Partagez | 
 

 We don't talk anymore | Shae

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité

MessageSujet: We don't talk anymore | Shae   Lun 2 Avr - 23:17




we don't talk anymore

shae & tara

like we used to do, what was all of it for ?

Le bar des Trois Balais se vidait lentement de sa clientèle et Tara était bien décidée à faire la fermeture du bar, non pas pour l’unique plaisir d’être dans les dernières à  mais parce qu’elle n’avait absolument pas sommeil. La plupart des autres apprentis Aurors qui étaient venus avaient déjà quitté l’établissement, le pas pas nécessairement droit et l’allure parfois bancale pour les plus chétifs. La faute à Orson, l’éternel gai-luron de service, qui avait enchaîné tournée de shots sur tournée de shots pour l’ensemble de la petite troupe et qui s’était retrouvé, trois heures plus tard, à moitié affalé sur la table qu’ils occupaient à raconter comment il avait triché au dernier examen de droit sorcier qu’ils avaient eu. Tara avait écouté tout cela d’une oreille un peu distraite. Elle ne croyait pas vraiment aux racontars de ses collègues qui espéraient surtout attirer la convoitise des plus jolies futures recrues du département des Aurors, mais au moins elle s’amusait. En tout cas, elle s’était amusée, avait oublié pendant quelques temps qui ils étaient et s’était contentée de vivre comme une toute jeune adulte. Normalement, bêtement, mais surtout pas sobrement.

Et maintenant la solitude était venue remplacer ses amis. Un allié bien plus fidèle et surtout tenace qui commençait à lui pervertir l’esprit par des pensées teintées de paranoïa. Elle ne pouvait pas se voiler la face, après tout ce qui s’était passé récemment au Ministère et le conflit avec Price, nombreux étaient ses camarades qui l’évitaient. Cette soirée avec eux n’était qu’un prétexte pour les moins froussards ou les plus hypocrites de lui témoigner un peu de soutien – ou d’essayer d’en savoir plus sur sa situation pour le moins dangereuse. Un deuxième mentor, on n’en attribuait pas forcément. Tara avait longuement cogité sur le sujet, trop heureuse d’avoir n’importe qui plutôt que ce connard notoire de Lloyd pour la chapeauter. Elle ne connaissait pas assez Valentine pour savoir si cet échange valait mieux qu’elle ne le pensait naïvement, mais au moins elle était pour le moment sauvée. Restait maintenant à gérer le sentiment d’être constamment sur la sellette, jugée par les autres et par ces abrutis qui criaient déjà au favoritisme.

Elle engloutit le fond de son verre de Rhum du Dragon non sans tousser un peu, et sauta du tabouret haut sur lequel elle était installée. Doucement sur les mouvements brusques, lui cria aussitôt son inconscient. Il fallait définitivement qu’elle arrête de réfléchir pour enfin espérer trouver le sommeil. Et quoi de mieux que ça qu’un peu de tabac ? Une hygiène de vie saine et des heures de repos fixe ? Sûrement pas. Ses premiers pas sur la terre ferme passés, l’écossaise retrouva son sens de l’orientation mais faillit percuter de plein fouet une autre cliente installée à une table sur le chemin. Avec un temps de retard digne de toute jeune fille un poil soûle, Tara avait déjà trop vite reconnu la frimousse de celle qui se retournait vers elle, prête à soit l’incendier pour l’avoir presque poussée, soit prête à lui vomir sur ses chaussures. Au choix. « … Shae ? » Oui, c’était bien elle, la grande blonde à la tignasse aussi indisciplinée qu’elle. Un point pour l’observation de maître.

