Partagez | 
 

 There's an intruder and that's not me !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
avatar
Messages : 350

Points RP : 1425

Localisation : Squatte le canapé de la Chaolocation

Emploi/loisirs : Stalker d'étoiles à plein temps

Humeur : Cradingue


Parchemin d'identité
Âge: 20 piges
Crédits :
Statut: Sang pur

MessageSujet: Re: There's an intruder and that's not me !    Lun 11 Déc - 22:47



There’s an intruder and that’s not me !
Feat le Paillasson et Brogan Bichon - 18 avril 2000



Toujours les fesses vissées au matelas moelleux de ce lit hors normes, Aristide scrutait la chevelure blonde et revêche qui dépassait à peine de cette gigantesque couette grise. Loin de se sentir de trop, alors qu’il l’était clairement, il finit par s’allonger et analysa les fissures du plafond avec l’interêt particulier que peuvent porter les fumeurs de champifleur en plein trip ascendant. Sur ce plafond lézardé de toute part, Il y voyait des formes douteuses et menaçantes. Signe que les effets magiques commençaient à être trop forts pour lui, ce qui ne l’empêcha pas de tirer une nouvelle fois sur son cône. Il sentit bouger, et tourna mollement la tête vers la sorcière qui émergeait, sensiblement agacée de ne pas pouvoir sombrer dans un sommeil réparateur qui lui manquait clairement. Elle grogna, la voix pleine de lassitude.

- J’ai un squatteur sur mon lit, évidemment que ça ne va pas.

Notre grand nigaud ne releva pas le sous-entendu et resta oisivement là à profiter de son confortable receptacle à ossature fatiguée. Lorsqu’il en aurait les moyens, il se promis d’un jour se procurer un lit semblable à celui ci. Et cela l’emballait tant qu’il se sentit de partager cette idée à voix haute en tâtant le moelleux du matelas de ses longues mains nerveuses.

« Je veux le même ! Il est rembourré à la laine de mammouth ton truc ! La prochaine fois que tu pars… Au fait… T’étais où ces trois jours ? Tu parlais d’un colloque ? » Demanda t-il sur un ton euphorique méconnaissable. Agissant comme s’ils étaient assez proches pour taper la discussion.

- Je reviens de Berlin, j’avais un colloque de recherche. C’était fatiguant.

Répondit-elle en lui retirant mollement de la bouche le reste du joint qui touchait sur sa fin. Elle avait pris dix ans d’âge entre le moment où elle l’avait sauvagement émasculé et maintenant, dans sa chrysalide. Un colloque à Berlin hein… Shae Viridian participait donc à des réunions de recherches ? Et en Allemagne s’il vous plait ! Il l’imaginait bien hurler dans la langue de Nietzsche sur tout le monde pour asseoir la légitimité de ses fantaisies. Ça lui allait bien, ça faisait sérieux. Tout le contraire de ce qu’elle dégageait et qui pourtant ne semblait pas si insolite. Il se tourna vers elle et capta son regard morne. Le vieil adage qui disait qu’on ne frappait pas un ennemi à terre lui revint soudain, et il se redressa légèrement sur son séant, contemplant cet instant d’apaisement ensorcelé. Elle ferma les yeux et murmura presque

- Pense pas une seule seconde à ce qu’on se fasse une soirée pyjama-confessions pendant que tu m’tresses les cheveux, espèce de salade frisé parlante.

Salade frisé parlante… Un fin sourire élargit ses lèvres. Shae souriait elle aussi. Le champifleur avait le don extraordinaire de calmer nos deux compères d’ordinaire si renfrognés. On aurait presque dit qu’ils pouvaient s’entendre. Mais c’était sans compter le prochain retour à la normal. Ce bon vieux retour à la réalité qui leur rendrait tous leurs travers et leur hargne habituelle.
Prenant enfin en compte les mots de l’ex-serdaigle, Aristide articula lentement sa vieille carcasse décharné pour se lever.

« Mouais, j’avoue qu’on a une réputation de querelleurs à entretenir toi et moi. On se retrouve au bar ce soir, j’ai quelques trucs à faire de toute façon. Le Dead Men tell no tales je présume ? »

Mais la sorcière avait l’air de s’être déjà assoupie. Il sortit du placard à plantes carnivores sans faire de bruits, avec d’étranges sentiments au ventre. L’euphorie du champifleur cognait sec et l’excitation d’un futur moins incertain que la veille le ravissait exagérément. Il bénissait Shae, bénissait Morgan Bichon, bénissait Ruth, bénissait Pupuce. Ce soir, et malgré ce qu’il avait affirmé deux minutes auparavant, il payait sa tournée !


Le soir venu au « Dead Men Tell No Tales » dans l'Allée des Embrumes.

Se déhanchant comme un cornichon sur la piste de danse au rythme endiablé de Are you Gonna be My Girl des Jet, Aristide devait bien avoir 4 grammes dans le sang. Bien qu'horriblement gauche, son énergie d'asticot en état d'ébriété suffisait à donner du crédit à sa performance édifiante. Ses boucles noires volaient en tous sens, la sueur brillait sous sa nuque et les yeux fermés quitte à écraser quelques pieds, il se sentait libéré aux limites d'une transe exaltée. Cela ne faisait qu'une heure qu'ils étaient tous réunis, le Paillasson, Bichon et Ruth étaient arrivés en un seul bloc bien après lui.
Arrivé le premier une fois avoir harcelé et prié Callisto de lui prêter quelques gallions pour la soirée, il avait profité de cette attente interminable au Dead Men pour baratiner deux jeunes sorcières qui ne savaient plus quoi faire pour se débarrasser de lui. Il avait aussi profité de l'occasion pour... BOIRE UN MAX ! Quelques shots corsés d'un cocktail énigmatique nommé le "Under the Spell" avaient suffit à désactiver l'inhibiteur. Et le voilà qui s'ambiançait comme un chien fou sous les lumières ensorcelées qui tueraient un épileptique courageux. Jouant du coude pour sortir de la masse animée, il se fraya un passage jusqu'à la table où le reste de la bande était réunie.

« VOUS VENEZ LÀ OU SNARGALOUF ?! » Hurla t-il déjà essoufflé de sa voix claquante pour couvrir les décibels. Mais voyant la réticence de Morgan Bichon et du Paillasson qui avaient l'air de préférer faire alliance pour se biturer entre eux sans lui, il décida brusquement de s'asseoir au milieu d'eux dans le divan. Écrasant Bichon. Oups hein.

« Wooooo ! Ça cause de quoi par ici?! » Cria t-il en passant ses bras sur les épaules de ses deux colocataires. Avant de poursuivre sur un ton plus autoritaire, « AZY ! TU PAYES TA TOURNÉE BICHON ! Tu me reprends un UNDER THE SPELL ! »


_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 105

Points RP : 733


Parchemin d'identité
Âge: 20 ans
Crédits :
Statut: Sang mêlé

MessageSujet: Re: There's an intruder and that's not me !    Mar 12 Déc - 0:42

La porte se referma derrière Logan en un claquement sonore, qui résonna comme un coup de fusil à travers l’appartement. D’un pas rageur, le jeune sorcier se précipita dans sa chambre en prenant bien soin de frapper le sol afin que tous, meubles ensorcelés de la Chaolocation comme voisins qui n’avaient rien demandé sachent qu’il était de mauvaise humeur. Il avait de quoi : son psy lui avait foutu un lapin, son tuteur avait pris l’Armoire à Disparaître pour une destination inconnue et ce alors que les examens approchaient à grands pas, et son binôme pour les quelques travaux de groupe qui leur avaient été donnés semblait s’être donné pour ambition de lui faire perdre goût à la vie.

