Partagez | 
 

 Survivors | Valentine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité

MessageSujet: Survivors | Valentine   Lun 19 Mar - 22:49




i'm a survivor

trevelyan & tara

i'm not gon' give up, i'm not gon' stop

Ses bottines en cuir de dragon usées jusqu’à la fibre piétinèrent nerveusement les couloirs des bureaux. En passant, son reflet dans le miroir lui informa que sa tentative de rafistolage du chignon mal noué qui siégeait sur son crâne était un échec. Quant aux légères cernes qu’elle arborait, elles n’inspiraient pas vraiment la tête d’une recrue à la vie saine. Pourtant la brune avait fait des efforts considérables pour paraître volontaire à partir d’un bon pied.

Cette convocation avec son futur chef, Tara ne savait pas comment l’appréhender.

Depuis que Price l’avait pour ainsi dire délogée de son aile protectrice, Tara s’était retrouvée presque seule contre tous. Investie de ce sentiment sûrement infantile que personne n’oserait se rebiffer contre l’avis sans appel d’un Auror aussi influent dans son service que Lloyd, l’écossaise s’était préparée à s’habituer aux regards insistants des plus âgés et aux jugements non-dits d’autrui.

Alors quand on lui avait annoncé qu’on lui donnait une autre chance – quand la porte quasiment refermée sur elle s’était rouverte pour laisser entrevoir un filet d’espoir -, la jeune fille avait eu bien de la peine à y croire. A la sensation infinie du soulagement s’était succédée celle plus pernicieuse de la méfiance. Tout cela était un peu trop beau pour ne pas contenir un piège qui ne se dévoilerait que trop tard. Rares étaient les repêchés dans ce type de domaine : est-ce qu’on attendait d’elle qu’elle change radicalement d’attitude par tous les moyens quitte à lui faire subir une pression folle ? Est-ce qu’ils allaient au contraire essayer de la faire taire en la plaçant dans une des branches du Département les plus ennuyeuses en espérant que sa carrière ne s’envole jamais et qu’elle croupisse dans un coin reculé de l’open space à ne traiter que des disparitions de Nifleurs domestiqués ? Au final, est-ce que Price n’allait pas tenter de faire taire ce qu’il avait considéré comme un échec aux yeux de tout le reste des Aurors ? D’une manière ou d’une autre, la sang-mêlée n’avait aucun moyen de savoir à quelle sauce elle serait mangée.

Fumer plusieurs cigarettes d’affilée ce matin n’avait pas calmé les dizaines d’interrogations qui transformaient sa cervelle en bouillie confuse. Alea jacta est, disait bien cette vieille maxime latine : elle n’avait plus le temps ni l’envie de fuir, et surtout pas d’autre choix que de saisir à pleines mains la minuscule opportunité qu’on lui laissait de sauver son destin. Etre Auror, c’était tout ce qu’elle s’imaginait faire, et sans ça … Tara n’avait aucunement besoin d’imaginer ce à quoi sa vie ressemblerait.

La salle de réunion qu’on lui avait indiqué dans la note de service en arrivant lui faisait à présent face. Elle toqua trois fois à la porte avant de finalement l’ouvrir. Valentine l’attendait déjà, assis, quelques dossiers négligemment entassés devant lui. L’ex-Serpentarde n’eut même pas à y poser le regard pour deviner que tous ces parchemins parlaient nécessairement d’elle et de son parcours ; aussi se contenta t-elle d’hocher la tête en signe de salutation, ses lèvres laissant échapper un « Bonjour » peut-être un peu trop solennel pour elle, si peu formelle.

