Partagez | 
 

 Show me your wand, I'll tell you who you are ♦ Glingal D. A. Ollivander

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité

MessageSujet: Show me your wand, I'll tell you who you are ♦ Glingal D. A. Ollivander   Lun 24 Juil - 1:02




  • nomOllivander.
  • prénom Glingal Darius Aloïs.
  • célébritéFT Sir Ian McKellen.
  • âge61 ans.
  • métierFabricant de baguette et résistant (ça compte comme métier vu le temps que j'y consacre).
  • statutSang mêlé.
  • groupeSorcier.
  • donJe peux savoir le caractère d'un sorciers rien qu'en apercevant sa baguette et je suis particulièrement doué pour les sortilèges informulés.
  • animauxRym, Rei et Rha : 3 botrucs qui m'aident à fournir du bois de qualité pour mes baguettes et qui restent souvent à mes côtés. Ainsi, qu'une chevêche d'Athéna nommée Athéna et un Pudu du sud - petite créature moldue - prénommé Paracelse que j'ai recueilli lors d'un de mon voyage en Équateur (et bien d'autres encore).
  • baguetteL'une des premières baguettes fabriquées par feu mon frère Garrick. Un cœur en crin d'Abraxan au creux de 32cm81 d'Aulne, légèrement courbé avec poignée fine encore couverte d'écorce. À mes dix-huit ans, j'ai gravé la forme d'un botruc sur la poignée de ma chère partenaire, celui que mon père venait de m'offrir : Rha.


A long and busy life not yet ended


Me voilà face au Docteur. Celui qui est là pour m'aider. Pour me soigner. Pour panser mes blessures et régler mes problèmes. Et comme tout les psychomage, il me demande de replonger dans le passé pour comprendre les soucis présents. Évidement que les deux sont liés, le temps est ce qui nous marque le plus. Plus encore que l'amour, l'amitié, la douleur, la tristesse, la détresse ou même la mort. Alors quoi qu'il arrive - ou soit arrivé -, ça nous a forcément changé. Même un peu, même une imperceptible et infime partie de nous, de notre innocence et de notre essence. Le silence règne depuis quelques minutes. Alors il me le redemande : de plonger dans mon passé. De m'y noyer. Et de tout lui raconté, à lui grand inconnu. il souhaite que je redescende dans mon enfance comme dans un ascenseur en chute libre. Pourtant c'est la seule époque où rien n'a pu altérer mon innocence et mon espoir en l'humanité.

***

L'aube de ma vie fut tout ce qu'il y a de plus banal, comme celles qui introduisent les contes pour enfants. J'ai grandit avec une famille heureuse. Nous avions de un toit, de la nourriture dans les placards et le splendide héritage familiale qu'est la boutique Ollivander. J'étais proche de mon frère malgré les vingt-deux années de différence d'âge. J'avais une mère affectueuse et généreuse et un père tout aussi aimant. Que rêver de plus. Une bonheur simple que l'on pouvait alors délecter à sa juste valeur sans rajouter les extras de la richesse ou des disputes. Bien sur quelques unes de ces derniers éclataient de temps à autre, mais elles partaient aussi vite qu'elles apparaissaient. Mon père et Garrick - mon cher frère - m'apprenait le métier de fabricant de baguette. Je regardais les clients et parcourait le Chemin de Traverse de fond en comble. Je regardais les gens, les moldus qui accompagnaient leur enfant pour acheter les fournitures de Poudlard. Il découvrait notre monde magique et j'essayais de découvrir le leur, plein de robe à motif, de lunettes catchy, de costumes et de quelques pantalons à pattes d'eph colorés.

***

Raconter ma vie, c'est bien la première fois que je le fais. Autrefois déjà, je n'étais pas passionné de blablater à propos de mon passé, mais maintenant il y avait encore plus à dire. Les années apportant de plus en plus de contenu. Si les premières années de ma longue vie sont calmes et pleines de bonheur, la douleur et la perte s'immisceront petit à petit dans les toutes les années qui suivent. Heureusement, la souffrance ne prend pas le dessus sur la joie de vivre. Du moins pas pour l'instant. Elle se contente de ronger mon innocence comme de la rouille dévorant une plaque d'acier sans la moindre rayure. Le Doc me fait signe de continuer.