Parti pour une journée faite de cours, de finalisations de dossiers et de séances de thérapie, Logan revenait après une demie-journée d’attentes, de déceptions et d’échanges envenimés avec son cas social de compagnie. C’était décidé, la journée de l’apprenti juriste se terminerait dans sa chambre, un mug de chocolat chaud dans une main, un comics dans l’autre, Bartholomew sur ses genoux et de la musique à l’infini. Après quelques caresses à son chat qui ronronnait sans accorder d’importance à l’aigreur de son maître, l’ex-Gryffondor traversa le couloir et pénétra dans le séjour, rejoignant la cuisine pour se préparer un délicieux chocolat chaud bien fumant. Mug brûlant à la main, paquet de biscuit subtilisé au garde-manger irascible sous le bras, il s’apprêtait à retourner dans sa chambre quand il s’aperçut d’une chose : le séjour était vide.

Depuis quelques jours, Logan s’était habitué à ignorer la présence nouvelle de Aristide Howard de Norfolk, qui avait été recueilli par une Ruth Viridian prise d’un élan de charité (ou d’inconscience, au choix), soit-disant parce qu’il était une vieille connaissance de Poudlard, dont l’ex-Gryffondor n’avait pourtant aucun souvenir. Pris de pitié pour le jeune sorcier sans-abri, il avait consenti à ce qu’il puisse rester le temps de trouver une habitation digne de ce nom. En plus, après tout ce que leur génération avait vécu, ils devaient au moins essayer de se serrer les coudes.
Cet élan de bonté, Logan le regretta très vite en comprenant que l’état dans lequel ils avaient retrouvé Mister Fétide Howard de Tchernobyl était en fait permanent, et qu’il lui fallait supporter une sorte de loque humaine qui semblait toujours de mauvaise humeur, à l’image de son horreur à plumes qu’il osait appeler “corbeau”. Aussi, n’écoutant que son thérapeute, Logan s’était contenté de l’ignorer du mieux qu’il pouvait, espérant secrètement que Shae le virerait sans ménagement façon Viridian. Mais en attendant, les jours se succédaient et Fétide s’attardait toujours plus, comme s’il comptait rester indéfiniment.

Confus, Logan reposa son casse-croûte pour mieux aller examiner le salon, où Pupuce le canapé anthropophage ronflait tranquillement au soleil. L’espoir que Howard se soit tiré s’éclipsa au moment même où le regard du jeune homme se posa sur les quelques slips sales qui traînaient sur le parquet. Malgré le frisson de dégoût qui parcourut son échine, il s’avança un peu plus vers le canapé. Craignant le pire, il plaqua délicatement son oreille contre l’un des coussins du sofa endormi et chuchota :
...T’es vivant Norfolk ?

Pour toute réponse, il entendit une porte s’ouvrir lentement au fond du couloir, à l’autre bout de l’appartement. Il avait osé ? Ou alors c’était Shae qui était revenue et qui avait enfermé le squatteur dans le tuyau du lavabo ? Il avait complètement oublié combien de temps Shae avait dit qu’elle s’absenterait. Se relevant d’un bond, il observa Aristide sortir de la chambre de Shae, un sourire béat sur les lèvres. Il avait osé ?! Ignorant l’énergumène, il marcha d’un pas vif vers la porte que même lui n’osait jamais ouvrir en l’absence de sa coloc’, mais qu’il ouvrit quand même, histoire de vérifier que Norfolk n’avait rien dérangé. Même s’il doutait que Howard soit aussi irrespectueux, il préférait éviter que Shae ne retrouve son lit recouvert de quoi que ce soit en rapport avec Fétide. Il regretta aussitôt son geste lorsqu’il aperçu Shae en personne, roulée dans sa couette, assoupie. Il referma délicatement la porte, soudain assailli de questions, dont la plus importante était sûrement…

Non mais sérieux, comment t’as pu le laisser rester ?” demanda-t-il à Shae sur un ton plaintif qui peinait à surmonter le brouhaha incessant du Dead Men. Installés dans l’une des alcôves de la boîte de nuit, éclairée par la lumière verdâtre d’un trio de lampes magiques en forme de crânes qui claquaient des dents en flottant dans les airs, les deux colocataires observaient l’intéressé se tortiller comme un Bubobulb dopé au milieu de la piste de danse, agitant frénétiquement ses longs bras, puis se frayer un chemin vers eux.
VOUS VENEZ LÀ OU SNARGALOUF ?!” hurla-t-il par-dessus la musique.

Logan contempla d’abord l’opportunité de l’envoyer paître, mais préféra finalement l’alcool, avalant une gorgée de Green Death qui lui brûla la gorge tout en laissant derrière elle un goût anisé et quelques étincelles vertes qui s’échappèrent d’entre ses lèvres comme de toute petites fées frénétiques. Il manqua cependant de s’étouffer avec la gorgée suivante quand, sans crier gare, Howard se coinça entre lui et Shae, l’écrasant sans ménagement. Les yeux de l’ex-Gryffondor roulèrent dans leurs orbites sous l’effet de l’agacement, et le sorcier se décala, plus pour échapper aux effluves de sueur qui émanaient de l’intrus que pour lui offrir plus de confort.
Wooooo ! Ça cause de quoi par ici?!” demanda l’autre en passant l’un de ses bras sur l’épaule de Logan. “AZY ! TU PAYES TA TOURNÉE BICHON ! Tu me reprends un UNDER THE SPELL !” continua-t-il en lui assénant l’un des pires coups d’haleine qu’il ait jamais subi.
Tu payes le loyer ?!” rétorqua Logan sur le ton de la blague en se retenant secrètement de vouloir graver au Diffindo son nom sur le front de l'autre. Néanmoins, il fouilla dans la poche de son jean et en ressortit quelques gallions, avant de se saisir de l’un des crânes qui flottaient toujours au-dessus de leurs têtes pour y fourrer les quelques pièces et ordonner à la lampe :
Trois Green Death et neuf shots d'Eau Glouglousse !

Il lâcha le crâne, qui fila en direction du bar tel un Cognard vers sa cible. Quitte à passer la soirée à se biturer, autant s’en amuser. Et puis, si l’anis du Green Death pouvait servir de bain de bouche à Fétide, c’était tout bénéf’... Quelques instants plus tard, le crâne revint avec un plateau perché à son sommet, et quelques Noises dans sa bouche. Logan se saisit du plateau et distribua les verres, dont le contenu tremblait sous la puissance des basses : un Green Death et trois shot d’eau glouglousse pour chacun des trois jeunes sorciers.
On commence par un shot ! A trois ! Un. Deux. TROIS !

Et la soirée commença pour de bon.

_________________
"The truth. It is a beautiful and terrible thing, and should therefore be treated with caution."
Albus Dumbledore
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 350

Points RP : 1028

Localisation : London

Emploi/loisirs : Botaniste Chercheuse

Humeur : Charmante


Parchemin d'identité
Âge: 20
Crédits :
Statut: Sang mêlé

MessageSujet: Re: There's an intruder and that's not me !    Mar 12 Déc - 18:16



There’s an intruder and that’s not me !
Feat le Paillasson et Brogan Bichon - 18 avril 2000



Elle ne sut même pas si il lui avait vraiment répondu. L'apaisement procuré par le Champifleur et la fatigue accumulée eurent raison d'elle et elle s'endormit comme un petit burrito bienheureux, enveloppée dans la chaleur de sa couette. Le réveil, lent et paresseux, quelques heures plus tard, la laissa dans un nuage de béatitude et d'apaisement. Revenant sur ses propres réactions, elle était même un peu embarrassée. Elle n'arrivait pas à croire qu'elle avait permis à ce cornichon de rester sous son toit. C'était... de l'abus de faiblesse ! OUI ! Parfaitement. Il avait su utiliser sa lassitude contre elle, et maintenant, reposée et d'attaque, elle allait le lui faire payer. Après tout, il lui devait déjà un bon litre de whisky pur-feu. Et elle devait trouver une excuse à fournir à Logan. Elle voyait déjà sa tête, trahie et déçue. En étouffant un bâillement et en s'étirant, la sorcière s'étira, jetant un coup d'oeil par la fenêtre pour s'apercevoir que la course du soleil s'était bien entamée pendant sa glorieuse sieste. Aristide avait disparu, et pas un bruit ne perturbait la quiétude de l'appartement.

