôt. Pourtant, Pedro ne bougea pas d’un poil. Allongé sur le sol, le regard vide, sa tête était tournée vers Shae. Elle paraissait minuscule au loin, entre les volutes de poussières de sable. Maya marchait dans sa direction avec la ferme intention de mettre fin à toute cette mascarade. Dans son fort intérieur, Pedro se maudissait d’être aussi faible. De ne pas pouvoir réagir, d’être totalement immobilisé par le poison, la maladie et le manque de forces. Son esprit était embrouillé, si bien qu’il lui était inutile de marmonner quelques incantations lui permettant de se remettre sur pieds.

Albar Uk’ courut dans sa direction, l’aidant à se redresser. Pedro était dans un état pitoyable. Son corps était couvert de blessures, ses vêtements n’étaient plus que de vulgaires lambeaux de tissus. Son visage était tiré par la douleur. Albar Uk’ considéra tristement son nouvel ami, puis le tira hors du champ de bataille, derrière un énorme rocher. Au moins, il serait à l’abri du conflit et de sortilèges perdus. Puis soudain le cri strident de Shae fendit l’air telle une lame fine. Tous les membres de Pedro se crispèrent au même moment. Il releva difficilement la tête en direction de la jeune femme, lui lançant un regard triste et désespéré. Il ne pouvait rien faire, ne pouvait malheureusement pas venir à son secours. Il était bloqué dans ce corps maudit, à cet endroit maudit. Etre aussi inutile lui arrachait le cœur. Sa jeune élève, celle qu’il aimait le plus au monde, celle qui l’avait accompagné dans les vicissitudes de sa vie les plus compliquées, celle qu’il avait rejeté pour un simple baiser, était en danger de mort et il ne pouvait rien faire. Alors, il attrapa vivement le col d’Albar et le regarda droit dans les yeux.

« Aide la. Aide Shae. Tuez Maya … Faites que ce cauchemar se finisse rapidement. »

Albar Uk’ ne rétorqua rien. Il hocha simplement la tête, puis reposa Pedro contre le rocher. Le vent soufflait vigoureusement entre les arbres, déplaçant tout sur son passage. Les nombreux corps au sol se recouvraient petit à petit de sable. La folie dévastatrice remplissait Maya de haine. Ses yeux étaient d’un noir charbon, tandis que son sourire se métamorphosait en quelque chose d’inhumain. Elle avait succombé aux ténèbres, laissant la magie noire s’exprimer entièrement. Son corps et son âme avaient succombé depuis longtemps. Elle n’était plus que l’ombre d’elle même, un démon vomissant l’horreur et la misère du monde. Sa voix n’avait plus la résonance de celle d'un humain. On aurait dit celle d’un démon.

Albar Uk’ se positionna aux côtés de Shae, baguette à la main, l’air bien décidé d’en finir une bonne fois pour toute. D’un seul regard, les deux sorciers n’attendirent pas une seconde de plus pour partir à l’assaut. Shae tirait une salve de sortilèges sur l’immondice démon, tandis qu’Albar, dans des gestes complexes et précis, usait des pouvoirs runiques qui parsemaient son corps. Mais Maya était forte. Bien trop forte. Elle repoussait tous les sorts en ne bougeant pas le moindre doigt. D'un simple regard, elle propulsa Shae dans les airs, sur plusieurs mètres. Elle mit Albar à genoux en tendant sa main droit dans sa direction, l’étouffant à distance.

Ils étaient dans la mouise. Pedro observait de loin, les larmes se perdant dans sa barbe hirsute. Son souffle diminuait et doucement, il sombra dans la nuit et le silence.

Devant l’impuissance de son maitre, Fafnar se redressa, secoua vigoureusement la tête. Le dragon considéra d’un air mauvais la méchante sorcière de son œil valide. Il poussa un rugissement puissant, puis s’éleva dans les airs. Elle avait réveillée une nouvelle fois la colère de la bête. Et il n’allait pas faire dans la dentelle. Les écailles de Fafnar se mirent à étinceler d’une couleur argentée magnifique et son gosier fut envahi d’un brasier hardent. Il cracha un jet puissant de flammes sur Maya, qui se protégea aussitôt d’un puissant charme de protection.

Albar se releva péniblement. Voyant que Shae ne bougeait pas, toujours inerte sur le sol, il se dirigea vers elle pour l’aider à reprendre un peu plus de contenance. Ils étaient salement amochés, mais c’était le moment idéal pour agir. Fafnar occupait Maya et s’ils attaquaient à trois la sorcière, alors ils auraient peut-être une chance de la vaincre.
Avec quelques paroles d’encouragement, Albar et Shae se positionnèrent de part et d’autre de Maya. Sous le regard de son maitre, Fafnar donna d’avantage de puissance dans son attaque. Le charme ne résisterait pas longtemps. Alors il était important d’agir ensemble au moment où celui-ci cèderait.

