Forum RPG sur l'univers Harry Potter, 20 ans plus tard.
 

Partagez | 
 

 FLASHBACK : A disastrous date (pv Aristide)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Wolf Shadow
avatar
Wolf Shadow
Messages : 141
Points RP : 605
Localisation : London

ID
Âge: 20
Inventaire:
Camp: Neutre

MessageSujet: Re: FLASHBACK : A disastrous date (pv Aristide)   Mar 9 Mai - 17:23



A disastrous date ; 25th march 2017
Shae ξ Aristide



C'est marrant le Champifleur. D'allure, ça paie pas de mine, on dirait une moisissure toute chelou, gonflée de partout avec ses petites alvéoles blanches. Franchement, c'est même un peu moche. Pas le genre de truc dont on rêve d'avoir un vase plein à la maison... Et pourtant. Une fois coupé, séché, et réduit en herbe fine, le tout tassé dans de quoi fumer... Décollage immédiat. Aaaah, les plantes magiques avaient du bon quand elles n'essayaient pas de vous tuer... Shae se sentait bien. Sur un petit nuage. Elle flottait, les deux pieds dans le vide en se balançant sur sa chaise, l'air rêveur, plongée dans un monde merveilleux où tout le monde lui foutait la paix et reconnaissait sa supériorité sans broncher. Aristide lui fit même le cadeau d'un compliment sincère.

« Mais... COMME J’ADORE TA RUBRIQUE SHAE ! Je suis ton plus grand fan ! Mention spéciale quand tu fais la misère aux Gryffondors ! »  

Elle sourit largement, ravie, attrapant la pipe qu'il lui tendait pour tirer dessus d'un air suffisant et satisfait. Sa rubrique était bien la seule chose qui rendait cette satanée Gazette Intéressante tss ! Perdue dans ses pensées, la jeune fille babillait dans un autre espace du cosmos quand le mot "scoop" attira bel et bien son attention. Elle se redressa, arrêtant de se balancer dangereusement sur la chaise et observant le Serpentard.

- Nous deux ? Potes ? Ha ! Imagine la tête de Smethley !

Elle s'esclaffa à l'idée, reprenant son sérieux pour écouter le fameux scoop d'Aristide.... Qui s'avéra décevant. Quoi ? Lui, avoir un béguin ? C'est tout ? Et même pas sur elle en plus ? Elle leva les yeux au ciel, morte de rire, ses éclats retentissants sur les murs poussiéreux de la Cabane. C'était ça, son scoop ? Elle ne se rendit même pas compte qu'Aristide devenait soudain plus morose, et lui rendit la pipe en réfléchissant comment elle pourrait tourner cette info de façon plus spectaculaire... Elle devait découvrir l'identité de la demoiselle bien sûr ! Les yeux dans le vague, elle entendit à peine la question suivante, trop préoccupée par cette nouvelle mission divine. Qui donc avait su ravir le coeur de cendres de cigarettes froides d'Aristide ? Une nana de sa maison ? Ou quelqu'un de plus... honteux ? Un rire la secoua, et elle se reprit, tentant de formuler une réponse correcte.

- Gregus ? J'crois qu'il s'appelle pas comme ça en fait... Pt'être genre... Bert ? Bertus ? Ferdus ? Bref. Grand, cheveux châtains, air d'imbécile fini. Il m'semble que sa copine est à Poufsouffle, mais genre, pas de quoi la distinguer, elle ne risque pas de faire grand scandale en apprenant la tromperie...

Un large soupir déçu lui échappa à cette pensée. Le drama du matin lui manquait. Une fille furieuse, un garçon gêné, et l'autre en larmes, des baffes, de la bagarre, de l'ambiance quoi ! Smethley l'avait déjà avertie à plusieurs reprises cette année qu'elle ne tolèrerait plus d'articles diffamants, alors Shae mettait un point d'honneur à ne publier plus que des histoires vraies, ce qui avait le mérite d'amuser la galerie et de faire rager Smethley. Shae Viridian ne se targuait pas d'être un adolescente plus finaude que les autres après tout, simplement plus brillante. Son esprit voguait au gré du Champifleur, et elle souriait bêtement dans le vide, inconsciente de la bombe qu'elle venait de lâcher au Serpentard. Inspirée soudainement, elle reprit.

- Je suis en tout cas agréablement surprise de ce rendez-vous ! On pourrait presque le considérer comme réussi, tu n'crois pas ?

Un craquement sinistre lui répondit, provenant de l'étage de la Cabane Hurlante, et soudainement interdite, elle se redressa d'un bon, saisissant le bras d'Aristide et le secouant vivement.

- T'as entendu ?! Viens on va voir !

Par mesure de précaution, elle sortit tout de même sa baguette, la tenant droit devant elle d'un air assuré, dû énormément à la fumette. Shae Viridian n'avait pas un tempérament courageux, mais elle avait cette inconscience propre aux addicts, afin de ressentir le frisson avec plus de violence et d'appréhension.


_________________
HURRICANE
© FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Purple Swan
avatar
Purple Swan
Messages : 145
Points RP : 827

MessageSujet: Re: FLASHBACK : A disastrous date (pv Aristide)   Jeu 11 Mai - 3:23



A disastrous date ; 25th march 2017
Shae ξ Aristide





Il récupéra la pipe comme un homme à la mer qui s’agrippe à une bouée de sauvetage. Coinçant l’objet de son salut entre ses dents jaunies, il gonfla ses poumons de profondes inspirations de fumée avant de la recracher par des exhalaisons opaques. Le rire de sa complice insolite ricocha sur le bois abîmé des murs de la cabane hurlante. Il semblait moqueur. Aristide s’était redressé de toute sa hauteur, attendant la réponse de la masse blonde avec beaucoup d'appréhension. Tous les membres de son corps filiforme étaient tendus comme un arc, et ce, malgré les effets du champifleur qui se faisaient plus oppressants que relaxants.
Il savait que son cerveau ravagé lui faisait croire l’improbable mais il se devait de vérifier, sans quoi, comme trop souvent, son imagination filerait dans des sphères délirantes et insensées.
C’est alors que dans un rire bien plus machiavélique que le précédent, risquant de basculer de sa chaise de fortune, Shae Viridian déballa le pire.

-...Il m'semble que sa copine est à Poufsouffle, mais genre, pas de quoi la distinguer, elle ne risque pas de faire grand scandale en apprenant la tromperie...

La description de l’infâme rouleur de galoche, bien que banale, collait. Le nom, même écorché, collait. Et le détail « Poufsouffle » finissait de faire de cette suite de coïncidences fortuites une histoire affreuse. C’était lui, Fredus Laplantus.
Aristide était en état de choc. immobile, les yeux rivés sur la poussière épaisse qui couvrait le plancher d’un manteau gris. Il ne pouvait y croire.
Cette nouvelle, il en avait rêvé. Combien de fois s’était-il imaginé découvrir les trahisons imaginaires de Laplantus, sauvant Eleanor de son bourreau, les dents étincelantes de propreté, les muscles saillants, l’haleine fraiche pour un baiser épique sous les étoiles. Combien de fois avait-il joué la scène devant le miroir de la tour d’astronomie ? Se voyant interpeller le vil Fredus d’un « Ecoute les orgues » pour ensuite lui fredonner le requiem pour un con avant de lui décocher une droite devant une Eleanor ébahie. Combien de fois ? Un million de fois et plus encore.
Alors, pourquoi cette nouvelle ne sonnait-elle pas comme dans ses scénarios ringards de série B ? Pourquoi son coeur était-il atrocement serré ? Peut-être bien parce que Shae n’avait pas tord. Eleanor n’allait pas faire grand scandale. Cette gourde allait ravaler ses sentiments, pleurer seule derrière un livre à la bibliothèque comme elle le faisait souvent, et ce Fredus Laplantus s’en tirerait à bon compte après avoir trainé dans la boue la personne la plus précieuse de l’univers.
Son corps entier fut parcouru d’un frisson comme lorsqu’un fantôme vous traverse par surprise. Il se leva brusquement et tira une longue taffe de champifleur pour occuper sa bouche et s’empêcher d’exploser. Envahit d’une colère froide, il jeta un oeil à la Serdaigle. On aurait dit que la sournoise rédactrice des potins de la gazette de Poudlard en savait plus qu’elle n’en disait. S’amusait-elle à le tourner en ridicule ? Se jouait-elle de lui ? Non. Secouant ses boucles noires pour se débarrasser de sa soudaine paranoïa, il se répéta plusieurs fois pour se convaincre qu’il n’allait pas prendre pour fautive sa comparse de la journée.