Ses yeux alternèrent entre la chaise vide face à son interlocuteur et le visage de ce dernier avant qu’elle ne s’assoit finalement. Elle nota ses yeux d’un bleu d’acier, ses traits visiblement plus burinés que la plupart des bureaucrates du service et surtout la barbe bien moins rasée que celle de Price – tout ça semblait presque ressembler à de multiples signaux que les choses s’annonçaient moins graves que prévu pour elle. « Vous vouliez me voir ? » Ce n’était pas véritablement une question, plutôt une façon plate de commencer la … Discussion ? Les hostilités ? Là encore la jeune apprentie ne pouvait compter que sur ce qu’on lui avait dit et ce qu’elle avait entendu de lui ; autant dire qu’elle n’avait rien d’autre que sa fidèle intuition pour savoir si Trevelyan Valentine était le mentor qu’il lui fallait.
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Auror
avatar
Auror
Messages : 143

Points RP : 429

Localisation : A la chasse aux Mangemorts, quelque part en Grande-Bretagne

Humeur : Cynique


Parchemin d'identité
Âge: 38 ans
Crédits :
Statut: Sang mêlé

MessageSujet: Re: Survivors | Valentine   Dim 15 Avr - 19:06

Valentine avait fait main basse sur la salle depuis quelques minutes déjà. Price avait bien tenté de s'incruster sans subtilité dans l'entretien qu'il s'était prévu avec Blackwell, mais Trevelyan l'avait dégagé sans ménagement. Il avait voulu se défaire d'elle et de toutes les responsabilités qui lui incombaient quant à sa formation ? Très bien. Sa place n'était plus aux côtés de son ancienne disciple, le concernant, et l'Auror l'avait fait sentir à son collègue avec l'habituelle rudesse de son honnêteté. Qu'est-ce qu'il aurait pu dire qu'il n'avait pas déjà cent fois répété au cours des réunions qui avaient précédé cette décision ? On le savait, ce qu'il pensait de Blackwell. Affaire classée, suivant. Pas besoin de s'étendre encore un siècle pour rebattre les mêmes rengaines - on avait compris.

Trevelyan n'avait gardé de l'intervention ratée de Price qu'une liasse de documents et autres dossiers parfaitement classés, où triomphait de façon irritante l'impeccable graphie carrée dont il étiquetait chaque foutu parchemin - l'oeuvre d'une vie, à en croire le temps qu'il consacrait à passer, scrupuleusement, au peigne fin, le moindre document qui traversait le Bureau. Quelle plaie, ce type, grommelait encore Trevelyan tandis qu'il parcourait d'un regard cerné le dossier scellé du nom de sa nouvelle apprentie.

Tara Blackwell. Moins entichée de théorie que de pratique - dans laquelle elle avait de bonnes évaluations. Pourtant, Price avait souligné en un parfait trait tracé à la règle et l'encre rouge un manque de maturité et de réflexion, des décisions trop impulsives, des lacunes dans la connaissance des règles. Pas assez de prudence, trop tête-brûlée.

Valentine sourit à part lui en feuilletant les parchemins ; on aurait dit lui. Exception faite qu'il avait eu la chance en son temps de tomber sur un mentor bien décidé à ne pas le lâcher jusqu'à ce que du plomb durement appris lui leste un peu la tête. Price n'avait pas eu avec Tara Blackwell ce genre d'acharnement - pour la seule et bonne raison qu'elle ne rentrait pas dans les soigneuses petites cases qui définissaient à ses yeux le métier d'Auror. Pas critiquer. Pas remettre en question. Pas rechigner devant le labeur emmerdant que représentaient les compte-rendus. Price avait de leur boulot une idée si rigide que peu ici trouvaient grâce à ses yeux, et Trevelyan n'en faisait certainement pas partie. Si cet ahuri finissait par accéder au poste de Directeur du Bureau, c'est sans regret qu'il prévoyait de faire un petit baluchon de sa veste en cuir et souhaiter bon vent à tout ce petit monde.