A en juger par la lueur de son regard et la quantité de verres vides alignée devant elle, l’ex-Serdaigle avait eu elle aussi une soirée on ne peut plus arrosée. Elle n’avait même pas l’air très bien, murmura le fin talent d’analyste – lui aussi bourré comme un coing – de la jeune Blackwell. Bon, évidemment, l’alcool était pour partie responsable de son état plutôt vacillant, mais Tara doutait intérieurement qu’on puisse être à ce point ivre morte sans autre raison que celle de vouloir faire la fête. Elle-même avait une fâcheuse tendance à évacuer sa contrariété par l’abus de Whisky-Pur-Feu et si ça n’était pas une addiction qui nuisait à sa santé, elle ne pouvait pas non plus faire mine d’oublier la présence du paquet de cigarettes dans la poche de sa veste – ce même petit paquet qui se retrouvait bien vite dépoilé lors de ses séances clandestines aux archives du Bureau. « T’es sûre que ça va ? » La sang-mêlée n’avait pas pu s’en empêcher : cette manie naturellement inépuisable de se soucier du reste du monde ne l’avait pas quittée depuis le temps. Et les Bièraubeurres n’avaient rien arrangé.

Un ange passa durant lequel Tara hésita, une furieuse envie de mordiller ses joues et de ravaler ses paroles pour fuir à grand galop la gêne de cet échange auquel elle se sentait incapable de se confronter en cette nuit. Trop de mots à employer et surtout pas assez de diplomatie à son actif pour ne pas risquer une engueulade en plein bar avec cette fille qui lui rappelait à quel point elle avait merdé. Son propre cerveau était embrumé par tout ce qu’elle avait bu mais plutôt que de s’en trouver handicapée, Tara réalisa qu’un petit bout d’elle éprouvait cet irrépressible besoin de tendre une perche, infime. Avec un peu de chance, elle la saisirait. « J’allais prendre l’air, si tu veux. » Sa proposition lui paraît aussi anodine que d’ores et déjà morte dans l’œuf. Ce n’était pas comme si Shae aurait réellement eu envie de discuter avec elle. Elles n’étaient pas vraiment amies. Plus, à vrai dire. Quelque part la brune aurait pu se blâmer de cette fatalité mais elle n’y parvenait pas complètement, bloquée dans l’idée entêtée que rien ne changerait ces choix du passé que chacune avait fait en toute conscience. Et pourtant, elle resta plantée là, bras ballants et regard fixé sur Viridian.
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 340

Points RP : 1206

Localisation : London

Emploi/loisirs : Botaniste Chercheuse

Humeur : Charmante


Parchemin d'identité
Âge: 20
Crédits :
Statut: Sang mêlé

MessageSujet: Re: We don't talk anymore | Shae   Mer 4 Avr - 20:49



We don't talk anymore
ft Tara - 16 novembre 2000


 
Que foutait-elle là ? Huh. Bonne question. Se reflétant dans son verre les yeux de Shae ne trouvaient aucune réponse logique à sa présence si proche de Poudlard en ce soir de novembre froid et humide. Elle n'avait eu aucune raison valable de quitter Londres. Aucune raison valable de venir errer aussi proche du lieu qui l'avait hébergée sept longues années durant, et qui l'avait irrémédiablement détruite, en fin de compte. Un ricanement amer et deux gorgées plus tard, et elle avait déjà oublié qu'elle ressassait les mêmes pensées sombres depuis trois bonnes heures au minimum, son verre à peine vide déjà remplacé par une tenancière au regard progressivement inquiet. Shae s'en foutait. Combien de fois, adolescente, avait-elle rêvé de pouvoir se prendre une murge aux Trois Balais ? Combien de fois avait-elle tenté, pour au final se faire rembarrer par un adulte persuadé de mieux savoir qu'elle ? Reniflant d'un air victorieux, elle leva son verre et gueula une phrase qu'elle avait déjà trop de fois gueulé durant la soirée.

- Dans ton cul McGo ! Héhé...