- Je suis en tout cas agréablement surprise de ce rendez-vous ! On pourrait presque le considérer comme réussi, tu n'crois pas ?

"Réussi" était le dernier mot qu’aurait employé Aristide pour qualifier ce rendez-vous. Abominable, épouvantable, douloureux, atroce étaient des qualificatifs qui collaient mieux à la rigueur. Mais les paroles de la Serdaigle étaient chaleureuses et c’était exactement ce qu’il fallait pour le faire sortir de son mutisme.

« N'écris pas cet article Shae. Je crois que je suis en train de taper un bad. »

Articula t-il à grand-peine en chancelant dangereusement sur ses grandes guiboles maigrichonnes. Sa bouche était lourde et pâteuse. Son teint était livide, ses yeux explosés et rougeâtres. Il tremblait par à-coups, pipe à la main.
Malheureusement pour lui, sa réponse fut absorbée par un bruit sourd. Un craquement lugubre, indéfinissable. Shae se leva prestement, aux aguets. Lui, se sentait défaillir. Cette journée était un véritable calvaire. Voldemort allait véritablement surgir de l’ombre pour les assassiner. Aristide était paralysé de trouille. Point positif : Il ne pensait plus ni à Eleanor, ni à Fredus.
Ayant la bonne idée de le sortir de sa torpeur, notre blonde fougueuse le saisit par le bras pour le secouer comme un prunier. Il déglutit, avalant le peu de salive qui lui restait.

- T'as entendu ?! Viens on va voir !

L’inconscience de Shae s’exprimait une fois encore par une idée merveilleusement suicidaire. A bien y penser, il était spéctaculaire qu’elle ait survécu toutes ces années. Voyant qu’elle sortait sa baguette et devinant qu’aucunes plaintes n’auraient raison de sa bravade, Aristide fit de même. Fébrile et shooté qu’il était.

«  Si on meurt par TA faute, j’irai hanter ta famille jusqu’à la fin des temps ! »

Chuchota t-il aussi menaçant que possible. Ils empruntèrent tout deux les escaliers grinçants de la cabane hurlante, Shae en tête, Aristide collé à elle. Un vent glacial s’engouffrait dans le hall et sifflait une mélodie angoissante. Mais qu’est-ce qui lui prenait de suivre Shae au juste ? Etait-il sous impero ? Etait-ce la poigne de cette dernière lorsqu’elle lui agrippait le bras qui le menait à la baguette ? Il n’eut pas le temps d’approfondir cette pensée puisqu’un second craquement ébranla la cabane hurlante alors même qu’ils atteignirent le premier étage. Aristide sursauta comme jamais il n’avait sursauté auparavant dans sa vie. Il se jeta sur la Serdaigle, lui grimpant presque dessus et poussa un cri strident d’une voix aiguë qu’on ne lui aurait jamais soupçonné. Sa baguette lui glissa des mains et elle roula, presque animée d’une volonté propre, finissant sa course sous une commode défoncée près d’une porte branlante. Notre Serpentard horrifié, toujours fermement agrippé à la Serdaigle, suivit sa baguette des yeux, se jurant de l’abandonner si elle franchissait la limite imaginaire qu’il venait de tracer dans sa tête. Ce qu’elle fit. Shae quant à elle respirait comme un phacochère asthmatique, Aristide posa une main brusque et moite sur la bouche de cette dernière et lui pinça le nez.

« SHhhhhhhhhhh »
souffla-il à son oreille, comme si sa respiration allait les faire repérer.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wolf Shadow
avatar
Wolf Shadow
Messages : 141
Points RP : 605
Localisation : London

ID
Âge: 20
Inventaire:
Camp: Neutre

MessageSujet: Re: FLASHBACK : A disastrous date (pv Aristide)   Sam 13 Mai - 19:25



A disastrous date ; 25th march 2017
Shae ξ Aristide



Shae avançait d'un pas sûr dans les marches poussiéreuses et craquantes de la Cabane, avançant, baguette en avant, le poing crispé d'excitation. Elle sentait son coeur battre et résonner dans sa poitrine et son souffle était rapide. L'adrénaline, c'était mieux que la drogue, songeait-elle de son cerveau embrumé par le Champifleur. Grave mieux même ! Se tenant au mur tout aussi poussiéreux et sale que le reste de la maison, elle grimpa les marches sans tenir compte des jérémiades d'Aristide, qui semblait bien moins assuré et ravi de l'aventure qui s'offraient à eux. Quel boulet ! En plus, il se tenait bien trop proche à son goût, envahissant son espace physique sans gêne aucune. Elle sentait l'odeur du tabac et du Champifleur lui envahir les narines, mêlés à la sueur froide d'angoisse qui semblait envahir le petit Nordfake à chaque sursaut.

Arrivant tout doucement au palier du premier étage, un second craquement les prit par surprise, et ils sursautèrent tout deux, Aristide lâchant sa baguette dans le mouvement qui roula dans un bruit de fin du monde jusque sous un meuble, probablement pour s'empêtrer dans les toiles d'araignées et les cadavres de musaraignes. Mais si il avait simplement lâché sa baguette, tout ce serait bien passé... NON ! L'outrecuidance du type était telle qu'il lui sauta DESSUS ! La déstabilisant, manquant de lui faire également lâcher sa baguette ! Elle poussa un grognement amplifié par le cri de fillette suraigu qui retentit dans ses oreilles et oublia instantanément la pression de l'inconnu.

- MAIS PUTAIN ARISTIDE ! TU PEUX PAS FAIRE GAF-MH !

Cet enfoiré venait de lui plaquer la main sur la bouche ! Et c'est pas comme si il avait les mains douces et robustes, non ! Elle sentait la moiteur de sa peau sur son visage, et il avait approfondi leur étreinte, se collant de tout son être maigrichon à elle. L'horreur se lisait sur le visage de la Serdaigle, incapable de réfléchir de façon cohérente, tandis qu'il lui pinçait le nez, l'empêchant fermement de respirer. Elle se débattit et lui mordit la main jusqu'à ce qu'il lâche, le repoussant fermement quitte à le faire trébucher sur le sol crasseux, lui jetant un regard furax, brandissant encore sa baguette et entrant bravement dans la pièce d'où venait le bruit.

- BON C'EST QUOI CE BORDEL ?!

Une pièce absolument vide et sinistre, avec un vieux lit défoncé, lui répondit. Perplexe, elle avança d'un pas incertain, chaque pas soulevant un nuage de poussière qui éventuellement finit par la faire tousser, les yeux plissés. Bon ! Qui avait osé interrompre son moment de défonce et de détente ?! Elle n'écoutait plus les geignements d'Aristide, cherchant un coupable du regard. Un bruit sourd lui répondit. Une boite gigantesque venait d'être balancée dans la pièce, retombant dans une cacophonie atroce. Elle leva les yeux pour découvrir, effarée, un esprit frappeur coloré... et inconnu. Ce n'était pas Peeves ça ! L'esprit ressemblait à une gamine, un large sourire aux lèvres, deux couettes et une robe rouge vif. Elle aurait semblé sympathique sans son air terriblement angoissant qui saisit Shae comme un frisson glacial. Sa voix, fluette et criarde lui perça les tympans

- Qu'est ce que vous fichez ici VOUS ? C'est chez moi ici ! OUSTE ! Dégagez !! J'vais le dire à ma maman !!