Fouillant dans son placard à vêtements - le bon, pas celui enchanté pour être une serre de culture - elle trouva un t-shirt propre, bien que légèrement déchiré, une paire de jeans noirs, et le nécessaire pour paraitre en société sans attirer des cris d'horreurs. Elle ouvrit sa porte et disparut dans la salle de bain, ses sens s'éclaircissant avec l'eau brûlante, et ressortit toute pimpante - autant que Shae Viridian puisse être pimpante, avec son allure de punk droguée. C'était décidé, ce soir, elle allait se murger la tronche, bien comme il faut. L'esprit éclairé, et libéré de ses noirceurs, elle débarqua sans prévenir dans la chambre de Logan pour se jeter sur son lit et se plaindre du colloque jusqu'à ce que vienne l'heure de bouger au Dead Men. Ruth se joignit à eux avec son air perdu habituel, jouant des sourcils quand Shae tenta de la réprimander d'avoir ramené Aristide dans leur foyer, et la blonde abandonna toute tentative de plainte en grimaçant. Arrivés à la boite, ils eurent la vision d'un Aristide survolté, qui étrangement, semblait n'avoir aucun problème à aller dragouiller des sorcières, lui qui avait toujours eu cet immense balai dans le cul à Poudlard.

Shae suivit ses deux colocataires et s'affaissa sur le canapé moelleux d'une alcôve, tandis que l'ambiance prenait déjà le pas sur le reste et qu'elle jouait du menton en rythme avec la musique assourdissante, un fin sourire moqueur aux lèvres. Logan vint néanmoins perturber ses plans de défonce tranquille lorsqu'il observa Aristide arriver vers eux avec horreur et dégoût, reposant la question dont il l'avait serinée dès qu'elle lui en avait laissé l'occasion.

Non mais sérieux, comment t’as pu le laisser rester ?

Ce à quoi elle haussa les épaules et lui fit sa moue la plus adorable possible - un miracle étant donné qu'elle n'était à proprement parler jamais adorable, et répondit d'un air contrit.

- Il m'a fait pitié. J'ai pensé qu'on avait besoin d'un Elfe de Maison.

L'arrivée fracassante d'Aristide empêcha son colocataire de répondre - probablement vertement, et elle assista avec amusement à la scène que l'ex-Serpentard offrait, se coinçant sans ménagement entre eux, son bras maigre venant entourer ses épaules comme si c'était la chose la plus naturelle du monde. La blonde grimaça un sourire inquiétant et se décala pour lui laisser la place de conserver un semblant d'espace vital entre eux. Elle en était déjà à son deuxième verre également, désespérément déjà vide, et voir Logan céder et aller payer des coups l'emplit de gratitude. Elle se concentra sur Aristide et lui pinça le bras méchamment pour qu'il ôte son poignet de son épaule.

- On parlait des meilleurs moyens de se débarrasser de ton corps et de revendre tes organes au marché noir. Maintenant casse toi, tu pues ! J'avais dis quoi sur les douches sérieux ? Stinky motherfucker.

Son regard s'adoucit immédiatement quand Logan revint parmi eux avec les verres, marmonnant un merci, se dandinant légèrement sur la musique, elle attrapa les shooters en lui dédiant son plus beau sourire ravi.

On commence par un shot ! A trois ! Un. Deux. TROIS !

Elle obéit et but son shot d'une traite, rejetant la tête en arrière tandis qu'un cri de guerre lui échappait.

- HOLY SHEIIIT ! That's what I'm talking about !

Elle se leva d'un bond, s'enfila le deuxième, puis le troisième shooter dans la foulée et leva les bras au ciel d'un air victorieux, l'alcool enflammant sa gorge, ses veines, tout devenant délicieusement flou et excitant. Elle attrapa la main de Logan, le tirant vers la piste, soudainement survoltée. YES. C'était là le sentiment qu'elle avait cherché, seule à Berlin, sans y parvenir une seule seconde. Le sentiment d'oubli et d'abandon génial, distillé dans ses veines comme autant de gouttes d'extase. Elle en sourirait presque à Aristide ! Enfin, il ne fallait p'têtre pas abuser. Elle se contenta de sourire de toutes ses dents à Logan et de se pencher pour qu'il entende par dessus la musique :

- Vote pour renommer Aristide Stinky tant qu'il n'aura pas compris le principe de la douche ?

Un éclat de rire la secoua et elle se déchaina sur la piste de danse, poussant au passage ceux qui n'avaient pas vu l'ouragan arriver, ses cheveux volant tout autour de son visage comme autant d'étincelles jaunes, ses mouvements de danse aussi imprévisibles qu'étranges. Mais là, au milieu de la foule, à se perdre, elle s'en foutait. Elle se sentait bien.


_________________
HURRICANE
© FRIMELDA


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 350

Points RP : 1425

Localisation : Squatte le canapé de la Chaolocation

Emploi/loisirs : Stalker d'étoiles à plein temps

Humeur : Cradingue


Parchemin d'identité
Âge: 20 piges
Crédits :
Statut: Sang pur

MessageSujet: Re: There's an intruder and that's not me !    Mer 13 Déc - 12:34



There’s an intruder and that’s not me !
Feat le Paillasson et Brogan Bichon - 18 avril 2000



Les deux sorciers s’écartèrent instantanément de lui comme s’il était atteint de la variole du dragon. Le paillasson, sans dissimuler son écoeurement, pinça d’ailleurs le poignet osseux qui trainait lourdement sur son épaule. Pincement qui, si notre ex-serpentard eut été sobre, l’aurait fait réagir tout autrement qu’en cet instant. Plutôt que de crier à la tentative d’assassinat il abandonna l’étreinte forcée qu’il infligeait à ses deux colocataires ostensiblement agacés et ramena ses deux longs bras disproportionnés le long de son corps fluet. Uhuh. Il les avait probablement dérangé en plein flirt. Peut-être venait-il même de contrecarrer leur idylle naissante. Et cette pensée le ravissait puissamment sans qu’il ne puisse s’expliquer pourquoi.  

" Tu payes le loyer ?!”

Lança Morgan Bichon, sur un ton dont notre nigaud éméché n’était plus capable de déceler le sens premier. Hein ? Loyer ? Quoi ? Connais pas. Et la blonde enchaina :

- On parlait des meilleurs moyens de se débarrasser de ton corps et de revendre tes organes au marché noir. Maintenant casse toi, tu pues ! J'avais dis quoi sur les douches sérieux ? Stinky motherfucker.

C’était du bizutage ! Du harcèlement ! De la maltraitance de colocataire innocent ! Ils s’y mettaient à plusieurs ! Il n’y avait plus que Ruth pour le soutenir sur cette planète ! Merlin que le monde était cruel ! Tout bourré qu’il était, cette nouvelle salve de critiques quant à son hygiène contrariée l’offensa profondément. Médusé, il se pointa du doigt, et écarquilla de grands yeux choqués.

« MAIS JE ME DOUCHE ! PUTAIN ! » s’époumona t-il vers Shae lui offrant d’un même coup le zéphyr d’une haleine digne d’un inferius.