Elle vida d'un trait son énième verre et s’apprêtait à en recommander un en tonitruant, quand un choc vint la percuter et que son monde vacilla, les lumières soudainement floues, réussissant à s'agripper au rebord de la table que d'extrême justesse afin d'éviter d'atterrir le cul par terre et l'ego dans le fond des bottes. Elle jeta un regard furax au malotru osant perturber sa cuite esseulée, et se figea soudainement, le doigt en l'air, en reconnaissant les traits d'une ancienne camarade de classe. Evidemment... Il fallait que ce soit quelqu'un de cette époque. Quelqu'un qui lui rappellerait toutes les horreurs commises et tout ses manquements, et tout ce qu'elle avait foiré, et tout l'honneur qu'elle n'avait pas eu, et tout le courage qu'elle avait enterré, et tout ce qu'elle haïssait. Une haine si intense et si déstabilisante qu'elle vacilla encore en se redressant, bouche bée, le teint vert, un dégoût lisible sur ses traits. Merde. De toutes les personnes qu'elle aurait pu croiser, il fallait que ce soit Tara Blackwell. La Serpentarde, quasiment une amie et Merlin sait que Shae n'en avait jamais eu, qui avait craché sur tous ses choix et décisions durant cette putain d'année. Ugh.

Elle tenta de marmonner une remarque assassine mais ses mots se perdirent en cours de route et elle n'articula rien d'intelligible. Peut-être était-ce heureux. Shae capta finalement que Tara s'adressait à elle calmement - poliment même - et semblait presque s'inquiéter, ce qui la mit dans une rage folle. Elle ne méritait ni considération, ni bienveillance !! N'était-ce pas la vérité, crue et inchangeable, de sa propre lâcheté ? Elle avait choisi en sachant pertinemment ce qui se passerait. Elle avait choisi, et elle avait agi, subit, en serrant les dents, mais elle avait tout fait comme une bonne petite froussarde voulant à tout prix protéger une cousine qui au final n'avait peut-être pas tant besoin de sa protection que ça, mais plutôt d'une guide apte à partager ses valeurs. Evidemment, la génie qu'elle était avait mis trois ans à s'en rendre compte, et s'était entre temps noyée dans la haine, le dégoût, et l'alcool... et les substances un peu plus costaudes et illicites. Sans qu'elle ne comprenne ce qu'elle faisait, Shae Viridian inclina la tête et suivit son ancienne camarade docilement, ses pieds décidant à sa place.

Peut-être n'était-ce au final pas le hasard qui l'avait conduite si proche de Poudlard, mais bien sa culpabilité toujours aussi forte, même après toutes ces années. S'adossant à un mur, elle sortit un paquet de clopes cabossées de sa poche, sa fidèle veste en cuir élimée oversize pendant tristement sur ses jambes maigres vêtues d'un jean noir déchiré et troué. Elle tira sur ses mèches blanches, songeant à une parole intelligente à prononcer. La rage incontrôlable s'était calmée, comprenant peut-être que personne ne l'accusait de rien, pour l'instant. Tirant sur la cigarette, sa voix rauque et éraillée finit par résonner dans l'allée sombre qui longeait les Trois Balais.

- J'ai entendu dire qu't'étais Auror maintenant.

Elle avait demandé à vrai dire, entre deux conférences Botaniques, à l'occasion d'un repas chez ses parents. Elle avait fait sa fouine, demandant à son père des nouvelles du Ministère, sous couvert de demander un avis extérieur à Ruth sur comment ça se passait au Bureau des Aurors. Elle avait fait sa fouine avec Maeja aussi, en fait, tout pour avoir des nouvelles de leur ancienne amie commune. Sous couvert je-m'en-foutiste, elle avait secrètement espéré que la haine qu'elle ressentait envers elle-même suffirait à compenser ses manquements, et à palier à celle que devait ressentir Tara à son égard. Elle renifla et tira sur sa clope avec un sourire désabusé.

- Tu dois être bien contente d'me voir dans cet état. Prouvant chacun de tes vieux arguments. Ah !

Elle s'esclaffa d'un rire froid, amer, et sans âme, une violente remontée acide l'interrompant le temps qu'elle vide ses entrailles sur le bas-côté. Toussant, sa clope enterrée sous une flaque nauséabonde, elle se redressa, s'essuyant la bouche avec un râle fatigué.

- Putain..


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: We don't talk anymore | Shae   Dim 8 Avr - 22:57




we don't talk anymore

shae & tara

like we used to do, what was all of it for ?

C’était donc elle qui beuglait depuis presque deux heures des insanités sur tout le corps enseignant de Poudlard … Tara aurait du reconnaître ce grain de voix instantanément. Mais noyé dans la masse, le timbre rauque et éméché lui avait paru trop lointain pour qu’elle ne l’identifie.