Comme tous les enfants de mon âge, j'ai reçu ma lettre d'admission à Poudlard à mes 11 ans, en 1970. Cette école dont je rêvais depuis aussi longtemps que ma courte vie ma l'avait permit. Avec quelques rimes chantées, le Choixpeau me fit rejoindre la maison Poufsouffle. Je faisais mon travail, participait, étais poli et avait de bonnes notes.J'étais donc un bon élève, apprécié par les professeurs sans non plus être le chouchou de la classe. Contrairement à certains camarades doués pour s'attirer des ennuis comme James, Sirius ou Remus. Suivant - presque - tous les cours avec intérêt, j'avais tout de même une préférence pour la Défense contre les forces du Mal, les Soins aux créatures Magiques, les Sortilèges et la Botanique. Mes amis n'étaient pas nombreux mais me suffisaient amplement. J'y ai même rencontré ma future femme, Aela Crivey, une gryffondor de mon âge. Après quelques années d'amitié, nous avons commencé à sortir ensemble en cinquième année. Et sous le plus grand étonnement des autres élèves, je m'étais lié d'amitié à un de mes cadets serpentard grâce à notre considération commune envers les elfes de maison : Regulus Black.
Mais toutes ses années passées à Poudlard me protégeaient des sombres desseins qui se tramaient au-dehors. Lord Voldemort semait la terreur. Il devenait de plus en plus fort et ses alliés pullulaient comme des parasites par peur ou par convictions. On n'en voyait pas la fin. Puis finalement, ce démon avait réussi à agir sur ma vie à Poudlard, en me volant Regulus. Il avait rejoint les mangemorts et je brisa aussitôt notre amitié. Aussitôt renié de mes connaissances. Mon innocence s'effritait.
Après ces sept années riches en émotions, je suis sortis de Poudlard avec de bonnes notes pour mes ASPICs (sauf en divination). Pour me féliciter mon père m'offrit le plus beau présent qu'il soit : un botruc. Tout de suite prit d'affection pour la petite créature que j'avais nommé Rha. Mon paternel m'avait entendu plusieurs fois parler à propos de ces petites merveilles qui donnaient du bois d'excellentes qualités.

***

Mais même après toutes ses années, la terreur prônait toujours, constamment dans les esprits. Le Chemin de Traverse était plus sombre, les bars étaient plus pleins et les bouteilles plus vides. La trahison de Regulus m'avait motivé à rejoindre la résistance et à me battre. N'ayant plus de cours pour occuper mon temps, j'ai rejoint l'Ordre du Phénix en plus de mon travail à l'enseigne familiale. J'y ai retrouvé quelques conscrits : Lupin, les Potter's, Pettigrow et même le frère de Regulus, Sirius. Ainsi que de nouvelles connaissances, notamment les Longdubat's, Albus, Hagrid, Mondingus Fletcher et les frères Prewett. C'est vite devenu ma troisième famille - avec Poufsouffle en deuxième - malgré les temps sombres.
Mais il n'y avait pas que du négatif à cette époque. Nos alliances aux doigts après une cérémonie festive, nous avons emménagé ensemble dans un petit appartement près du Chemin de Traverse. Nous étions un jeune couple heureux, sans soucis et membres de l'Ordre tout les deux.
Cependant, la mort frappait de nouveau dans ma vie, m'enlevant quelques collègues et connaissances lointaines. Les gens disparaissaient et nous étions là, toujours à s'accrocher. Et finalement, après quatre années de luttes et de sang. Nous avons tous été sauvés par un enfant. Ce célèbre nourrisson de quelques mois et sa célèbre cicatrice. Le calme était revenu mais les pertes étaient innombrables, connaissance comme inconnu. Ce n'était pourtant que le début de ma vie, seulement vingt-deux ans passé sur cette terre et pourtant tellement de vécus différents.