Et sur ces mots il renifla brusquement ses aisselles pour en vérifier la teneur. Ça sentait le clébard mouillé, les épinards et le cendrier froid. Un parfait cocktail d’Amortentia pour une âme perturbée. Shae disait donc vrai. C’était un terrible constat. Décontenancé au plus haut point et perdant de sa couleur, Aristide se releva d’un bond. Titubant vers Ruth, il chercha avidement sa compassion mais hélas, cette dernière était trop occupée à lire sa BANDE DESSINÉE ! Comme ça, normiche ! Comme si ce qui se passait autour d’elle ne l’intéressait pas plus que ça ! Lire une BD au Dead Men ?! Arrivait-elle seulement à se concentrer dans ce brouhaha tonitruant ?! Aristide avait envie de pleurer. Cette soirée en compagnie de ses trois coloc temporaires le frustrait démesurément.
Nous avions une Shae et un Bichon qui faisaient leur contre soirée et une Ruth qui bouquinait pépère dans son coin comme si elle se trouvait chez Madame Pieddodu.
Où était passé l’euphorie générale de leur fête d’il y a trois jours ?! Où était donc passé le survoltage et la pluie d’alcool ? Où était passé leur m-…
Mais lorsque le futur juriste manifesta l’intention de payer son coup à boire, l’expression de gratitude qui se peignit soudain sur le visage blême et suant d’Aristide balaya instantanément son trouble. Morgan Bichon venait de s’imposer en dieu vivant de la soirée.

« BICHON JE T’AIME ! » S’exclama t-il avec une sincérité propre aux gens arrachés par l’alcool au moment où Logan posait délicatement le plateau sur leur petite table ornée de lézards en bronze animé.

“On commence par un shot ! A trois ! Un. Deux. TROIS !”

Soupesant le petit verre d’eau glouglousse dans sa main nerveuse, il fit néanmoins la moue. Par le string sale de Mcgonagall ! N’avait-il pas commandé un UNDER THE SPELL ?! Cette liqueur n’avait RIEN d’un UNDER THE SPELL ! Il voulait son UNDER. THE. SPELL ! Désenchanté par la contenance de son verre il trempa tout d’abord des lèvres timides. Se faisant, il reconnu la voix du Paillasson qui éclata en un Kiai strident. Boarf, ça ne devait pas être si mauvais que ça, pensa t-il et il avala son shot d’une traite.


«  Hihihihihi ! » Un rire efféminé lui échappa malgré lui et il plaqua subitement sa main sur sa bouche aussi bien par gêne que pour étouffer le rot bruyant qui vibrait maintenant sur ses lèvres. C’était de la fucking EAU GLOUGLOUSSE ! Lançant un regard furtif pour s’assurer que personne n’avait été témoin de son ridicule il assista aux éclats de rire virils et gras de Logan et se sentit outrageusement inférieur.

« UN AUTRE ! » Fit-il, des flammes dans les yeux en s’emparant du shot suivant, certain de rattraper son premier raté.

 «  Hihihihihi ! » Il se souvint tout à coup pourquoi il détestait cet alcool et bouda son dernier verre en le repoussant sur le plateau. Le Green Death lui semblait tout à coup bien plus amical et il ne se fit pas prier pour le boire. La sensation de brûlure et de crépitements dans sa gorge était telle qu’il ouvrit la bouche pour laisser s’enfuir les étincelles vertes qui dansaient sur sa langue. BOUM. Notre ex-serpentard venait de remplir le reservoir d’essence et se sentait chaud bouillant pour aller s’ambiancer à nouveau. Il chercha Ruth du regard pour l’inciter à le suivre mais celle ci s’était apparement éclipsée ne laissant derrière elle que son bouquin et la marque de ses fesses sur le divan. Il se tourna alors vers le couple infernal et remarqua la proximité du paillasson avec ce fameux Morgan Bichon. Shae venait de lui saisir la main, et l’entrainait en direction de la piste de danse. Il se retrouva seul comme un idiot, son verre de Green Death à moitié vide en main. Du haut de son mètre 90, Aristide tanguait dangereusement. Il restait planté là, constatant avec une morosité foudroyante combien les autres ne l’appréciaient guère. BAH ! Un Howard de Norfolk n’avait besoin de personne pour s’enjailler. PERSONNE ! Il fit un cul sec si rapide pour terminer son verre, qu’une mini explosion retentit entre ses dents, puis craquant ses doigts nerveux, il plongea dans la foule en écartant de ses grands bras les gêneurs qui l'empêchaient de s'y insérer.

« I’M COMING BITCHEEEEEEEEES ! »


_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 105

Points RP : 733


Parchemin d'identité
Âge: 20 ans
Crédits :
Statut: Sang mêlé

MessageSujet: Re: There's an intruder and that's not me !    Jeu 14 Déc - 21:17

L’Eau Glouglousse dégringola dans son oesophage en une coulée brûlante qui, lorsqu’elle atteignit l’estomac, sembla exploser en une énergie qui remonta aussi soudainement que du Coca-Mentos et s’échappa sous la forme d’un rire incontrôlable aussi gras que celui d’un nain habitué du Chaudron Baveur à des heures tardives. Malgré le chaos ambiant et son propre rire, Logan parvint néanmoins à entendre ceux de ses camarades de beuverie, chacun aussi hilarants les uns que les autres. Pris d’un fou rire, qui n’alla pas en s’arrangeant une fois que Shae et Norfolk se furent enfilé leurs deux autres shots, Logan était plié en deux sur son bout de canapé, les larmes aux yeux.

A peine s’était-il calmé pour porter à ses lèvres son nouveau Green Death que l’Ouragan Shae se saisissait de sa main libre pour l’entraîner hors de l’alcôve où les danseurs se déchaînaient comme sous l’emprise d’un Sortilège d’Hystérie. Le jeune sorcier était heureux de voir son amie retrouver un peu de légèreté et d’énergie, après tout ce qu’elle lui avait raconté une fois réveillée. Le sentiment de trahison et de déception qui lui avait fait un peu mal à l’estomac avait fait place à de la compassion quand sa coloc’ lui raconta le déroulement de son colloque à Berlin.
Vote pour renommer Aristide Stinky tant qu'il n'aura pas compris le principe de la douche ?

Logan s’esclaffa entre ce qui se rapprochait plus ou moins de mouvements de danse et une gorgée du Green Death qu’il avait tout juste eu le temps de saisir, et répondit :
Je suis pour ! Et quand il aura enfin capté on lui offrira des slips flambants neufs pour l’occasion !

Sur ces mots, il écarquilla des yeux en imitant l’hystérie et prit une voix fluette d’Elfe de Maison en faisant semblant d’agripper l’élastique de son boxer :
Stinky est un Elfe liiiiiibre !” imita-t-il avant de ricaner à sa propre idiotie.

Malgré tout, la frustration de voir Norfolk rester à la Chaolocation était toujours ancrée au fond de son esprit, même si voir Shae traiter le nouveau colocataire avec une amertume tout proprement Shae-esque était un véritable délice qui, il l’espérait, durerait encore longtemps. Peut-être que cet aspect de la présence de Fétide à l’appartement permettrait de contrebalancer le -
I’M COMING BITCHEEEEEEEEES !” s’exclama Norfolk en jouant des coudes à travers la foule, des étincelles émeraudes virevoletant encore dans son sillage.