Une volée d'objets fonça vers Shae qui se baissa pour les éviter, tourna les talons, attrapant Aristide par le col, pas folle pour deux sous.

- Merde merde merde, on se casse !! Vite !!!

Elle fonça dans les marches sans prêter gare aux jérémiades de son compagnon, son cerveau enfumé ne comprenant qu'un seul message d'urgence : la FUITE ! Dévalant les marches et fonçant dans l'entrée de la Cabane, elle en émergea, toute rouge, la voix cassée à force de crier de peur, toussant et crachant ses poumons tant l'effort avait été inattendu et... Flippant !!

Elle se laissa tomber au sol à genoux, prise d'un rire nerveux, une flopée d'injures sortant de sa bouche, des images dignes de films d'horreurs tournant en boucle dans son esprit. Elle regrettait tellement d'avoir vu tous ces films moldus chez ses grand-parents maternels !! Shit ! The Shining ! NON ! THE GRUDGE ! La respiration sifflante, elle était pliée en deux, au temps pour la détente du Champifleur hein ! Elle jeta un regard à Aristide, qu'elle avait tant bien que mal réussi à trainer dans sa fuite effrénée.

- ... Euh... ça va ?

_________________
HURRICANE
© FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Purple Swan
avatar
Purple Swan
Messages : 145
Points RP : 827

MessageSujet: Re: FLASHBACK : A disastrous date (pv Aristide)   Mer 17 Mai - 23:05



A disastrous date ; 25th march 2017
Shae ξ Aristide



C’est qu’elle mordait la bougre ! Aristide aurait retiré sa main deux fois plus vite si la pression des dents de ce nifleur enragé n’était pas si forte ! Elle le repoussa avec violence et lui, manquant de trébucher sur le plancher pourri, grogna de douleur en secouant sa main endolorie. Il adressa un regard plein de reproches à la Serdaigle qui lui renvoya la pareille avant de s’engouffrer dans une pièce sans l’attendre. Il se mit immédiatement à quatre pattes dans la poussière afin de retrouver sa traitresse de baguette. Non sans hésiter quelques secondes avant de plonger ses mains nerveuses dans les toiles d’araignées. C’était répugnant. L’estomac au bord des lèvres, Il tâtonna fébrilement sous la commode. Son corps tout entier frémissait à chaque fois qu’il touchait quelque chose de suspect. Etait-ce un rat mort cette chose molle et sèche qui croustillait sous ses doigts ? Et ce truc visqueux et froid qu’il venait de saisir ?
Il étouffa un cri, horrifié, retirant ses mains maintenant recouvertes d’un voile blanc collant constellé de moucherons. Il se releva prestement sifflant entre ses dents quelques injures désuètes. Il était hors de question de remettre ses mains délicates dans ce cimetière immonde. Il alla trouver Shae avec la ferme intention de la blâmer au sujet de cette situation fâcheuse. Après tout, tout était de SA faute à la base ! Un "accio baguette » était si simple à réaliser et amplement moins salissant ! Il entra dans la petite pièce, énervé comme un roquet,

« Shae ! Tu pourrais au moins… »

Chuchota t-il au moment précis où la Serdaigle se baissait pour éviter une volée d’objets qu’un horrible esprit frappeur lui envoyait à la tronche. Faisant office de bouclier involontaire, un dictionnaire lui frappa brusquement le menton, une fourchette se planta dans sa chevelure heureusement volumineuse et un bougeoir lui frôla l’oreille à une vitesse affolante.
Aristide cria, l’esprit frappeur cria, Shae Viridian cria. Une douce cacophonie perça les tympans de chacun et il ne fallut pas plus de deux secondes pour que la blonde, brave mais peu téméraire, attrape notre Serpentard meurtri et paralysé de trouille pour l’entrainer dans sa fuite folle. « MA BAGUETTE !! » Cria t-il à plein poumons, les bras tendus, alors qu’ils dévalèrent les escaliers branlants de la cabane hurlante. Mais la Serdaigle semblait sprinter pour sa vie et ce ne fut qu’une fois dehors que son élan prit fin.
Elle lâcha Aristide avant de se laisser choir sur ses genoux, puis elle partie d’un rire à la limite de l’hystérie parsemé de quelques insultes dignes de son langage graveleux. Aristide haletait, son menton le lançait atrocement. Lui qui d’habitude brassait de l’air à propos de la moindre égratignure semblait plus abasourdi qu’enclin à se donner en spectacle. Il toucha avec précaution son visage tuméfié. Un bout de toile d’araignée resta collé à sa joue. La fourchette pendait toujours, emmêlée dans ses boucles noires. Lorsque Shae Viridian s’enquit ENFIN de son état, il la toisa de toute sa hauteur.

« J’ai l’air d’aller bien d’après toi ?! » Maugréa t-il en pointant son visage d’un doigt enveloppé de moucherons. « T’as le Q.I d’une pétoncle ou quoi ! Ma baguette est restée dans la CABANE HURLANTE ! » Finit-il par hurler, grondant d'une colère noire. Et alors qu’il hurlait, faisant face à Shae, on entendit dans son dos les pas hésitants de quelqu’un.

« Bonjour… Shae, Bonjour Aristide… »

Aristide coupé dans son élan ne se retourna pas tout de suite. Il aurait pu reconnaitre cette voix entre mille. Ses yeux comme deux ronds de flan ainsi que sa colère retombant comme un soufflé, il lança un regard catastrophé à Shae qui, toujours par terre se relevait doucement pour saluer leur nouvel interlocuteur. Passant une main fébrile dans sa chevelure et remarquant enfin la fourchette nichée dans ses boucles, il fit volte face tout en jetant l’objet dans l’herbe sèche. Son coeur battait la chamade si fort dans sa poitrine qu’il se demanda si quelqu'un d'autre que lui pouvait l’entendre.

« Tiens, Lastone ! On peut savoir ce qu’une trouillarde dans ton genre fabrique dans le coin ? » Dit-il plus fort que de raison et plus dédaigneux que jamais. Eleanor Brandstone rougit comme une pivoine et regarda un instant ses chaussures avant de répondre d’un timide

« j’ai entendu vos cris… Tu as perdu ta baguette ? »

Elle leva les yeux vers Aristide et le détailla du regard. Mais de quoi je me mêle ?! C’était le moment le plus gênant de sa vie. Il lança un regard fugace empli de détresse à la Serdaigle qui semblait, quant à elle, se délecter de cette situation cocasse, analysant le tableau comme si elle passait au crible de son intuition le moindre geste et le moindre mot.

« Dégage la béotienne ! » Siffla t-il, les yeux encore rouges des effets du champifleur, la mine blafarde, le menton boursouflé et de grands cernes bleus parachevant le tout. L’humiliation, il avait donné ! Avait-il vraiment besoin d'un mélodrame supplémentaire ? Était-ce les énergies cosmiques de l'univers qui s'étaient liguées contre lui aujourd'hui ? Etait-ce une question de karma ? Avait-il le sinistros aux fesses ? Eleanor Brandstone ? Vraiment ?

« Je… Pardon… je… » Bredouilla la poufsouffle d’un air profondément désolé. Et le coeur d’Aristide se serra. Quelle bécasse. Mais quelle nouille ! Voilà qu’elle lui présentait des excuses au lieu de s’offenser. Du Eleanor tout craché ! Deux amies à elle hélait son nom un peu plus loin pour l’inciter à les rejoindre. « Je... vous laisse, mes amies m’attendent… » Ses mots moururent de même que son sourire triste et elle hâta le pas, en direction des deux jeunes filles qui l’attendaient avec impatience dans le froid glacial de ce mois de mars. S'éloignant penaude et un peu maladroite dans sa démarche hésitante, Aristide la suivait du regard, soudainement absent. Oubliant presque la présence de sa comparse.