Lorsque le charme du bouclier fut rompu, Fafnar continua son attaque, tandis que Shae et Albar lancèrent dans un cri de rage fou, une multitude de sortilèges en direction de Maya. L’aura sombre qui enveloppait Maya fut plongée dans une lumière vive et aveuglante. La puissance des sortilèges combinés était telle, que les sorciers portèrent leurs bras au visage pour se protéger et Fafnar détourna le regard.

Un hurlement puissant, effroyable, déchirant les tympans, jaillissait dans cet orbe de lumière argenté. Puis une détonation forte retentie et une explosion d’ondes propulsèrent Shae et Albar sur plusieurs mètres en arrière. Quand le vieux sorcier releva la tête en direction de Maya, il ne restait strictement rien, hormis une volute de fumée, se dissipant dans les airs.

Ils avaient gagnés …

« Pedro … »

Albar et Shae se précipitèrent vers le corps du Botaniste inerte. Son pouls était excessivement faible et sa respiration presque inexistante. Voyant les larmes de Shae couler en cascade sur son visage, Albar se rapprocha de Pedro et sortit de sa besace une petite fiole étrange. Il la secoua vigoureusement, puis ouvrit la bouche du sorcier pour y verser son contenu.

« Maintenant, il n’y a plus qu’à espérer que cela fonctionne. » dit-il d’un air triste et compatissant à l’attention de Shae.

Fafnar vint se poser lourdement aux côtés des trois sorciers. Il émit un petit gémissement malheureux devant le corps froid et inerte de Pedro. Toujours immobile, le Botaniste n'émettait aucun signe de vie. Son teint était cadavérique et ses blessures impressionnantes. Il avait perdu trop de sang, ses veines étaient d’un violet sombre beaucoup trop inquiétant. Pedro était perdu dans les ténèbres et ne semblait pas retrouver la lumière, ni la chaleur qui faisait battre son cœur. Pedro était mort.

« Je suis sincèrement désolé Shae … »

Albar compressa ses doigts sur l’épaule de la jeune femme, puis s’éloigna pour lui laisser pleurer tranquillement la mort de son ami. De longues minutes passèrent, interminable, sur lesquelles Shae pleurait la mort de Pedro. Cette expédition pourtant simple, avait viré au cauchemar. Véritablement.

Puis soudain, le sol se mis à trembler sous le corps du sorcier. De la terre sèche et aride, des pousses vierges d’herbe et de plantes grimpantes, se mirent à envelopper le corps du Botaniste. Des perles de lumière dorée circulaient de façon régulière des racines jusqu’aux bouts des tiges pour finir leur course dans la plaie des nombreuses blessures. Dans un souffle presque impossible, Pedro bomba son torse brusquement et ouvrit grand les yeux.

Il se redressa prestement, complètement affolé, le cœur battant à tout rompre. La première chose qu’il vit fut le sourire radieux de Shae, mi choquée, mi émerveillée par ce qu’elle venait d’assister. Pedro la serra chaleureusement dans ses bras, si fort qu’il crut bien lui briser une côte. Il était si content de la voir, que tout soit enfin fini.

« Pedro ! Pedro est revenu ! » hurla joyeusement Albar qui courait vers eux les bras en l’air, suivi de Fafnar qui battait follement des ailes.

« Shae … je savais que tu allais y arriver. J’ai toujours cru en toi. » murmura-t-il à la jeune sorcière avant de l’embrasser amoureusement entre ses mains. « Je t’aime Shae Viridian. Et je t’ai aimé dès l’instant où nos regards ce sont croisés. »

Une nouvelle fois, il savoura cet instant précieux. La mort lui avait fait comprendre une chose, qu’il était idiot de se forger des barrières au lieu d’affronter ses sentiments. Son corps pétillait de vie une seconde fois et il apprécia chaque seconde de cet échange subtile.

Finalement, Albar vint interrompre ce moment magique pour les serrer dans ses bras maigrichons. Ils tombèrent tous à terre sous son poids, les corps couverts de bleus, d’ecchymoses, de plaies ouvertes et de courbatures, mais rirent tous en cœur sous la retombée de la pression. Maya était vaincue, et les choses avaient repris leur cours normal.

Il ne restait plus qu’à enterrer les corps et leur accorder la plus belle cérémonie possible.


_________________
until the love runs out
the same smile every day, the sirens calling away, this mean so much more. the floating boat is carrying me, and i can live my story differently. (⚡) le chant des sirènes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

FLASHBACK : kiss in Peru (pv Pedro) TERMINADOS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Trichocereus pachanoi 'San pedro'
» Pterophylum cf scalare Peru Altum M
» Kiss pieds nus, sole très sensible
» [tasse] Mr P Kiss de Propaganda
» Kiss Kool est amoureux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Malleus Maleficarum :: Monde Magique :: Autres Lieux-