Shae était apparemmente aussi beurrée qu’une Bièraubeurre – belle analogie – mais, fait intéressant, elle acceptait de partager malgré tout le même air que Tara en l’accompagnant dehors. Ouais, un peu d’air frais allait leur faire du bien à toutes les deux. Ou, avec beaucoup moins de chance, allait très vite les faire dégriser et leur remettre les pendules à l’heure : elles n’avaient absolument rien à se dire.

Le froid les accueillit comme une délicieuse gifle prévue et pourtant douloureuse, l’écossaise resserrant aussitôt sa veste sur elle alors qu’elle fouilla d’une main sa poche pour en sortir, de concert avec la blonde, une cigarette. Un sortilège informulé plus tard et le bout de la clope partait en fumée. Les mains enfin libres et l’esprit également, ses yeux ne purent que se concentrer sur l’ex-Serdaigle qui tirait latte sur latte. La brune pouvait quasiment prédire qu’à force de la scruter aussi intensément, elle allait se prendre une réflexion bien salée et méritée, mais ses iris ne purent se retenir de détailler toutes ces petites choses qui semblaient anodines et qui en disaient malgré tout beaucoup. Son élan d’enquêtrice en herbe zélée fut stoppé net quand la sang-pure attaqua la première – si tant était qu’on pouvait appeler ça une offensive.

Elle n’aurait pas du être surprise : les infos circulaient nécessairement vite. Shae avait du garder plus de contacts avec tous ses anciens camarades qu’elle, et si ce n’était pas ça, il y avait au moins sa cousine Ruth et Maeja pour affirmer que Tara était bel et bien en vie et en pleine action au bureau des Aurors. Tu parles, songea ironiquement la concernée en n’arrivant pas à retenir un sourire bizarre qui le serait d’autant plus pour Shae. Si elle savait qu’elle était passée à un cheveu de se faire virer … « Ouais. » Avec un temps de latence supplémentaire, la jeune femme se reprit un peu en haussant les épaules d’un air dégagé. Ce n’était pas comme si ça importait, si ? Si, bien sûr que si. « Apprentie. » voulut-elle corriger pour paraître moins formelle. Il y avait mieux en terme de fausse modestie …

Le sujet n’était pas idéal, clairement. Il rappelait juste que l’une avait continué à jouer les héroïnes quitte à agacer avec ce syndrome persistant du saint-bernard. Pas de quoi réconcilier qui que ce soit ici. Plus le temps s’étirait entre elles et plus Tara commençait à se demander si son surmoi alcoolisé n’avait pas eu une mauvaise idée en voulant aller parler à Shae Viridian. Qu’est-ce qu’elles allaient s’échanger à part tôt ou tard des reproches sous couvert d’insultes ?

Une fois de plus, ce fut la blonde qui prit les devants – toujours autant d’audace – et Tara de froncer les sourcils, pas sûr de comprendre ce que tout ça voulait dire. « Pas vraiment, nan. » Enfin si, elle était contente et en même temps … Bah, c’était n’importe quoi. Même elle n’arriverait pas à expliquer avec cohérence ce qu’elle pensait. Elle était quelque part soulagée et en même temps désabusée, déçue de la voir. A une époque, l’ex-Serdaigle avait été une amie en qui elle avait placé bien plus que de la confiance et de l’estime. La recroiser, c’était aussi douloureux que rassurant, parce qu’il y avait toujours une chance idiote pour que quelque chose change. Tara n’avait pas réussi, mais ça ne l’empêchait pas d’espérer que quelqu’un d’autre parvienne à redonner à la blonde éteinte cette petite étincelle de combativité qui lui semblait cruellement lui manquer. « Après tout, j’t’ai encore jamais reproché d’être bourrée. » Son ton aurait du être plus taquin. Là, il était juste moqueur et un peu vexé. La faute à une fierté mal rentrée.