« Qu’est-ce qu’elle est nunuche cette fille n’empêche ! » Lacha t-il comme pour convaincre un auditoire imaginaire. Il plongea ensuite son regard dans celui de Shae « Ne crois pas que j’en oublie ma baguette pour autant. » ajouta t-il d’une voix blanche et sans savoir pourquoi, il sentit ses yeux devenir humides. « AH ! » Cria t-il tout à coup en se détournant afin de calmer le tumulte de ses émotions, suivit d’un « PUTAIN ! SHAE ! » Et il fit quelques pas rapides en direction de la cabane hurlante afin de cacher son visage ébranlé d'une colère mêlée de tristesse. Il sortit une cigarette un peu tordue de sa poche qu'il cala entre ses lèvres gercées et chercha machinalement sa baguette pour l'allumer. Son absence rappela à sa mémoire qu'il ne l'avait pas encore récupérée et il frappa nerveusement sa veste du plat de la main. C’était bel et bien la pire journée de sa vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wolf Shadow
avatar
Wolf Shadow
Messages : 141
Points RP : 605
Localisation : London

ID
Âge: 20
Inventaire:
Camp: Neutre

MessageSujet: Re: FLASHBACK : A disastrous date (pv Aristide)   Sam 20 Mai - 12:07



A disastrous date ; 25th march 2017
Shae ξ Aristide


Attendre de l'amabilité de la part d'Aristide, c'était comme attendre qu'une vache se mette à péter de l'or : ça n'arriverait pas. En même temps, l'amabilité, c'était une courtoisie bien inutile et une perte de temps considérable. Shae ne perdait pas de temps à être aimable non plus. Elle disait ce qui lui passait par la tête, sans penser une seconde à comment la personne réagirait, parce qu'elle s'en foutait. Mais voir Aristide devenir hystérique c'était quand même quelque chose... Le péquenaud n'avait même pas eu les ressources nécessaires pour récupérer sa baguette sous un fichu meuble ! Et c'était ELLE, la fautive ? Grosse blague. Elle allait lui répondre d'un ton aussi virulent et assassin que le sien, quand la petite Poufsouffle dont le mec la trompait débarqua. Shae, prise d'un élan de dignité inhabituel, referma la bouche, attendant que la petiote s'en aille.

Elle ne se serait pas embarrassée de tant d'amabilité - puisque oui, ne pas hurler était preuve d'amabilité chez elle - si ce n'était la pointe de gêne qu'elle ressentait en la voyant. La fille avait l'air gentille comme tout, sensible et un peu timide. Lui briser le coeur en révélant les infidélités de Laplantus, ce serait vache, même pour elle. En même temps, cet abruti l'aurait bien cherché, il n'était même pas si discret que ça. Mais là n'était pas la question. Pour la première fois de sa vie, elle éprouvait une pointe de pitié pour quelqu'un d'autre qu'elle même. Le spectacle d'un Aristide agressif et gêné au maximum jetant une fourchette dans l'herbe - fourchette provenant de sa propre chevelure - était néanmoins suffisamment distrayant pour qu'elle se mette à rire sans pouvoir s'arrêter, n'adressant qu'un salut très peu formel à ... Ellie ? Breanor ? Steanor ? ... A la Pouffy.

L'échange entre les deux fut épique. Dans des proportions inimaginables, Aristide parvenait à être encore plus idiot et agressif qu'avec elle - qui lui tapait déjà volontairement souvent sur les nerfs. Il était tout pâlot, n'attendant qu'une chose : qu'elle s'en aille. Ce que la jeunette finit par faire, lui adressant un regard d'incompréhension totale. Ha ! Mais quel imbécile ce mec. Shae se redressa finalement, ôtant les toiles d'araignées de sa chevelure, se frottant les mains, lui lançant un regard désabusé tandis qu'il s'exclamait.

« Qu’est-ce qu’elle est nunuche cette fille n’empêche ! »

Elle l'était ouais. Mais par pure solidarité féminine, Shae roula des yeux vers Aristide d'un air menaçant.

- Tu crois que t'as pas l'air con toi, avec ta tête de drogué et ta fourchette dans la tignasse ?

Elle sortit une cigarette de sa poche et l'alluma d'un coup de baguette agacé, l'écoutant tourner hystérique sur sa baguette toujours dans la Cabane, sans démontrer quelconque intention de venir l'aider. Ah non, c'était mort, elle refoutait pas un pied dans l'antre de la gamine maléfique. Putain, encore une bonne planque qui sautait ! Elle y avait passé des heures à fumer et tester des sorts, des potions... Et non, fallait qu'un esprit frappeur y élise domicile ! Fais chier ! Shae grommela, tirant sur sa clope en observant d'un oeil agacé Aristide, finissant par se lever. Il était grand temps de mettre un terme à ce rendez-vous plus que désastreux. Elle s'approcha, finissant par tirer Aristide par le col pour mettre fin à ces cris suraigus.

- Bon ! Merci pour le Champifleur Norfolk. Je te laisse aller retrouver ta baguette, sauf si tu as un bon deal à me proposer, moi j'retourne à Poudlard...

Un p'tit sourire en coin s'étira sur ses lèvres tandis qu'elle imaginait une façon parfaite de conclure ce qui devait être un rendez-vous parfait. Elle tira sur le col du Serpentard, et l'embrassa, entre deux effluves de clope. Le baiser n'était ni tendre, ni approfondi, et franchement, il ne payait pas de mine. Mais c'était déjà ça, pas vrai ? En reculant, elle se rendit compte qu'elle n'avait jamais embrassé personne de la sorte auparavant, et une sorte de gêne bizarre la submergea. Elle tourna les talons et commença à repartir vers la rue principale de Pré-au-Lard qui lui permettrait de retourner au chateau, se demandant si le Champifleur ne lui avait pas attaqué les neurones. Merde alors, elle avait embrassé Aristide !


_________________
HURRICANE
© FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Purple Swan
avatar
Purple Swan
Messages : 145
Points RP : 827

MessageSujet: Re: FLASHBACK : A disastrous date (pv Aristide)   Dim 21 Mai - 21:10



A disastrous date ; 25th march 2017
Shae ξ Aristide


Le crépuscule enveloppait maintenant pré-au-lard de son étrange atmosphère. La température chutait progressivement à mesure que le soleil, pourtant caché par d’épais nuages gris tout au long de cette journée, disparaissait à l’horizon. Il était bientôt l'heure de rentrer à Poudlard. Notre Serpentard mal engoncé faisait face à la cabane hurlante conscient qu’il ne leur restait que très peu de temps pour agir. Tordant nerveusement ses mains contre sa poitrine, il cogitait. Il leur fallait un plan, et vite. Mais lequel ? Faire face à Peeves de temps en temps au château n’était déjà pas une partie de plaisir, alors se mesurer à la colère d’une furie impitoyable lanceuse de fourchettes risquait fort de tourner vinaigre. De nombreuses idées abracadabrantes se bousculaient en lui. La plus tentante était de faire diversion en donnant en pâture à l’esprit frappeur la grande coupable de cette histoire, Shae Viridian. Mais comment allait-il convaincre la Serdaigle de se sacrifier pour la bonne cause ? Il était évident qu’elle ne suivrait pas ses directives à moins d'un Impero. Puisqu’elle n’avait aucune empathie. Aucune once de culpabilité. Aucunes manières, ni de savoir vivre. Son égoïsme battait des records même ! Aristide cracha sa cigarette tordue et leva les bras au ciel en braillant

«  Sa faute ! TOUT EST DE SA FAUTE ! »

C’est alors qu’il sentit une main ferme lui attraper le col, il cru entendre un craquement, était-ce le tissu miteux de sa veste centenaire qui venait finalement de céder ? Il allait falloir qu’elle perde cette mauvaise habitude de l'agriper à tout bout de champ ! Il lui fit face, outré, prêt à déverser son fiel si elle osait tirer plus fort.