***

Je suppose que le psychomage a suffisamment de briques d'informations pour construire sa théorie finale sur la cause de mon incapacité à dormir et sur la provenance de mes crises d'angoisses. Pourtant c'est loin d'être fini. Le pire reste à venir et tout est venu en même temps. Déboulant dans ma vie pour y foutre un bordel bien douloureux. Mais je vais lui épargné les détails inutiles. Ceux qui ne l'intéresseront pas et qui n'agrémenteront pas cette splendide théorie qui m'aura vidé les poches.

Il a suffit de treize ans de calme pour que le mage noir revienne nous hanter. Pendant cette dizaine de printemps, j'ai travaillé à la boutique et fait de nombreux voyages, cette fois à but d'étude sur les baguettes et non pour quelques missions à l'étranger de l'Ordre. Toujours avec Aela. Après toute la paperasse, le divorce fut prononcé brisant un mariage de dix-sept années. Évidement, il était d'un commun d'accord même si je n'avais accepté que pour ne pas gâcher la vie de ma femme - qui allait bientôt ne plus l'être. Je m'étais éteint. Tout comme l'appartement qui était bien vide. Mes trois chers botrucs me remontaient le moral et m'évitait de sombrer dans la boisson. À cela - comme si ce n'était pas suffisant -, j'ai perdu mon père. La mort l'avait emporté avec lui, nous le volant, me brisant mon cœur encore ensanglanté. Je ne faisais plus rien. Je restais chez moi, allongé sur le canapé m'occupant de mes créatures de compagnie, regardant la boîte télévisée moldu et son programme débile. Mais ça ne dura pas longtemps. Quelques mois après, ce fut le retour aux batailles, au sang et aux morts. Lors de sa refondation, j'ai tout de suite rejoint l'Ordre en 1995. Sans aucune hésitation. Il fallait que je me change les idées, que je m'occupe. Et j'avais connu la peur que Voldemort avait provoqué il y a longtemps et je ne voulait pas la revoir. Il fallait le détruire pour de bon cette fois-ci. J'ai alors appris à connaître les Weasley's (belle famille des Prewett's), le fils des Potter, Miss Delacour et Miss Granger, Tonks et même le futur Premier Ministre de la Magie Shacklebolt. Retrouvant par la même occasion mon ancien conscrit Severus. Nous étions reformés et plus fort.
Je vais vous passer les multiples actions de l'Ordre vu que tout le monde connaît cette histoire. La perte de ma chère amie Emmeline Vance me perturba énormément, me laissant une semaine et demi dans le noir complet mentalement. Je m'enfonçait dans ma solitude que je tentais d'occire tant bien que mal. Le hasard avait décidé qu'il n'en avait pas fini avec moi, sans doute n'étais-je pas assez au fond du trou à son goût. Ces satanés Mangemorts avaient kidnappés mon frère alors que j'étais partie en mission de recherche pour l'Ordre. Lorsque j'appris la nouvelle à notre retour, celle-ci m'acheva. Je l'ai cherché partout. J'en ai perdu le sommeil et l'appétit. La colère me dominait comme le fouet domine l'homme à terre. Cette haine donné des pulsions pires que celle que j'avais eu avant. J'ai torturé un Mangemort pour obtenir des informations sur la position de mon frère. J'avais tué, jamais maltraité. C'est l'un des remords qui me ronge le plus. L'un de ceux qui me détruisent. Puis j'ai appris qu'il avait réussi à s'enfuir du manoir Malefoy grâce au trio Potter Weasley Granger, grâce la jeune Lovegood et un elfe de maison. Et je ne l'ai plus lâché après son retour.
Mais comme à chaque fois que je me relève, le destin m'abat à nouveau. L'Ordre avait fait un pas crucial vers la victoire et avait comprit l'existence des Horcruxes. Avec cette découverte mon coeur perdit le si peu d'innocence, nous avions découvert que Regulus avait fini par trahir Voldemort et qu'il avait essayé de le détruire. Moi qui me pensait trahit pendant tout ce temps par cette ancienne amitié. Moi qui m'avais convaincu de ne pas verser de larme à sa mort car il ne les méritait pas. Par le sang de Merlin, il les méritait tellement pourtant ! J'avais agit comme un idiot et je ne pouvais pas me rattraper.
Nous étions dans la dernière ligne droite. La fin, bonne ou mauvaise nous n'en savions rien à l'époque, nous attendait au bout. Et ce fut à Poudlard que cette guerre se clôtura enfin. La grande bataille de Poudlard. La plus sanglante de toute, la plus douloureuse, la plus terrible de toutes ces années sombres. Physiquement, elle ne m'a marqué que d'une cicatrice dans le dos. Mentalement, elle m'a gravé au fer rouge de ses horreurs. Les morts recouvrants le sol. Ennemis et alliés allongés dans le sang, côte à côte comme s'ils se pardonnaient tout. Peut-être est-ce vrai. Après notre victoire, nous voulions sans doute juste tout pardonner. Pour panser les blessures et oublier. Passer à autre chose sans ressasser le passé constamment. La paix régnait à présent nous étions tranquille. Enfin libéré.