Trois secondes plus tard, le début de ce qui aurait pu être une belle engueulade prit fin sous le bruit d’un dégueulis peu appétissant. Tara n’eut pas besoin de vérifier pour savoir que Shae venait partiellement de saloper le bout de ses chaussures – tant pis … Pour elles deux. « Merde … » La cigarette machinalement coincée entre ses lèvres, Tara sortit de son sac un mouchoir en papier à Shae. « Tiens. » Le Récurvite sur ses bottes, ça serait pour plus tard. « T’as fait un peu fort. Y a quelqu’un pour te ramener chez toi ? » Putain, pourquoi elle avait dit ça ? C’était quasi-certain qu’elle allait se manger un refus sévère.
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 340

Points RP : 1206

Localisation : London

Emploi/loisirs : Botaniste Chercheuse

Humeur : Charmante


Parchemin d'identité
Âge: 20
Crédits :
Statut: Sang mêlé

MessageSujet: Re: We don't talk anymore | Shae   Lun 9 Avr - 23:34



we don't talk anymore
Tara | 16 novembre 2000
Dire que Shae était émotionnellement vidée et épuisée de toute substance aurait encore été un euphémisme face à la réalité ; non seulement elle l'était émotionnellement, mais à présent physiquement. La flaque nauséabonde à ses pieds en témoignait, et elle restait stupidement fixée à se dire qu'elle tomberait difficilement plus bas, que face à quelqu'un la haïssant à juste titre et pourtant suffisamment encline à lui parler pour se faire vomir sur les bottes. Relevant fièrement le nez, Shae grinça des dents en voyant Tara sortir un mouchoir de sa poche et lui tendre par réflexe. Ce qu'elle haïssait cette bonté innée, ce talent que la jeune femme avait pour oublier les torts et se focaliser sur les besoins d'autrui. Elle n'avait jamais véritablement compris cette manière de fonctionner à vrai dire, et les yeux fixés sur le mouchoir, elle finit par s'en saisir, s'essuyant les contours de la bouche et la main avec avant de le jeter. Elle observa le mouchoir, la flaque.

La flaque, le mouchoir. Elle sortit sa baguette et incendia le tout, l'odeur déjà nauséabonde se répandant entre elle. Toussant et grimaçant, elle attrapa le bras de la jeune femme à ses côtés en ignorant royalement sa question, et la tira vivement, pour ne pas dire brutalement, les enfonçant plus encore dans la ruelle sombre.

- Reste pas là c'est une immondice sans nom.

Ah ! Quelqu'un pour la ramener... Il faudrait qu'elle soit sur son lit de mort pour qu'elle laisse quelqu'un transplaner à sa place. Surtout dans cet état. Non, Shae Viridian n'avait besoin de personne et ça, c'était sa fierté personnelle. Sa dignité toute entière résidait en ce fait. Elle n'avait pas besoin du pardon, de la gentillesse et de la salvation que pourrait lui offrir Tara ce soir. Elle n'en avait jamais eu besoin. Au contraire. Logan était une exception de toute façon. Si. EH. OH. La conscience, tu fermes ta bouche, tu vas au coin. Voilà. Elle était bien là. Elle allait aller loin dans sa vie. Toute seule. Comme une grande personne. Prise d'une inspiration soudaine, elle leva le nez en l'air comme une illuminée, ses yeux brillant sournoisement, et se tourna vers Tara.

- Tu veux savoir un truc ? Un truc vaaaachement marrant ?!

Elle renifla d'un air désabusé, toute contente de son idée. Lâcher son plus gros secret. VLAN. Dans ses dents hé ! Shae se para d'un sourire presque réjoui, à défaut d'être tout à fait mesquin, trahi toutefois par son regard noyé dans l'apathie. Après toutes ces années où la terreur lui avait noué le ventre à l'idée qu'on l'apprenne, elle allait le révéler à une personne qui ne lui devait rien. Qui la haïssait probablement. Un énième acte de provocation, de défiance, et peut-être même de stupidité innée. Se sortant une autre clope de sa poche, elle l'alluma d'un coup de baguette et regarda enfin Tara dans les yeux. Tara qui avait l'air aussi arrachée qu'elle. Tara qui oublierait tout le lendemain, se rassurait-elle. Sa brutale honnêteté teintée d'alcool ne marquerait pas. Elle finit par tirer une bouffée de nicotine et amasser suffisamment de courage dans sa misérable carcasse pour enfin susurrer les mots qui l'avaient tant rongée à Poudlard.