- Bon ! Merci pour le Champifleur Norfolk. Je te laisse aller retrouver ta baguette, sauf si tu as un bon deal à me proposer, moi j'retourne à Poudlard…

Voilà ! La couardise de Shae Viridian venait enfin de s’exprimer de vive voix ! Elle était trop prévisible ! Trop prévisible ! En y repensant, il était fort probable qu'elle ait tout calculé depuis le début ! Ça sentait l’entourloupe à plein nez ! Et lui, innocent et pur qu’il était, avait foncé tête baissée dans son piège savamment dressé. Il lui lança un regard noir, observant la jeune blonde qui affichait un sourire hypocrite, elle était insupportable, si insupportable qu’il inspira profondément avant de le lui faire savoir.

« TU ES INSU… »

Et c’est alors que la chose la plus improbable au monde se produisit. Shae le tira tout à coup vers elle en pressant sur son col afin de poser ses lèvres froides sur les siennes. Il était grand, trop grand, et cette pression inattendue pour le faire se baisser fit craquer quelques vertèbres. Etait-ce dans le but de le faire taire ? Efficace. Le baiser fut bref, presque insaisissable, mais l’effet qu'il provoqua sur notre Serpentard suffit à le propulser dans une autre dimension. Les yeux écarquillés, la bouche entrouverte, il baignait dans une incompréhension totale. La paralysie le frappait toujours lorsqu’elle se détacha de lui avant de tourner les talons. Que venait-il de se passer au juste ? Aristide en perdait son latin. Avait-il loupé un épisode ? Avait-il mal interprété les injures de la bleue-argent ? Est-ce que Shae Viridian... était… amoureuse de lui ? Son coeur fit un bond.
Il repassa en mémoire, comme un ordinateur, les nombreux souvenirs où elle avait déboulé dans sa vie. Était-ce pour cela qu’elle squattait si souvent la tour d’Astronomie ? Etait-ce pour cela qu’elle lui avait tenue compagnie le jour de la st-valentin lorsqu’il ruminait sa peine ? Était-ce pour cela qu’elle avait organisée ce rendez-vous ? Il se rendit compte qu’il n’avait jamais prit en considération les sentiments de la masse blonde. Jamais il ne s’était demandé ce qui se tramait dans sa petite tête. Jamais il ne se posait de questions quant à ce qu’elle pouvait bien ressentir à son égard. Assumant toujours le pire, s’imaginant avoir à faire à une ennemie de toujours qui conspirait contre lui avec acharnement. La considérant la plupart du temps comme une tumeur à exciser. Tout était clair à présent. Ce rendez-vous, ce baiser… Reprenant enfin ses esprits et sans trop savoir pourquoi, il couru après elle, la voyant déjà disparaitre au détour d’une ruelle. Elle avançait à vive allure mais il finit par la rattraper. Et maintenant ? Il saisit le poignet droit de Shae pour l’arrêter.

«  At-tends ! » Articula t-il entre deux souffles rauques. Elle avait encore sa cigarette aux lèvres et semblait n’avoir aucune envie de discuter. (Ce qui, soulignons-le, était très rare). « Attends. » Répéta t-il pour lui même. Et maintenant ? Tout était confus.

Il entoura alors Shae de ses grands bras rachitiques et la pressa fermement contre lui. Une main sur la tignasse folle de la jeune fille pour appuyer sa tête contre sa poitrine. Se surprenant lui même d’avoir eu une telle initiative. Quelques secondes passèrent dans un silence anormal, puis il s’entendit dire avec gêne comme en dehors de son propre corps

« Je suis désolé » articulant avec quelques difficultés, d’une voix étranglée car les excuses n’étaient pas son fort et cette proximité était étrange. « J’étais loin de me douter que… Je ne savais pas. Je suis un sale con. »

Poursuivit-il maladroitement lorsqu'il sentit quelque chose lui picoter affreusement le téton. Une odeur de cochon cramé lui agressa la narine « ARGH ! » Hurla t-il en relâchant la Serdaigle de son étreinte. La cigarette de Shae venait de lui trouer la peau en traversant le tissu de sa veste.

« MA VESTE ! » Cria t-il, retrouvant tout à coup son ton de reproches habituel. « Tu ! », « Je ! ». Le rire cristallin de la jeune fille éclata soudain alors qu’il époussetait nerveusement son torse afin d'atténuer la brûlure bénigne. « Mais rigole pas ! » Le ridicule de la situation finit par avoir raison de lui et un sourire tordu qu’il avait du mal à réprimer s’installa confortablement sur ses lèvres. « Rigole pas j’te dis ! » Lâcha t-il finalement avant de se joindre malgré lui au rire communicatif et bruyant de Shae. « Tu pourrais au moins me recoudre pour te faire pardonner ! » les éclats de rire s’estompèrent peu à peu et c'est avec étonnement qu'il vit Shae se faire bonne pâte en sortant sa baguette avec nonchalance.

Lorsqu’il vit la baguette... une avidité mêlée d’une idée dangereuse lui traversa les méninges. Avant que la Serdaigle ne puisse formuler un sort quelconque, il se saisit de l’objet et s’enfuit en direction de la cabane hurlante.

« TU ME DOIS BIEN ÇA ! »

Se justifiait-il tout en prenant la poudre d’escampette à une vitesse hallucinante. Il savait que ce qu’il venait de faire lui vaudrait les foudres de la Serdaigle pour le restant de sa vie. Mais le temps pressait, et il en avait bien PLUS besoin qu'elle. Oui ! Il était toujours hors de question de se salir les mains ! Et puis… la situation était trop belle.
La baguette en revanche ne semblait pas apprécier ce changement soudain de propriétaire, et il la sentait s'affoler dangereusement au creux de sa main par de nombreux crépitements. Ça ferait l’affaire, essaya t-il de se rassurer avant de s'engouffrer avec fracas à l’intérieur de la cabane hurlante. Ne se retournant pas pour vérifier si Shae le poursuivait. Il ne valait mieux pas.
Miracle ! Aucun fantôme terrifiant à l’horizon, il grimpa quatre à quatre les marches de l’escalier branlant. Au final qu’y avait-il de plus effrayant ? Une petite fille morte qui envoyait des fourchettes ou bien une Serdaigle décoiffée furax et désarmée ? Arrivé en haut, en nage et essoufflé, il lança un Accio avec précipitation. La baguette en bois de noisetier de Shae cracha quelques éclairs de protestation, mais le sort semblait fonctionner puisqu’il aperçu enfin sa baguette nappée de toiles d’araignées, surgissant de sous la commode. Elle ne vint cependant pas se poser tranquillement dans ses mains avides, mais se planta plutôt comme une flèche dans le bois pourri de la cabane juste derrière lui.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wolf Shadow
avatar
Wolf Shadow
Messages : 141
Points RP : 605
Localisation : London

ID
Âge: 20
Inventaire:
Camp: Neutre

MessageSujet: Re: FLASHBACK : A disastrous date (pv Aristide)   Mer 24 Mai - 2:00



A disastrous date ; 25th march 2017
Shae ξ Aristide


Shae marchait à vive allure vers le chateau en tirant sur sa clope, perturbée entre le sens de profond ravissement à l'idée d'avoir cloué le bec d'Aristide, et celui de frustration d'avoir embrassé et ainsi donc cédé son premier baiser à un être aussi ... agaçant. Elle savait pertinemment que sous ses allures de rustre, elle l'aimait bien ce type. Sa présence dans la Tour d'Astronomie ne l'avait jamais tant gênée, et elle s'était presque sentie seule les soirs où il n'était pas venu l'enquiquiner. Le croiser dans les couloirs était toujours réconfortant, puisqu'à vrai dire, Shae était la plupart du temps... ignorée par ses pairs.