Non. Décidément c’était impossible qu’il se fasse à cet énergumène. Il aurait pu le supporter, lui qui avait été habitué à vivre avec quatre petits frères turbulents, mais la situation était bien différente. Là, il avait surtout eu l’impression d’avoir accepté d’héberger un loser empli d’une ingratitude telle qu’il n’avait même pas daigné retenir son nom. Cela dit, maintenant qu’il y pensait, jamais il n’avait donné réellement son avis sur la question : il s’était bien gardé de s’opposer à Ruth (qui d'ailleurs semblait avoir déserté la soirée), pensant qu’il s’agissait réellement d’un acte de charité à court terme et surtout qu’il aurait été viré manu militari par Shae à son retour. Pourtant, Shae avait accepté qu’il reste indéfiniment, et ce sans se soucier de son avis à lui. Evidemment, ça n’aurait pas été facile de changer la donne à un contre deux, mais tout de même : il payait pour vivre à la Chaolocation, lui.

Soudain assombri par le tableau qu’il venait de se dessiner en pensée, Logan termina son verre et rejoignit l’alcôve pour récupérer ses autres shots d’Eau glouglousse. Qui sait, peut-être que deux nouveaux rires incontrôlés encourageraient le retour de la fièvre du Dead Men. Et si le rire ne suffisait pas, l’alcool y parviendrait forcément. Décidément, l'arrivée du nouveau coloc' ne faisait pas l'unanimité à la Chaolocation, et Logan comptait bien le faire savoir à un moment ou à un autre... et préférablement une fois la soirée terminée.

_________________
"The truth. It is a beautiful and terrible thing, and should therefore be treated with caution."
Albus Dumbledore
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 350

Points RP : 1028

Localisation : London

Emploi/loisirs : Botaniste Chercheuse

Humeur : Charmante


Parchemin d'identité
Âge: 20
Crédits :
Statut: Sang mêlé

MessageSujet: Re: There's an intruder and that's not me !    Ven 15 Déc - 20:45



There’s an intruder and that’s not me !
Fétide & Logan - 18 avril 2000 (ou bien est-ce déjà le 19?)



Entre euphorie et ivresse, tout semblait flou autour d'elle, et délicieusement drôle. Des visages, aux traits nets puis brouillés passaient devant elle, tandis qu'elle bougeait son corps à chaque boum sourd retentissant. Le bien-être semblait naitre au creux de sa poitrine, se déliant dans chaque extrémité de son corps, et elle avait le délicieux sentiment d'avoir l'esprit vide et le corps engourdi. Tout allait bien, elle ne ressentait plus rien, à part la brûlure bienvenue de l'alcool enflammant ses veines aussi sûrement qu'un dragon. Se fichant bien des regards interloqués venant parfois se poser sur sa cicatrice, une fine ligne blanche après deux ans de traitement magique visant à la réduire au possible. Entre les flashs de lumière vive et les corps empressés tout autour d'elle, elle perdait conscience du reste et l'euphorie restait, intense, lui prenant la tête. Elle aurait pu se sentir menacée, perdre pied dans la foule et se trouver suffoquée comme parfois cela arrivait, quand tout semblait soudain redevenir menaçant et les flash de lumière se confondaient avec des sorts jetés, et l'ambiance enfiévrée devenait étouffante, un rappel sordide de la Bataille de Poudlard, et du sourire torve du Mangemort qui lui avait lancé le maléfice qui avait manqué de la tuer.

Mais ce soir, rien de tout ça, rien que la délivrance glorieuse et puissante de l'alcool courant sous sa peau, rien que les sensations les plus primales et l'euphorie la plus puissante tandis qu'elle se déhanchait d'un air presque rêveur. Elle aurait tout aussi bien pu venir seule ; mais de voir le visage de Logan s'éclairer et son rire retentir tandis qu'il imitait une version Elfique d'Aristide recevant des vêtements valaient le coup d'oeil. Elle rit aussi, et grimaça quand le cri perçant du concerné parvint à surmonter la musique, tandis qu'il s'élançait avec la grâce d'un pachyderme dans la foule, cherchant manifestement à se faire remarquer. N'importe qui d'autre aurait pu avoir de la peine, elle voyait simplement un mec aussi paumé qu'elle au fond. Un masque d'assurance et de prétention pour cacher les craquelures. Oui, Shae se sentait soudain bien consciente de tout ce qui l'entourait, dans un élan de clarté qui ne durerait que jusqu'à son prochain verre, et dont elle aurait oublié les moindres pensées le lendemain.

Logan entre-temps s'était assombri et considérait Aristide avec l'air de celui qui a envie de lui foutre un pain dans la tronche. Elle comprenait l'envie - ne la partageait plus depuis qu'elle avait eu sa petite revanche bien placée. Mais le voir s'éloigner d'un air contrit tandis que la foule se resserrait pour le faire disparaitre plus vite lui serra le coeur, et la jeune femme esquissa quelques pas malhabiles, déstabilisée par la quantité qu'elle avait ingurgité en si peu de temps, jetant un oeil noir à la foule qui décidément refusait de s'écarter sur son passage. La silhouette longue d'Aristide dépassait, et elle se dirigea vers lui, naviguant avec la grâce chaloupée d'un Lutin de Cornouailles, finissant par attraper son bras et s'y rattraper plus qu'autre chose, un doigt se levant, accusateur vers lui, tandis que la première chose qui lui passait par la tête se traduisait par un braillement tout sauf féminin.

- ALORS ! Mon litre de Pur Feu il est ou ? On avait conclu un p'tit marché pépère, et tu t'en sortiras pas si facilement !

Ses ongles s'enfoncèrent sans pitié dans le bras maigrichon et elle le tira hors de la foule dansante pour retourner vers l'alcôve, attraper l'un des crânes volant afin qu'il passe commande. Elle n'était pas encore assez saoule, elle le sentait, et elle attrapa le verre de Green Death qu'elle n'avait pas touché, y trempa ses lèvres, et en but une longue gorgée qu'elle regretta presque instantanément, l'explosion retentissant entre ses dents pour lui filer un coup de fouet qui se trahit par l'écarquillement de ses mirettes, tandis que ses ongles relâchaient une fraction de seconde le bras de celui qui prendrait la fuite à la première occasion pour échapper à sa responsabilité pécuniaire. Elle resserra donc sa prise, tout en tentant d'attraper l'un des crânes qui semblait la narguer en volant toujours plus haut, lui arrachant un soupir exaspéré et un regard noir. Elle y aurait bien foutu le feu, mais elle savait les propriétaires des lieux intraitables sur la façon dont on traitait leur matériel. Et elle n'était pas encore assez saoule pour se lancer dans une bataille perdue d'avance contre des barmen trop motivés à la jeter dehors. Elle donna un coup de coude à Aristide et désigna le crâne du menton.

- Attrape le toi ! Et commande la bouteille !

Elle se hissa ensuite sur la pointe des pieds pour surveiller la foule, plissant les yeux pour repérer Logan à seulement deux mètres d'eux, avachi dans l'alcôve, un verre vide devant lui. Elle lui fit de grands gestes, l'appelant.

- LOGAN ! Viens !! Aristide nous commande une bouteille de Pur Feu !!

La voix rauque et cassée de la sorcière semblait faire grésiller l'oreille précieuse et délicate de l'ancien Serpentard, et elle prit un malin plaisir à gueuler de plus belle sans lâcher son bras. Refusant quelque part d'admettre que toucher quelqu'un, même de la plus innocente (ou brutale selon le point de vue) des manières lui réduisait le coeur en miettes. Perdue dans son euphorie alcoolisée, elle se contentait de sourire d'un air cruel en le tenant pour qu'il ne puisse pas aller traumatiser d'autres sorcières comme les deux du début de soirée, et aussi parce qu'elle voulait avant tout sa bouteille de whisky. Une fois ce but accompli... Peut-être qu'elle partirait à la recherche de quelque chose d'un peu plus fort en leur faussant compagnie. Peut-être pas.

Peut-être qu'elle provoquerait une baston pour avoir une bonne excuse de défouler toute l'agressivité qu'elle refoulait depuis la rupture. C'était une excellente idée ça, non ?