- J'suis sang-mêlée. Ma mère est née-moldue.

C'était comme lâcher une bombe. Un poids s'envola de ses maigres épaules, et elle redressa la tête avec une ombre de sourire sur le coin des lèvres en lâchant un impressionnant nuage de fumée vers le ciel. C'est ce moment que choisirent ses jambes pour la lâcher, et elle passa d'une position affalée sur un mur à accroupie, sa tête tournant soudainement, lui arrachant un grognement. Voilà. Elle l'avait lâché son putain de secret, ce secret qui lui avait pendu au nez tout au long de l'année scolaire, qui l'avait fait se réveiller la nuit en hurlant de peur que les Carrow se développent un talent soudain pour la Légilimencie et l'extirpe de son cerveau, une terreur sourde que tous ses efforts, toutes ses horreurs soient commises pour rien, et que les Mangemorts prennent le pouvoir de façon permanente et qu'elle se retrouve à vivre dans un mensonge permanent, condamnée à ne revoir sa mère que de maigres fois, condamnée à tout faire oublier à ses grands-parents pharmaciens à jamais. Elle en avait encore des frissons en y repensant. A quel point ça aurait pu devenir sa réalité.

A quel point ce n'était pas passé si loin que ça. Et quel beau mensonge elle aurait vécu, la sang-pure au sang impur, l'héritière des Viridian destinée à côtoyer la lie, le pire, les raclures de fond de bidet du monde sorcier qui sur un coup d'état s'étaient emparés de tout. Elle avait été si soulagée de la Bataille Finale. Si soulagée de pouvoir enfin envoyer des sorts dans la tronche de ceux qui le méritaient vraiment. Même au prix de sa cicatrice dont elle se foutait éperdument désormais. Revenant à la réalité et au vent froid qui lui mordait les joues, elle se gratta le nez, terminant sa clope.

- La vie c'est de la merde, hein Blackwell ? ironisa-t-elle.

Ouais. La vie c'était vraiment bien d'la merde.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: We don't talk anymore | Shae   Lun 16 Avr - 22:52




we don't talk anymore

shae & tara

like we used to do, what was all of it for ?

A en juger par le regard que lui balança Shae, Tara aurait pu tout aussi bien se mettre son mouchoir dans le fondement. Ce qui ne l’empêcha pas d’attraper le petit morceau de tissu jetable, l’écrasant contre sa bouche et ses joues pour effacer les traces de son méfait et les restes de son rouge à lèvres déjà bien attaqué par tous les verres qu’elle avait sifflés.

La brune recula d’un pas sous le geste imprévisible de sa consœur qui n’avait pas jugé moins inadéquat que de tout brûler pour tout faire disparaître. Pas de preuves, pas de faits ? L’ex-Serpentarde voyait presque là une manière pour elle de dissiper tout ce qui aurait pu rendre un peu plus concret le fait qu’elles étaient là à se regarder en chien de faïence pour ne pas s’attaquer. Avec un temps de retard, l’écossaise se laissa embarquer par la poigne décidée de Viridian et son nez la remercia – sa manche gauche elle s’était planquée contre son visage pour tenter de dissiper l’âcre et nauséabond fumet qui s’échappait de la ruelle. Ruelle qu’elles quittaient sans regrets comme deux vandales.

Elle aussi aurait pu avoir envie de vomir à ce stade de la conversation, mais Merlin merci l’air frais rattrapa leurs gorges et les libéra de l’acidité dans laquelle elles baignaient. Plusieurs pas encore et Tara se rappela qu’elle avait encore sa cigarette fumante dans son autre main libre – une longue taffe plus tard et la cendre consumait bien trop vite son butin. « Quoi ? » s’entendit coasser Tara. Sa mine affichait la perplexité de celle qui manquait un peu trop de sobriété pour comprendre là où la blonde voulait en venir, pourtant son oreille était tendue. Quelle sombre connerie allait lui annoncer l’intrépide, la provocante Shae ?