Jetant un oeil au tic-tac régulier de l'horloge qui surplombait la porte du bureau, Trevelyan avala la dernière gorgée de son café avant d'envoyer d'un coup de baguette la tasse se faire passer un savon sous le jet d'eau de la petite cuisine attenante au Bureau. Tandis que des bruits de pas se rapprochaient de la salle, il balaya d'un dernier regard furtif le bilan des évaluations de sa nouvelle apprentie. Pas encore de mission en infiltration, ni de mission sous Polynectar à son actif. C'était bon à savoir.

Les phalanges de Blackwell toquèrent trois fois à la porte avant qu'elle n'entre, rangers aux pieds et cernes aux yeux, les cheveux sommairement attachés pour dégager les contours d'un visage ombré d'appréhension. Il n'eut pas le temps de lui dire d'entrer qu'elle s'avançait déjà vers lui et proférait une salutation tout ce qu'il y avait de plus sobre, prenant place sans qu'il l'y ait invitée. Price aurait déjà pris ça pour une offense à la hiérarchie, mais Trevelyan se félicitait déjà qu'elle ne s'embarrasse pas d'un sens des convenances exagéré, qui l'aurait mis aussi mal à l'aise qu'elle.

- Vous vouliez me voir ?

Il acquiesça d'un signe de tête pour seul début de réponse, poursuivant d'une voix où se devinait la cigarette.

- Je voulais savoir avec qui j'ai choisi de bosser, commença Trevelyan, sourcil haussé. Détends-toi, Blackwell, je te fais pas passer un oral de repêche.

La main qu'il gardait préservée sous une mitaine de cuir pour en cacher les cicatrices pianota sur la liasse de parchemins qu'il avait reçue de Price, sans qu'il quitte la jeune fille des yeux.

- Toute cette paperasse, là, parle de toi. J'ai vu du bon dedans, du vraiment bon. Bons réflexes sur le terrain, de bonnes techniques d'observation et d'analyse des lieux comme des profils psychologiques... lista-t-il en égrenant ses compétences comme les feuilles du dossier du bout des doigts. Quelques faiblesses en filature et lors des interrogatoires. Et un penchant pour l'audace qui frise l'insolence, finit-il en refermant le dossier d'une main ferme, le poussant sans ménagement sur le côté.

Trevelyan passa une main dans la barbe qui adoucissait le dessin affûté de sa mâchoire, certain des mots qui allaient suivre. Il riva l'acier bleu de ses iris à ceux de Tara, et s'appuya au dossier de sa chaise dans un chuintement de cuir.

- Tout ça, c'est pas qu'on s'en tape, mais presque. J'ai pas pour habitude de prendre ce qu'on me dit des autres pour argent comptant si je l'ai pas constaté de mes propres yeux, ça vaut aussi pour mes apprentis. Je garde ce dossier sous le coude, Blackwell, mais tu repars de zéro avec moi. Tout ce que tu vaux, tout ce qui fait que tu veux rester ici et devenir Auror, il faudra que tu me le prouves autrement que par ce dossier. On est clairs là-dessus ?

Faire ses preuves au jour le jour sans l'ombre acide de Price au-dessus d'elle, c'était tout ce qu'il désirait découvrir. Le dossier de Tara recelait des éléments qui piquaient sa curiosité et lui donnaient l'instinct, précieux et qui ne lui avait jamais fait défaut, qu'il fallait qu'il s'accroche à elle comme son propre mentor s'était accroché à lui, sans le laisser tomber, malgré ses accès stupides de témérité  Sans gommer ce qu'il était, mais en lui donnant suffisamment de clés et de leçons pénibles pour devenir ce qu'il était aujourd'hui. Il faisait le même pari, concernant Tara Blackwell, et n'attendait que l'aval de la concernée pour entamer une page entièrement neuve.

_________________

Valentine
(My girl,
If looks gave heart attacks...)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Survivors | Valentine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» le site Deluxe Valentine
» La Chapelle Valentine
» Dicentra spectabilis 'Valentine'
» Valentine
» Dicentra spectabilis 'Valentine' et Iris foetidissima 'Paul's Gold'

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Malleus Maleficarum :: Les écrits fantômes-