_________________
HURRICANE
© FRIMELDA


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 350

Points RP : 1425

Localisation : Squatte le canapé de la Chaolocation

Emploi/loisirs : Stalker d'étoiles à plein temps

Humeur : Cradingue


Parchemin d'identité
Âge: 20 piges
Crédits :
Statut: Sang pur

MessageSujet: Re: There's an intruder and that's not me !    Ven 22 Déc - 10:49



There’s an intruder and that’s not me !
Feat le Paillasson et Brogan Bichon - 18 avril 2000



Une transe profonde transportait notre ex-serpentard dans une dimension alternative. Une dimension où le poids de son propre corps semblait plume. Il dansait avec balourdise dans une bulle de légèreté et de désinvolture. Rien n’était plus grisant que cette atmosphère où la foule sorcière ne formait plus qu’un monstre à plusieurs visages. S’enivrer tous ensemble. Faire abstraction de ses misères quotidiennes, oser balayer les inquiétudes d’un futur incertain pour profiter de l’instant. L’oubli. Cette soupape était véritablement salvatrice. Que célébraient-ils ? Nul ne le savaient vraiment. On aurait dit un plan de cinéma moldu en slow mo. Les ombres des danseurs apparaissaient comme autant de flammes rebelles dans le foyer d’une cheminée détraquée. Les chevelures brillaient au rythme des lumières. On sentait les vibrations des pas lourds de ce troupeau frivole gronder dans leurs tripes. Ça ne sentait pas la rose et ça hurlait. C’était barbare et pourtant si rédempteur. Aristide se sentait en phase avec l’univers. Il se sentait entier. Euphorique comme un amoureux aux prémices d’une relation nouvelle. Son besoin perpétuel de chercher querelle était désactivé. Ses blessures semblaient temporaires et si futiles maintenant qu’il se trouvait au Dead Men. Par Merlin qu’il aimait ce sentiment. Un vif éclat de lucidité lui fit faire le voeu de ne jamais redescendre de son nuage. Oui, oui, l’alcool était le mal, tout ça… mais bon sang ! Il fallait bien avouer que rien d’autre - et pas même une bonne dose de champifleur- n’égalait ses effets !
En face de lui se trémoussait une sorcière à la longue crinière sombre. On aurait dit qu’elle souriait à son intention (ce qui n’était évidemment pas le cas) mais il n’en fallait pas plus pour qu’Aristide, armé d’une audace toute fraiche, n’amenuise la distance déjà minime qui les séparaient pour lui murmurer -crier en réalité- à l’oreille :

«  S-SALUT ! C’EST PAS LA PREMIÈRE FOIS QUE J’TE VOIS AU DREAD MEN !! » C’était bien la première fois qu’il la voyait au Dead Men. « Je crois que c'est le destin qui voulait qu'on se rencontre à nouveau ! » Mais voyant la brune ténébreuse s’esquiver face à son interpellation de grande nouille aux yeux fous, apparement saturée par le zéphyr fétide, il s’exclama de plus belle « EH ! DEPUIS QUAND ?! REVIENS ! ON NE FUIT PAS FACE À SA DESTINÉE ! »

Et il l’aurait suivi tel un gros boulet si Shae ne l’avait pas agrippé par le bras à ce moment précis, lui invectivant d’enfin payer son litron de Sky pur feu. (Quand on parlait de destin inéluctable…) Tout le monde abusait ce soir ! Notre sorcier grogna de frustration, ruminant son énième fail face à la gente féminine.

« MAIS SHAEEEEE !! Tu viens de POURRIR MON GROOVE ! » s’offusqua t-il pour la forme, au final heureux d’avoir trouvé le véritable fautif de sa déconvenue.

Ce à quoi la blonde aux griffes acérées, répliqua par une pression plus forte sur son bras osseux avant de l’extirper de la foule endiablée. Criant à l’injustice, il résista de toutes ses forces. (Autant dire qu’il ne résista pas). Payer son litre de whiskey ? Et puis quoi encore ? Le loyer de la colocation tant qu’on y était !? Le Dead Men doublait la taxe sur les consommations à partir d’une certaine heure ! Raison initiale pour laquelle il s’était pointé au comptoir et s’était murgé vitesse grand V en début de soirée. Pas fou ! Même la simple goutte de bieraubeurre était déjà outrageusement chère ici ! Mais la sorcière inflexible lui broyait littéralement le bras rendant toute idée de fuite superflue.  
Par précaution il fouilla mollement de sa main libre dans ses grandes poches de blouson et n’y trouva qu’une poignée de mornilles qui se battaient piteusement en duel avec ses gnomes au poivre fétiches. C’était tout ce qui lui restait de son emprunt auprès de la Callisto Bank. Il chercha du regard l’écriteau « Nous n’accordons plus d’ardoise à notre clientèle, réglez vos consommassions ou passez votre soirée au chaudron baveur. » sans équivoque, comme pour s’assurer qu’il n’avait pas changé en cours de soirée.
Shae pendant ce temps là, semblait subir les affres de sa petite taille, n’arrivant pas à saisir le crâne rétif qui avait l’air de la narguer en s’élevant lorsqu’elle tendait la main. Peut-être avaient-ils ensorcelé les crânes afin d’éviter aux poivrots d’achever définitivement leur foie. Ce qui rendait la situation cocasse et plutôt ironique aux yeux de notre grand dadais.

- Attrape le toi ! Et commande la bouteille ! Ordonna t’elle de façon péremptoire comme si elle s’adressait à un elfe de maison.

Un sourire narquois élargit ses lèvres et décidant d’agir en bon prince, il leva un bras mou et lent pour se saisir de l’objet fugace. Pas peu fier d’avoir pu prouver son utilité, il lança un regard digne et supérieur à sa geôlière. Et maintenant ? Même s’il y mettait la meilleure volonté du monde, il ne pourrait accomplir son devoir. En l’état, avec le peu qu’il lui restait dans les poches, abreuver ses ouailles semblait fortement compromis. Et voilà que la blonde rameutait Logan histoire de le pousser au pied du mur. Cette situation inconfortable semblait sans issue. À moins que ? Cherchant un échappatoire divin il lâcha le crâne qui s’envola instantanément pour saisir un jeune homme qui passait près d’eux par le col.

« Je rêve ou tu viens de mal regarder ma copine ??! » Le jeune homme plus surpris qu’autre chose par cette soudaine agression fusilla Aristide du regard en portant sa main sur celle de son assaillant pour se défaire de l’emprise malvenue. Loin de se laisser démonter et fin prêt à créer un nouveau scandale notre sorcier tanguant sous les effets de l’alcool ajouta plus provocant que jamais « Tu lui présentes des excuses direct MAROUFLE ! Ou il t’en cuira ! » Essayant de jouer les gros bras, Aristide était à mille lieues de convaincre qui que ce soit. Par ailleurs, il se serait sans doute abstenu de provoquer ce jeune homme s'il avait remarqué au préalable l'insigne des employés du Dead Men épinglé sur son tee-shirt...


_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 105

Points RP : 733


Parchemin d'identité
Âge: 20 ans
Crédits :
Statut: Sang mêlé

MessageSujet: Re: There's an intruder and that's not me !    Jeu 28 Déc - 11:35

Après de nouveaux rires incontrôlables, force était de constater que récupérer sa légèreté du début de soirée lui serait impossible. Malgré la sensation d’engourdissement qui gagnait progressivement son corps, grimpant depuis ses pieds jusqu’à ses lèvres, Logan ne parvenait pas à se retirer de la tête l’idée que ces quelques mois passés plus ou moins tranquillement dans sa colocation aux côtés de Shae et Ruth prenaient fin, et qu’il devrait désormais partager son appart’ avec l’envahissant Aristide Howard.