***

De retour de guerre, j'ai reprit mon travail habituel à la boutique Ollivander. Retrouvant le sommeil et l'appétit petit à petit. J'ai fait quelques autres voyages pour découvrir de nouvelles cultures - sorcières et moldus - et pour en retrouver d'autres qui m'avaient manqué. C'était le retour aux belles années de calme. Qui, cette fois, furent perturbés par lé décès de mon précieux frère. La torture qu'il avait subi au manoir Malefoy ne l'avait pas aidé à lutter contre l'âge. Pour éviter de sombrer à nouveau, j'ai soutenu ma belle-famille qui souffrait autant que moi. La boisson ne me menaçait pas cette fois, je la remplaçait par le travail, encore et toujours. Notamment à aider Genest à apprendre les rudiments du métier à son fils - mon petit-neveu - Geodon. Et ce pour mon plus grand plaisir.

***

Nous y voilà enfin. La fin de tout ce périple encore inachevé. La raison d'aller voir ce Docteur qui m'écoute depuis tout à l'heure. Qui doit m'aider à surmonter mes terreurs nocturnes et mes crises d'angoisses. Celui qui doit m'aider à retrouver le sommeil et à me faire chasser les images de la guerre qui surgissent sans cesse.

Que dire à propos des évènements récents. J'en ai vécu des choses en soixante-et-un ans et pourtant, l'actualité est ce qui m'a le plus surpris. Je ne m'attendais pas à la révélation de l'existence du monde magique. Surtout que les premiers jours j'avais encore l'espoir d'un équilibre précaire possible qui se solidifierait avec le temps et les ententes. J'en ai connu des moldus et ils étaient tous aussi bon que les bons sorciers de toute évidence. Mais ce fut logique. La peur rend violent et stupide, et je suis bien placé pour le savoir. Certaines personnes, principalement celles qui ne sont pas habituées au "surnaturel" ( comme le disent les moldus ), ont peur de l'inconnu et le fuis. Ou l'attaque. Et nous revoilà dans une troisième guerre mondiale. Une catastrophe.
Et nous voilà alors avec des trahisons cracmols qui font de terribles dégâts. Pourquoi trahir un monde qui veut de toi. Pouvoirs ou pas peu importe ! Se rajoute à ça, les attaques moldus qui rendent les rues si peu sûres, même dans les grandes villes. Le Ministère de la Magie agit bien trop peu pour la protection sorcière par rapport aux conséquences de la déclaration papales.
Maintenant il savait presque tout. De toute évidence, sorcier ou non, ce psychomage n'entendra pas parlé de la Résistance de ma part. Cette fameuse Rebelle qui est là, dans l'ombre, à chaque guerre. Comme pour l'Ordre, je n'ai hésité pas une seconde pour la rejoindre. Tout ce qu'il y a à retenir c'est qu'apparemment, on ne peut jamais être en paix très longtemps dans ce monde cinglé.

Un petit mot sur l'auteur ?