Aristide lui, réagissait, avec aplomb et moults cris même. Et il ne l'ignorait pas. Il lui gueulait dessus sans cesse, certes, mais il ne la laissait jamais tomber quand venait le puissant besoin de communiquer, peu importe que ce soit au travers de cris plutôt que de phrases. Non, vraiment, elle l'aimait bien. Mais ASSEZ pour l'embrasser ? Non. Pas vraiment. Grommelant, elle tira une bouffée de cigarette, quand soudain son poignet fut agrippé par une main osseuse, arrêtant net sa fuite vers Poudlard. QUI OSAIT ? Aristide ? C'était bien lui, pantelant de lui avoir couru après, l'air halluciné. Eh bien ? L'esprit frappeur était-il venu lui courir après ? Elle se ferma, lui jetant un regard courroucé. Elle n'avait pas envie de parler et encore moins de le défendre contre un esprit frappeur taré dont elle n'avait en rien voulu provoquer le courroux !

Elle s'attendait à tout. Des injures, des supplications. Mais des excuses ? Une accolade aussi... proche ? Avoir soudainement le nez collé au torse dur et fin du jeune homme la prit de court, et à sa grande horreur, elle sentit son coeur accéléré et le sang monter à ses joues. Par le caleçon de Merlin ! Aristide avait-il été frappé sur la tête de façon violente ? Voilà qu'il s'excusait ! Toute perturbée qu'elle était, Shae ne se rendit pas compte que sa cigarette appuyait elle aussi sur le torse du jeune homme, traversant patiemment les couches de vêtement jusqu'à incendier glorieusement le téton du concerné. Son cri de douleur mit fin à leur maladroite étreinte, et elle recula vivement.

Mince. Pourquoi se sentait-elle si fiévreuse tout d'un coup ? Aucun garçon ne l'avait jamais prise ainsi dans ses bras ! Le cri d'outrage d'Aristide la réveilla d'un coup, et un rire nerveux lui échappa, ajoutant à l'offense. Incapable de s'arrêter, elle se plia en deux, évacuant toute la nervosité qui montait en elle, l'odeur du téton grillé lui rappelant sans cesse le cri suraigu et offensé d'Aristide. Elle se souviendrait toute la vie de ce rendez-vous, songea-t-elle, morte de rire. A force de supplications et de provocations, elle finit par se dire qu'elle devrait recoudre le trou de sa pauvre veste. Après tout, c'était la moindre des choses. Elle tira sa baguette pour l'aider à mettre fin à leur hilarité commune, s'essuyant les yeux des larmes qui y étaient montées.

Mais Aristide avait eu une nouvelle idée en tête. S'emparant de sa baguette, il lui arracha un cri outré.

« TU ME DOIS BIEN ÇA ! »

- MAIS ENFIN ! NORFAKE ! REVIENS ICI SALE CANCRELAT !!

Ni une, ni deux, Shae se mit à lui courir après, folle de rage. SA baguette ! SON bébé ! Et cet imbécile qui s'en emparait ! Tout bon sentiment à son égard mourut dans le feu de la rancoeur, et elle se jura de tondre ses cheveux et d'en faire des bonnets pour moldus qu'elle vendrait à ses dépends. Quel sale type ! Elle le suivit à petite allure, pas franchement sportive, les poumons ruinés par la clope, et s'arrêta net aux portes de la Cabane Hurlante. Hors de question d'y retourner. Elle revoyait encore avec effroi la gamine maléfique et son regard emplit de haine et de destruction. Nope. Big nope.

Effrayée et furax, la jeune fille hésita, passant d'un pied à l'autre, avant de finalement se lancer. Merde ! Il allait lui payer l'entièreté de ce rendez-vous !! Elle grimpa les marches et le trouva finalement, occupé à tirer sur sa baguette plantée dans le mur en jurant, tandis que la sienne restait dans sa main moite. Elle bondit sur son bras et lui arracha la baguette.

- Espèce de taré ! DE QUEL DROIT ! DE QUEL...

Sa phrase mourut dans sa gorge tandis qu'apparaissait l'esprit de l'enfant maléfique, les observant d'un oeil mauvais. Sa robe rouge vif tranchait dans l'atmosphère terne et poussiéreuse de la Cabane, et un bruit sourd leur indiqua que la porte d'entrée venait de claquer et de se verrouiller. Le sang quitta le visage de Shae qui, pas folle, décida de se faire toute petite derrière Aristide. Vu son étreinte, il avait clairement des sentiments pour elle. Il la protégerait. Pas vrai ?


_________________
HURRICANE
© FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Purple Swan
avatar
Purple Swan
Messages : 145
Points RP : 827

MessageSujet: Re: FLASHBACK : A disastrous date (pv Aristide)   Jeu 25 Mai - 21:16



A disastrous date ; 25th march 2017
Shae ξ Aristide



« Nom d’un Scroutt à pétard ! »

Alors qu’il s'échinait à tirer sur sa baguette de sa force herculéenne de mouche paralysée, affolé par la probabilité de se faire agresser par un esprit frappeur, Aristide sentit qu’on le dépossédait violemment du fruit de son précédent larcin. La jeune Serdaigle était là, furax, serrant sa précieuse baguette dans ses petites mains énervées. Notre nigaud de Serpentard ne la regarda qu’un bref instant, embarrassé, avant de refocaliser son attention sur sa propre baguette. Elle avait le souffle court et on devinait à son regard pénétrant la rage qui bouillonnait en elle. Le meurtre au bord des lèvres, elle faisait littéralement peur à voir.
Sa tignasse était par ailleurs vraiment impressionnante, presque aussi digne de celles qu'arboraient les icônes du rock moldu des années 80. Il pria pour que l’orage passe, du moins le temps de sortir de cet endroit maudit, tout en étant pertinemment conscient des représailles qui l’attendaient au tournant.

- Espèce de taré ! DE QUEL DROIT ! DE QUEL…

La puissante voix de la Serdaigle vrilla les tympans du Serpentard, il réussit néanmoins à libérer Excalibur de son entrave en arrachant au passage un bout de bois pourri qui s’effritait bizarrement en mille miettes.

« VICTOIRE ! » S’exclama t-il, brandissant fièrement l’objet de sa conquête. Puis, pour son plus grand malheur, il remarqua la stupeur envahir progressivement le visage de la masse blonde. N’osant plus se retourner pour constater le pire, un sursaut l'ébranla lorsqu’il entendit la porte claquer dans un bruit sourd puis se verrouiller. Ça allait chier pour eux.

« Je vous avais demandé de DÉGAGER ! » Le ton de la gamine était
sinistre à vous en glacer le sang.

Shae la couarde prenait une fois de plus Aristide comme rempart, se planquant derrière lui, donnant la preuve irréfutable de la lâcheté qui la composait toute entière. Il avait beau être grand et mou, fallait pas pousser mémé dans les orties ! Il était hors de question de servir d’exutoire une seconde fois ! Non merci !
Malheureusement, bouger ne serait-ce qu’un orteil semblait de la plus haute imprudence. Il leur fallait un plan, mais son cerveau ne semblait pas vouloir coopérer. Tout était emmêlé. Le flot de ses pensées était incohérent et absurde. Fuir ? Risqué. J’ai mangé trop de jambon hier. J’aurais dû dire à Beef que j’avais rendez-vous avec Shae aujourd'hui. J’ai oublié de lire mon chapitre sur l’anthropophagie des sirènes. Lancer un sort ? Lequel ? Mes chaussettes sont sales. On va retrouver mon corps alors que je porte mon caleçon à l’effigie des Bizarr’ Sisters  ! La gamine observait nos deux sorciers terrorisés comme consciente du pouvoir absolu qu’elle exerçait sur eux.