Il allait désormais devoir supporter les slips traînant au sol à côté du canapé, le caractère de cochon de l’ex-Serpentard et la vue de tous ses mugs sales qui s’empilent dans l’évier. Si seulement il s’était décidé à parler contre l’arrivée de Aristide. Mais en déposant à nouveau le regard - embué petit à petit par l’alcool - sur un Howard se voulant séducteur, il ne put s’empêcher de ressentir à nouveau la pitié qu’il lui avait inspiré, ainsi qu’à Shae et… où était passée Ruth au fait ?

S’il s’était rendu compte qu’elle s’était esquivée de l’alcôve, il pensait qu’elle avait simplement préféré se rendre directement au bar, passer aux toilettes voire essayé de s’incruster dans le salon V.I.P. dont la baie vitrée offrait un panorama du Dead Men. Mais en scrutant la foule déchaînée au-dehors de l’alcôve, le bar dans l’alcôve d’entrée, et l’escalier en fer forgé menant au salon V.I.P., force était de constater que l’apprentie Auror avait tout bonnement disparu.

Le vertige de l’alcool eut néanmoins raison de sa volonté de partir à la recherche de la Viridian manquante. Il s’affala sur la banquette de l’alcôve et contempla d’un air absent les cadavres transparents des verres vidés par la bande de joyeux larrons.
LOGAN ! Viens !! Aristide nous commande une bouteille de Pur Feu !!

L’ex-Gryffondor releva la tête vers Shae, qui lui faisait de grands signes depuis la foule mouvante de danseurs. Il prit une profonde inspiration et se releva, motivé par l’idée d’enfin voir Aristide participer à la vie de la Chaolocation (et oubliant par la même occasion son inquiétude quant à Ruth). Prochaine étape : le faire participer au loyer.
Il est où ?” demanda-t-il une fois parvenu face à la blonde, malgré l’engourdissement de ses lèvres qui semblaient devenir du coton. Il n’eut néanmoins pas besoin de chercher plus longtemps, car il n’eut qu’à tourner la tête pour trouver Aristide, à un mètre d’eux, en train de… chercher des crosses à l’un des employés de la boîte ?!

Soudain pris d’un tourni uniquement dû au déferlement de sentiments contraires, Logan se trouva abasourdi devant la scène qui se jouait. La bouche entrouverte, les yeux froncés, les yeux écarquillés, l’apprenti juriste essayait silencieusement de faire le tri afin de trouver quelle émotion parmi la colère, qu’il avait accumulée depuis au moins le matin-même ; l’angoisse que tout cela tourne très mal ; et la gêne générée par cette situation était prioritaire. Réponse : toutes les trois.
Shae, pourquoi est-ce qu’il cherche la merde avec Donovan ?” demanda-t-il avec une voix rauque en sentant la forte odeur d’alcool qui s’échappait de sa bouche. Il avait oublié à quel point le Green Death pouvait être traître. “Il va nous faire virer, IL VA NOUS FAIRE VIRER.” s’exclama-t-il face à Shae en se retenant à peine de la secouer.

C’était. Le. POMPON. Non seulement Môsieur Howard s’était tapé l’incruste dans son appart’, mais en plus il menaçait de réduire à néant la seule source d’amusement nocturne que lui et ses coloc’ avaient pour eux. Le Dead Men c’était leur havre de chaos alcoolisé, leur nirvana tout de crânes flottants et de liqueurs sûrement interdites au commerce.

L’une des raisons principales pour lesquelles Logan appréciait tant ce lieu était que le personnel ne déconnait pas avec la sécurité, et que la moindre trace de violence quelle qu’elle soit valait un maléfice dans le nez et un atterrissage sur le pavé sale de l’Allée des Embrumes avec interdiction de revenir, qui s’appliquait parfois aux clients qui accompagnaient le fauteur de troubles. Et voilà que Howard s’amusait à enfreindre les règles - pour quoi d’ailleurs ? - qui plus est face à Donovan, dont Logan avait déjà été témoin de la compétence en magie martiale. Il fallait absolument intervenir afin d’éviter un drame (et oui, l’interdiction de retourner au Dead Men constituait un drame, surtout pour un jeune adulte avec deux Green Death dans le sang).

Logan s’avança et saisit l’épaule de Howard : “Arrête, c’est bon, reviens on va commander des trucs à bouffer. Excuse-le Donovan.” est sûrement ce qu’il aurait dû dire (et sûrement ce qu'il pensait avoir dit). Mais Logan était définitivement saoûl.
Hé, t’es con, arrête !” bredouilla-t-il en exerçant une légère traction pour faire comprendre à Howard qu’il fallait reculer.

Avec un peu de chance, la situation allait s’arranger...

_________________
"The truth. It is a beautiful and terrible thing, and should therefore be treated with caution."
Albus Dumbledore
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 350

Points RP : 1028

Localisation : London

Emploi/loisirs : Botaniste Chercheuse

Humeur : Charmante


Parchemin d'identité
Âge: 20
Crédits :
Statut: Sang mêlé

MessageSujet: Re: There's an intruder and that's not me !    Jeu 4 Jan - 12:31



There’s an intruder and that’s not me !
Fétide & Logan - 18 avril 2000 (ou bien est-ce déjà le 19?)



Les ongles enfoncés de Shae dans la chair délicate d'Aristide semblaient ne pas l'avoir refroidi suffisamment pour qu'il ferme son clapet, et bien qu'il ait effectivement attrapé le crâne récalcitrant, aucun mouvement ne semblait le prédisposer à conjurer une poignée de gallions dorés nécessaires au prix d'une bonne bouteille de Pur Feu en bar. Arquant un sourcil, la sorcière se fit la réflexion qu'il était peut-être tout bonnement à sec. Une honte pour un paon aussi fier que l'emplumé bouffant son caquet à la moindre occasion, mais... Une situation plus que probable quand on y réfléchissait 5 minutes. Retenant un sourire mauvais, elle le quitta néanmoins des yeux une poignée de secondes, se tournant vers Logan qui arrivait en perdant son air contrit.

Elle lui adressa le large sourire alcoolisé de ceux qui n'ont plus que 2 neurones en marche, tandis qu'il lui demandait d'un abruptement où se trouvait Howard. Elle lui jeta un regard incrédule. WOH ! Est-ce que c'était vraiment une façon de parler au soleil de sa vie, la meilleure coloc que cette Terre ait porté, le brillant génie qu'elle était, vraiment ? Plissant les yeux, un rictus agacé déformant ses lèvres, elle s'apprêtait à lui rétorquer vertement qu'elle le tenait, quand, enfin, elle se rendit compte qu'elle ne le tenait plus. Du tout. Un hoquet d'horreur s'échappa de ses lèvres gercées et elle le vit, tenant Donovan par le col, braillant quelque chose à propos de sa copine. Attends quoi. Quelle copine ? Il avait une copine lui ? L'effroi la transperça quand enfin son cerveau alcoolisé fit le lien avec sa propre personne. Aristide Howard de Norfolk venait-il vraiment de proclamer qu'elle était sa copine, dans un lieu public, devant témoins ? Si jamais UN seul de ses mots remontaient aux oreilles de ses grands-parents....

Shae fit volte-face, cherchant quelqu'un qui serait abruptement intéressé par les propos de la grande andouille bruyante et dangereusement suicidaire. Donovan allait le réduire en charpie, et elle allait de toute façon être prise dans l'ouragan qu'il venait de provoquer, au vu du doigt maigre qu'il agitait dans sa direction, tout son ego pompé dans sa pomme d'Adam qui s'agitait dangereusement. Malheureusement pour elle, personne ne semblait indifférent à ce qui semblait être un début de bagarre. Grinçant des dents, elle pria pour qu'ils soient tous suffisamment alcoolisés pour tout oublier dès le lendemain et elle se retourna vers Aristide, ne sachant si elle devait à présent le gifler ou le défendre.