De sa part, on pouvait s’attendre à tout. Une horreur sur elle pour la faire sortir de ses gonds ou en tout cas essayer de l’agacer, une gentillesse venue de nulle part comme pour la surprendre encore plus de tout ce qu’elle pouvait prédire, une ânerie totale pour se payer sa tronche d’impatiente soûle, un dossier juteux sur un débile de leurs années Poudlard ; ou même un « j’sais plus ». En fait, Shae était capable de sortir de sa veste en cuir une petite bombe artisanale que la jeune apprentie aurait à peine sourcillé d’incrédulité.

Parlant d’explosifs, on n’était pas si loin du compte. Si les mots mirent le temps à faire leur bout de chemin dans l’esprit de Tara, celle-ci secoua la tête, persuadée de ne pas saisir l’information comme il le fallait. Pourquoi est-ce qu’elle lui disait ça comme ça de but en blanc ? Est-ce qu’elle mentait pour s’attirer sa compassion ? Pas le genre de la maison répliqua aussitôt la partie de son inconscient qui avait mémorisé les souvenirs de la personnalité de la blondinette – tout sauf complaisante. « .. Tu te fous de ma gueule, c'est ça ? » C’était tout ce qu’elle était capable d’articuler entre deux crachats d’une épaisse fumée blanchâtre.

La silhouette longiligne de la liane à la crinière de lion s’écroula, ramassée sur son sort et sur sa piètre façon de gérer les choses. Oui, Tara ne pouvait même pas s’empêcher de la juger après une telle confession. Ca avait encore moins de sens pour elle d’avoir fait tout ça. D’avoir caché à ce point des choses, de s’être terrée dans tellement de non-dits qu’au final … Shae s’était partiellement piégée toute seule. Contrainte et forcée à devoir soutenir le poids ensanglanté de ses mensonges.

Sa tête lui tournait un peu à présent mais Tara tira machinalement sur sa clope plusieurs fois d’affilée avant d’en venir à bout et de la jeter finalement rageusement par terre. Ca y est, elle était en colère. « Ouais, ouais tu peux le dire que c’est de la merde. » Ses deux mains s’enfoncèrent dans sa chevelure alors que son regard partagé entre l’exaspération et le désespoir dévisageait Shae. « Pourquoi tu me dis ça maintenant ? A quoi ça rime ? » Finalement, un rire nerveux, signe que quelque chose quelque part brisait enfin la glace paisible qui avait empêché Tara de se mettre à bouillonner d’incompréhension. « A quel moment t’as cru que ça te sauverait au juste ? »
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 340

Points RP : 1206

Localisation : London

Emploi/loisirs : Botaniste Chercheuse

Humeur : Charmante


Parchemin d'identité
Âge: 20
Crédits :
Statut: Sang mêlé

MessageSujet: Re: We don't talk anymore | Shae   Mar 1 Mai - 0:23



we don't talk anymore
Tara | 16 novembre 2000
La vie c'était tellement de la merde. Ah ! Shae Viridian marmonna dans sa barbe inexistante des imprécations agacées contre la vie, le vent, le vomi et l'alcool, pas forcément dans cet ordre. Elle se sentait pouilleuse, nauséeuse et n'avait qu'une envie : s'écrouler dans un matelas bien moelleux. Evidemment que Tara s'en foutait de sa tragique backstory pétée. Mais au moins, maintenant elle savait. Et elle s'en foutait. Mais elle savait ! Et ça, c'était important, se répétait Shae en boucle. Comme ça... Bah peut-être que ça ne changeait rien à vrai dire. Elle haussa les épaules et continua à fumer, accroupie, se balançant légèrement au gré de ses pensées épileptiques. La vie semblait bien amère quand on se sentait déjà amoché à 20 ans. Si jeune, et si abimés. N'étaient-ils pas une grande et belle génération de scarifiés ? Elle secoua la tête et continua de tirer sur sa clope, le faisceau rougeoyant éclairant la ruelle sombre par intermittence tandis qu'elle emplissait ses poumons de fumée âcre.

- J'te dis juste ça comme ça t'sais. Pas besoin de t'exciter.