«  Mais puisque vous avez l’air de vous plaire ici, SACHEZ, que vous êtes… » Joignant un geste lent et délicat à ses mots, elle ouvrit à distance une porte. La porte qui menait à la pièce où ils l’avaient découverte pour la première fois un peu plus tôt. «  ..EN RETARD ! » Poursuivit-elle, les incitant d’un mouvement de tête saccadé à entrer.
Aristide écarquilla de grands yeux épouvantés. Ils n’allaient quand même pas suivre les ordres d’une sale mioche sans broncher ?! Si ? Il sentit qu’on appuyait dans son dos. Shae avait-elle un plan ? Ou pétait-elle tout simplement de trouille à l’idée de lui désobéir ? Puisque les deux prisonniers du jour n’avaient pas l’air de se décider à bouger, l’esprit frappeur s’évapora pour réapparaître presque aussitôt tout près d’eux, caressant de sa main glaciale et pénétrante les cheveux ébouriffés de Shae tout en susurrant à l’oreille d’Aristide de sa voix stridente. « En retard…Pour le thé… »

« GROUILLEZ VOUS ! » finit-elle par hurler avec une autorité surprenante. Son ordre était d’une efficacité redoutable puisque nos deux sorciers ébranlés se plièrent à sa volonté. Déboulant dans la pièce maintenant bercée d’une intense obscurité. Des bougies habillées de toiles d’araignées s’allumèrent en un claquement de doigt.

« Toi la poupée blonde tu vas t’asseoir à côté de monsieur bouffi ! »

Ordonna l’ectoplasme d’un ton étrangement affable. Elle pointa de son index translucide ce qui devait être, en des jours meilleurs, une peluche, aujourd’hui en lambeaux et décapitée, manquant de rembourrage. Monsieur bouffi était installé devant une caisse de bois perforée. Une assiette brisée ainsi qu’une fourchette en plastique tordue étaient disposés consciencieusement dessus. Trois coupes ébréchées mais plutôt bien conservées par rapport au reste de la vaisselle présente s’ajoutèrent à la table.

« Toi le moche tu vas nous servir de maitresse de maison ! Tu t’appelles Denpouri ! »  

Aristide, bien qu’anxieux, sentit la pique de cette sale peste lui monter au nez. Qu’est-ce qu’ils avaient TOUS à le chambrer sur ses dents !? Bon… Ce n’était pas le moment de s’offenser. Calme. Calme. Il observa le décor assemblé sur la caisse tandis que la Serdaigle et la revenante d’outre tombe s’installaient pour venir tenir compagnie à monsieur Bouffi. C’est alors qu’une idée lumineuse lui traversa l’esprit. Il se racla la gorge, et simula une voix qui n’était pas la sienne pour se prêter au jeu délirant qui les liaient tous.

« Oh… Mais ! Je vois qu’il manque une… fourchette Mesdames…et Monsieur… Monsieur…?»

« BOUFFI ! » Souffla l’ectoplasme, courroucé, ses cheveux fouettant l’air.

«  Mais oui c’est bien sûr ! Monsieur Bouffi ! Hem...» Il inspira profondément pour se donner du courage, ses grandes guiboles tremblaient à lui en briser les os. « Je me ferai un plaisir de la chercher pour vous ! » Il sentit le poids d'un regard scandalisé que Shae portait tout à coup sur lui, un dialogue muet se développa entre eux " tu n’oserais pas ! ". Il lui répondit d'une expression silencieuse mais provocante, c’était du chacun pour soi ! Adieu bambina, amuse toi bien à jouer à la dinette avec Miss foldingue ! Je me taille ! Il poursuivit avec un peu plus d'aplomb. « Elle se trouve dans la cour de notre fabuleuse demeure ! Vous permettez ? »
Aristide esquissa quelques pas timide vers la sortie.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wolf Shadow
avatar
Wolf Shadow
Messages : 141
Points RP : 605
Localisation : London

ID
Âge: 20
Inventaire:
Camp: Neutre

MessageSujet: Re: FLASHBACK : A disastrous date (pv Aristide)   Mer 31 Mai - 23:12



A disastrous date ; 25th march 2017
Shae ξ Aristide



« Je vous avais demandé de DÉGAGER ! »

Le cri perçant ruina ses tympans en une poignée de micro-secondes et Shae poussa un couinement en se cachant encore plus derrière Aristide, son chevalier servant. Un chevalier servant inutile, car immobile, bien qu'il ait enfin réussi à décrocher sa baguette du mur dans lequel il l'avait enfoncée. Shae couina une nouvelle fois, tentant de lui donner l'impulsion nécessaire pour qu'il les protège de l'immonde gosse maléfique. Mais rien n'y fit, il resta pétrifié, et les deux sorciers finirent par sursauter quand la gamine reprit la parole. Terrifiée, la jeune fille sentait son coeur battre à en rompre ses côtes, et elle fut presque tentée de saisir la main d'Aristide pour se donner du courage, résistant pour se contenter de serrer sa veste entre ses doigts, ne le lâchant pas d'une semelle.

La main glaciale touchant ses cheveux lui fit l'effet d'un seau d'eau gelé, et elle tressaillit violemment, l'ordre aboyé agissant comme un coup de fouet. Aristide s'élança, et elle le suivit tant bien que mal, réfléchissant à toute allure. Comment gérer un esprit frappeur ? Elle était sûre de les avoir déjà étudiés et de savoir les gérer, mais son esprit paniqué et enfumé de Champifleur ne répondait plus. Le sel, ça fonctionnerait non ? Une bonne grosse poignée de sel dans sa tronche, assez pour qu'ils aient le temps de fuir. Le lieu glauque au possible rappelait une tea party organisée par l'oncle Pedobear et sa cousine psychopathe. Shae obéit à l'ordre claqué dans sa direction, s'installant aux côtés de ... Monsieur Bouffi, et lança un regard désespéré à Aristide. Il fallait qu'il fasse distraction, et qu'ils trouvent un kilo de sel. C'était possible non ?

Elle dû contenir son rire nerveux quand l'affreuse gamine traita Aristide de moche, puis l'affubla du surnom "Denpourri" mais le sentiment disparut bien vite quand elle se rendit compte de l'ignoble stratagème lâche et putride que ce dernier semblait mettre en place. Scandalisée, leur échange silencieux la rendit blême de rage, et Shae se trémoussa sur sa chaise, attendant anxieusement la réaction de la gamine qui semblait peser le pour et le contre de la proposition complètement foireuse de Denpouri;.. hum, Aristide. Elle finit par claquer des doigts d'un air impérieux.

- Non ! Tu restes ici le moche ! ET TU SERS LE THE !! Pas besoin de fourchette pour le thé !

Shae ravala son sourire narquois et leva sa tasse en lorgnant Aristide d'un air ironique.

- J'ai besoin de thé monsieur.. Denpouri.

Elle avait volontairement accentué le dernier mot, un sourire en coin à l'ombre de ses lèvres, tandis qu'elle s'activait à chercher une solution à la situation complètement ubuesque qui se déroulait avec eux, pions bien malgré eux. Elle attendit qu'il fasse mine de la servir, et profita qu'il la cachait pour sortir sa baguette d'un mouvement vif, renversant la table d'un coup de pied magistral, envoyant valser la grotesque mise en scène.

- ON SE CALME MISS PSYCHOPATHE MAINTENANT ! TU NOUS LAISSES SORTIR OU JTE DECOUPE EN RONDELLES !

Ajoutant en grands mouvements de poignets pour renforcer la portée de son bluff, son trou de mémoire toujours aussi persistant, Shae jeta un regard décidé à Aristide, l'enjoignant à rejoindre le bluff. Il fallait juste qu'il ait l'air sûr de lui. Sinon, elle l'abandonnerait là, tout comme il avait failli la laisser pourrir. Amoureux, mes fesses ouais ! Il n'était même pas amoureux d'elle ! Profondément vexée dans son ego, Shae détourna le regard, se concentra sur l'esprit, qui folle de rage et vexée de se faire menacée, commençait à piailler. Agacée, Shae finit par gueuler un "SILENCIO" des mieux sentis et jeta un regard furieux à Aristide.