Du côté de Logan, c'était la crise hystérique, à deux doigts de la secouer, une litanie désespérée s'échappant de ses lèvres.

- Il va nous faire virer, IL VA NOUS FAIRE VIRER.

Il s'avança, probablement pour arranger les choses, mais son bredouillement sembla ne faire qu'agacer d'avantage le barman, probablement déjà lassé des jeunes alcoolisés qui venaient lui casser les pieds toutes les 5 minutes. D'un claquement de doigts, les deux jeunes hommes étaient déjà restreints de leurs mouvements et une voie se dégageait pour les emmener à la sortie. Il fallait agir vite. Avec subtilité. Foutu pour foutu... Shae arrêta de réfléchir et grimpa sur le bar, se saisissant d'un verre qu'elle envoya à la tête d'Aristide, visant la masse de cheveux pour atténuer le choc.

- MAROUFLE ?! Mais c'est toi le maroufle ! Même pas foutu d'payer un verre !! RADIN !!

Le regard assassin du staff au grand complet lui donna l'adrénaline nécessaire pour continuer ses conneries, et elle débarrassa la surface du bar de tout verre de grands mouvements de pieds, se lançant dans une litanie injurieuse à l'égard d'Aristide, et de Donovan, et de tout le bar, son grand discours sur la société sorcière, ses travers, ponctué de "J'suis un génie putain !" déclenchant des vagues d'indignation, jusqu'à ce qu'une paire de bras gros comme sa tête la poussent enfin du bar et qu'un sort la réduise au silence. Jetés sans ménagement sur les pavés à la jonction du Chemin de Traverse et de l'Allée des Embrumes, les trois jeunes se retrouvèrent, dépités, sonnés, et boueux. Shae se redressa en reniflant et jeta un coup d'oeil à Aristide, puis à Logan, et haussa les épaules.

- ... Bon. C'était un peu marrant quand même. Non ?

Logan allait l'étriper.

_________________
HURRICANE
© FRIMELDA


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 350

Points RP : 1425

Localisation : Squatte le canapé de la Chaolocation

Emploi/loisirs : Stalker d'étoiles à plein temps

Humeur : Cradingue


Parchemin d'identité
Âge: 20 piges
Crédits :
Statut: Sang pur

MessageSujet: Re: There's an intruder and that's not me !    Jeu 4 Jan - 23:08



There’s an intruder and that’s not me !
Feat le Paillasson et Brogan Bichon - 18 avril 2000

 

C’est les yeux puants l’alcool qu’Aristide s’agrippait fermement au col de son infortunée victime. Donovan, barman séduisant du Dead Men Tell No Tales, resta maitre de ses émotions. Ce n’était pas la première fois qu’il avait à faire à un frappadingue. Faut dire aussi que la carrure chétive de son assaillant était loin de l’impressionner. Il n’y avait qu’une seule sanction pour les fauteurs de trouble comme lui. L'expulsion des locaux sans billet retour ! Baguette déjà en main, prête à exploser de sorts bien placés, il ne vit pas d’un bon oeil l’arrivée des renforts. Logan titubant et râlant un « T’es con », suffit à le décider à couper court à cette interaction. BIM, un sortilège informulé de saucissonnage fusa et nos deux compères se retrouvèrent paralysés façon paupiette de veau pour un aller simple et gratuit vers la sortie. Faisant léviter les deux Ramsès II parmi la foule pour les mener à leur triste destination. Aristide n’avait pas les idées claires. Qu’est-ce qui se passait bordel ?! Il venait à peine d’engager les hostilités !  Cela ne pouvait se finir ainsi ! Pas si vite ! Par Merlin qui était donc ce mec doté de tels réflexes ?! Seuls les yeux de notre idiot bourré restaient mobiles et il battait des cils à s’en rompre les paupières. Injustice ! Pourquoi le menait-on vers la sortie ?! Innocent ! Innocent aurait-il crié comme un putois si ses lèvres n’avaient pas malencontreusement été celées ! Tout paralysé qu’il était, il sentit quand même une douleur foudroyante au niveau de son crâne sans trop comprendre ce qui pouvait bien lui arriver. C’était violent, douloureux, et si inattendu que quelques larmes coulèrent le long de ses joues pâles. Dans le brouhaha ambiant, il lui sembla entendre au loin, la voix rauque du Paillasson mais ne saisit que quelques bribes, dont le mot « radin ». VLAM. Logan et lui étaient dehors. VLAM. Suivis très peu de temps après par la blonde aux cheveux rétifs. Balancée aussi discourtoisement qu’eux sur le pavé. Retrouvant peu à peu l’usage de ses membres, Aristide s’assit, ses longues jambes dépliées face à lui. Son crâne lancinait atrocement, et il porta une main lourde et engourdie vers son cuir chevelu. Du sang. DU fucking sang sur sa main !! Ils y étaient allés un peu fort au Dead Men !

« ENFOIRÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉS !!! » Hurla t-il de tout son air, encore assis sur son séant, une main sur son crâne, s’appuyant sur l’autre pour se relever. L’exercice était compliqué, puisqu’encore à moitié sonné par le sort et plein des effets de l’alcool, son équilibre l’avait tout simplement abandonné. « Ils m’ont scalpé ces CONS ! » Injuria t-il en se tordant à moitié le poignet.  « Fucking fuck ! » Quelques jurons plus tard, notre ex-Serpentard se tenait debout. Tanguant au gré de son oreille interne sacrifiée.

- ... Bon. C'était un peu marrant quand même. Non ?

Marrant ?! Marrant ?! Ils l’avaient scalpé ! Jeté dehors comme un malpropre alors qu’il s’apprêtait gentiment à payer son coup à boire ! Aristide jeta un regard horrifié à Shae tant ils avaient une façon différente de définir ce qui était « marrant ». D’ailleurs, plutôt que de s’énerver en son fort intérieur il fallait lui dire ce qu’il en pensait !

«  Marrant ? Marrant ! Ils m’ont scalpé je te signale ! REGARDE ! » Et sur ces mots, désireux de montrer le fer qui coagulait sur ses mains, il s’approcha d’un pas maladroit vers la blonde, lui plaquant la paume sur la joue. Oups. Il avait mal évalué la distance. Décollant sa main d’un geste aussi brusque que lorsqu’il l’avait écrasé contre la sorcière, il se retourna pour checker Logan, qui semblait au bout de sa vie. Hem. Finalement Shae semblait plus amicale pour le coup, et même s’il venait de lui barbouiller le visage avec son sang collant, il fit un demi-tour immédiat vers elle. Au moins, sa diversion pour ne pas avoir à payer son coup à boire était d’une efficacité inespérée. Bon, il avait été loin de s’attendre à un dénouement pareil mais le résultat était tout ce qui comptait. Dans le froid de l’allée peu rassurante des Embrumes, tout ce dont il rêvait maintenant était de trouver un bout de truc sur lequel piquer un somme. Le poids de l’alcool dans ses entrailles suppliait l’accalmie. «  Bon, J’me rentre ! » Grogna t-il en enfonçant sa tête dans son anorak abimé. Tiens ! Heureusement qu’il l’avait gardé sur le dos toute la soirée ! Il aurait fini en T-shirt comme Morgan Bichon sinon ! Faut croire qu'on était pas tous sur un même pied d'égalité en terme de bonne étoile. Hinhin.


_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: There's an intruder and that's not me !    

Revenir en haut Aller en bas
 

There's an intruder and that's not me !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Breitling intruder plus reparable ???
» Réfection eterna centenaire 61

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Malleus Maleficarum :: Monde Magique :: Habitations :: The Chaolocation-