Elle sortit un petit cactus de sa poche et fronça les sourcils en collant presque son nez au petit bébé piquant. Gontran, car c'était son petit nom, avait besoin de soins constants. Reniflant élégamment, la sorcière sortit une fiole de sa poche, et en versa délicatement le contenu sur Gontran qui pétilla, signe de santé certaine. Gontran était une espèce endémique d'Australie, où elle avait été faire un tour le mois précédent, et il avait la petite particularité délicieuse de pouvoir exploser en projetant ses piquants enduits de poison dans un rayon de cinq mètres, si provoqué... Avec l'amusant détail qu'un retardement de cinq secondes entre la provocation et la réaction se faisant naturellement chez ce spécimen, il était souvent utilisé comme grenade magique dans les batailles, et il faisait de sacrés dégâts. Ce qu'elle aimait les plantes dangereuses... Malheureusement, dans le domaine médical comme esthétique, aucune propriété de ce petit bijou n'était lucrativement exploitable, et elle devait parfois s'en tenir aux ennuyeux extraits de valériane pour renflouer les caisses.

Satisfaite de son devoir de maman-végétale, elle rangea le petit précieusement dans sa poche et se redressa lentement en dépliant sa silhouette longiligne, se massant l'arrête du nez, se sentant toujours aussi nauséeuse et saoule. Elle retrouva néanmoins assez de verve pour toiser Tara d'un air désabusé, secouant la tête de droite à gauche, répondant enfin à ses violentes réactions de dédain.

- J'ai pas besoin d'être sauvée Blackwell. J'suis juste...

Elle leva un doigt devant son nez, l'agitant comme pour forcer son regard à se fixer sur un point.

- Saoule.

C'était un bon verdict ça Sherlock. Avec un peu plus d'entrainement, et voilà qu'elle pourrait résoudre des crimes à la Hercule Poirot. Ah ! Elle s'alluma une nouvelle clope en tâchant de retrouver ses esprits, sortit tout naturellement de la poudre de corne de dragon péruvien - produit illégal en Grande-Bretagne depuis les accords d'Inverness en 27, mais dont elle se foutait un peu éperdument, et une reniflade dans le pif plus tard, elle clignait des yeux, son état d'ébriété ne devenant plus qu'un lointain souvenir, laissant place à une énergie et une excitation sans limite. Wou-HOU ! C'est clair que ça donnait un petit coup de fouet ces conneries. Elle sourit à Tara, soudainement requinquée, et se secoua une dernière fois en s'étirant, claquant ses baskets sur le sol humide.

- Et voilà ! Comme neuve ! Bon on disait quoi déjà ? Ah oui la salvation tout ça, non c'est mort, pas possible je sais, tu me hais, je me hais, on est sur la même longueur d'ondes.

Elle s'apprêtait à continuer son monologue excité de droguée quand un bruit suspect de poubelles dérangées se fit entendre, et qu'elle se tourna vivement vers sa source, une lueur curieuse dans les yeux.

- OHoh ? On va voir ? Je vais voir. Bouge pas toi.

Et voilà qu'elle sortait bravement sa baguette en s'avançant, la curiosité faisant luire ses mirettes. Quelle espèce de créature allait-elle donc dénicher ? Un rat ? Deux rats ? Un chat errant ? Un centaure SDF ? Les possibilités la faisait frissonner et elle oubliait déjà Tara et leur déplaisante conversation sur ses révélations grosses comme des maisons. Gnagnagna tu penses vraiment que ça va te sauver, de quoi exactement ?! L'avait-elle menacée ?! Comme si elle se laisserait faire de toute façon elle était bien trop géniale pour se laisser avoir, ah ! Elle avait pas survécu Poudlard sans une égratignure physique pour ça. Non. Et elle n'était pas défoncée comme un cheval sous kétamine. Faux.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: We don't talk anymore | Shae   

Revenir en haut Aller en bas
 

We don't talk anymore | Shae

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Accessoire] YUBZ TALK
» Hémérocallis
» Patek Philippe : " watches that do eveything but talk "

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Malleus Maleficarum :: Les écrits fantômes-