- T'ALLAIS ME LAISSER LA ! Une minute c'est câlin et amour, l'autre c'est abandon total ! Tu ferais un piètre petit-ami, Aristide COWARD !



_________________
HURRICANE
© FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Purple Swan
avatar
Purple Swan
Messages : 145
Points RP : 827

MessageSujet: Re: FLASHBACK : A disastrous date (pv Aristide)   Sam 10 Juin - 13:25



A disastrous date ; 25th march 2017
Shae ξ Aristide




Il y était presque, pas à pas, avançant doucement, comme si y aller lentement était la solution miracle. La sortie était toute proche. Il pouvait presque toucher l’encadrure de la porte s’il tendait la main. Ça marche ! Son plan foireux marchait ! Hallucinant ! Son coeur pulsait de plus en plus rapidement dans son ventre à mesure qu’il s’éloignait de cette scène macabre. Il se voyait déjà dévaler les escaliers scabreux et humer l’air glacial de pré au lard à pleins poumons. Liberté je t’aime !

- Non ! Tu restes ici le moche ! ET TU SERS LE THE !! Pas besoin de fourchette pour le thé !

Raté. Il s’arrêta net, un frisson d’effroi et de déception chatouilla sa colonne vertébrale. Y avait-il vraiment cru ? Disons que, comme statuait l’adage, qui ne tente rien n’a rien ? C’est la participation qui compte ? Ce rappel à l’ordre impérieux lui évoqua une autre expression : il ne fallait pas vendre la peau du troll avant de l’avoir tué.
l’injonction capricieuse de l’esprit frappeur produisait sur lui le même effet qu’un impero bien placé. Il revint fébrilement, déconfit, agissant comme un automate. Et c’est alors que Shae prononça la pique impardonnable. Reprenant le sobriquet ignominieux « denpouri » pour l’interpeller, tasse en main. Un air victorieux inscrit sur son visage. Il était trop tôt pour savourer une quelconque victoire madame ! Était-il nécéssaire de lui rappeler qu’ils étaient tous les deux dans une situation à hauts risques ? Une situation mortelle ? FATALE ?! Avait-elle vraiment besoin de retourner le couteau dans la plaie ? Il lui aurait bien dit sa façon de penser si l’apparition spectrale ne soufflait pas dans son dos son haleine frigorifiante. À contre coeur et se forçant à servir un thé imaginaire il toisa Shae d'un regard plus méprisant que jamais. Alors qu’elle lui répondait d’un insupportable sourire en coin, il mima les gestes improvisés et maladroits d'un très mauvais serveur. Si la théière ébréchée avait été pleine de thé, il aurait certainement ébouillanté la sorcière en toute conscience et sans remords.
Ce faisant, il remarqua un changement d’attitude brutal chez sa partenaire de misère. Le visage grave et concentré il vit Shae sortir sa baguette avant d’envoyer valser la caisse en bois d’un coup de pied impressionnant. La vaisselle de fortune se brisa sur le plancher pourri en grand vacarme. Oh. Mon. Dieu. Si elle avait dans l’idée de les faire tuer, c’était bien joué Viridian ! Bien joué ! Théière toujours en main, décomposé, Aristide était le témoin impuissant de l’horreur de cette scène improbable. Son sang ne fit qu’un tour lorsque le blonde furax loin de vouloir arranger la situation s’époumona à l’encontre de l’esprit frappeur. C’était quoi ce délire ?! La bravade suicidaire de la blonde lui fit perdre tout espoir. Il étaient cuits. Lorsqu’elle plongea son regard dans le sien, d’un air de dire « t’es avec moi sur ce coup là ? »
il lâcha finalement la théière à laquelle il s’agrippait depuis tout à l’heure qui se brisa à ses pieds. Dans un geste désespéré il sortit sa baguette lui aussi. Quitte à crever hein… Soyons fou. L’esprit frappeur avait des yeux sanguinaires à l’instar de sa robe rouge écarlate, ses longs cheveux ténèbres fouettaient dangereusement l'air. Elle hurlait de rage mais semblait un peu confuse d’avoir à gérer une telle mutinerie. Shae envoya un silencio salvateur qui fit du bien aux tympans de nos deux sorciers. Et maintenant ?

- T'ALLAIS ME LAISSER LA ! Une minute c'est câlin et amour, l'autre c'est abandon total ! Tu ferais un piètre petit-ami, Aristide COWARD !

Il regardait la sorcière avec des yeux ronds. Aristide… Coward ?! Avait-il bien entendu ?! Outre son insulte, était-ce le bon moment pour lui sortir ses 4 vérités ? Ils étaient juste sur le point de se faire assassiner par une gamine démoniaque en fait. Sans oublier qu'elle l’avait appelée Denpouri exprès y’a pas 5 minutes ! Ok… C’était juste après qu’il ai essayé de prendre la poudre d’escampette en la plantant là, mais TOUT DE MÊME ! Au regard de tout ce qui s’était passé au préalable, c’était de bonne guerre ! Vous êtes pas d’accord ? Il inspira profondément, yeux fermés, et... explosa à son tour. Agitant ses grands bras maigres à chaque fois qu’il appuyait sur un mot.

«  OUI ! C’est bien ça ! DOIS-JE RAPPELER à ta mémoire de doxy trépané que t’étais la première à vouloir te barrer en me laissant chercher ma baguette seul dans ce taudis du craignos ! QUI est-ce qui nous a amené ici en premier lieu ?! QUI affirmait qu’il n’y avait AUCUNS dangers à trainer là ! QUI voulait vérifier la provenance d’un bruit HAUTEMENT suspicieux avant de pisser dans son froc et de déguerpir comme une vache ?! Madame courage ! Tu crois que tu ferais une meilleure petite amie ? SHAME VIRIDIAN ! »

La gamine ne semblait pas du tout apprécier son soudain mutisme, elle s’immobilisa, et son apparence éthérée s’estompa à la vue de nos deux sorciers trop occupés à se chamailler pour remarquer sa disparition progressive. Alors qu’Aristide prenait des couleurs en criant sur une Shae Viridian qui avait l’air décidée à le cogner en retour, les cheveux de nos deux sorciers se dressèrent sur leur tête de leur propre chef. Mettant immédiatement fin aux cris.

« Qu’est-ce que… ? »

L’esprit frappeur toujours absent visuellement tira comme une forcenée sur la tignasse des deux sorciers sidérés, les amenant à se percuter l’un l’autre, une fois, deux fois, trois fois. Malmenés comme des poupées de chiffons.  
Un craquement sonore résonna dans la pièce. Une odeur de poudre mentholée agressa leur narines. Sans comprendre ce qui se passait, Aristide, sentit une main ferme lui saisir le bras alors qu’il se débattait vainement en agitant sa baguette en bois de pin. Le décor s’affaissa tout à coup devant lui et une sensation terrible lui écrasa la poitrine. Il tourbillonna à en vomir et se retrouva dehors l’estomac au bord des lèvres.  Shae était à ses côtés, verte. Demelza Smethley leur faisait face, le regard sévère de ceux qui imposaient le respect immédiat. Bras croisés, jaugeant nos deux compères nauséeux.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

FLASHBACK : A disastrous date (pv Aristide)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» date du prochain stage pour cdc au reptilarium du larzac
» calculer la date du poulinage
» Date d'anniversaire de Elise
» date de fin de proposition
» Indiquer sa date anniversaire sans mentionner l'année

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Malleus Maleficarum :: Monde Magique :: Pré-au-Lard :: Rue commerçante-