  • pseudoici
  • prénomLua
  • âgeici
  • comment avez vous trouvé le forum ?DC de Ludzia
  • Un commentaire ?bisous sur vos fesses toutes roses et merci d'avoir dit oui à mon DC J'espère qu'il vous plaira



Famille et relations


♦️Aela Crivey : La sublime gryffondor que j'avais rencontré durant mes études à Poudlard. Nous nous sommes rapidement pris d'affection et nous sommes restés ensemble pendant de nombreuses décennies après notre scolarité. Nous avons attendu un an après la fin des études pour nous marier. Un mariage simple et comblé de dix-sept années. Mais, sa volonté de fonder une famille et d'avoir des enfants était, apparemment, souveraine sur l'affection ternie par le temps qu'elle avait pour moi. Elle répétait sans cesse que je travaillais trop, prenait trop de risque pour l'Ordre et que je ne consacrais pas assez de temps à notre couple. Foutaises. Suite au divorce et à toute la paperasse nécessaire, nous nous sommes croisés que de rares fois.
♦️Lus et Gervais Ollivander : Je me suis toujours bien entendu avec mes parents. Depuis ma plus tendre enfance -aussi lointaine soit-elle-, je suis proche de feu mon père qui nous inculquait, à mon frère et moi, son métier et les rudiments de fabricant de baguette. Cette passion transmise, et commune à l'ADN de toute la lignée Ollivander, nous a permit de renforcer les liens filiales. Une aura conviviale et agréable flottait dans la demeure qui surplombait la boutique familiale. La tendresse maternelle fournissait chocolats chauds, étreintes et sourire. L'esprit de feu ma mère était sans cesse éprit de pensées affectueuses pour ses enfants. Mes chers parents nous offrirent, à Garrick et à moi-même, une enfance des plus agréables qui soit, peu nous importait que l'argent ne coule point à flot dans notre petit havre.
♦️Garrick Ollivander : Une différence d'âge béante de plus de deux décennies me sépare de mon grand frère, mais celle-ci à permit de supprimer toute rivalité ou jalousie qui aurait peut-être pu surgir si seulement quelques printemps nous avaient séparé. Une complémentarité s'était développé rapidement et nous savions que l'un comme l'autre avions notre place, aucun traitement de faveur. La mort de père, nous a rapproché encore plus que ne l'avait déjà fait le travail à la boutique. Nous nous réconfortions et nous soutenions en se noyant dans le travail durant les premiers temps. Ce fut un véritable choc lorsque j'ai vu l'attaque au Chemin de Traverse et l'enlèvement de mon frère à la Une de La Gazette. Il reste encore des traces de ce passage devant la maison et dans les esprits. Surtout le mien. Même si ma joie fut immense de le retrouver après cette tragédie, ma peine fut plus grande de le perdre à nouveau. Il y a un grand vide dans mes relations malgré la présence des amis, des neveux et de la belle-famille.
♦️Louise, Anita et Genest Ollivander : Louise est ma belle-soeur, c'est sans doute son caractère assez fort et assuré qui a séduit mon frère. Ils s'étaient rencontré à la boutique familiale, l'une des baguettes de mon frère l'avait choisi  et ils s'étaient retrouvés quelques semaines plus tard à Poudlard. Une vingtaine d'années plus tard, Anita et Genest étaient nés. Elle était une nièce adorable à laquelle je me suis vite pris d'affection. Elle me demandait tout le temps de camoufler les bêtises qu'elle faisait pour éviter qu'elle se fasse passer un savon. Mais, la maladie l'a emporté et tout les médicomages d'Angleterre n'ont rien pu y faire. Mon neveu, Genest a pris la succession et est actuellement le gestionnaire de la boutique Ollivander, où nous travaillons de paire. Je sais qu'avec lui, le magasin et notre nom sera entre de bonnes mains - notamment depuis que son fils est né. Notre confiance commune veillait sur la famille et l'enseigne.
♦️Amis et relations hors-sang : Malgré ma longue vie, mes grands amis ne sont pas très nombreux mais mes connaissances sont multiples. Le travail les accroissant à chaque nouvelles générations. Côté amour, depuis mon divorce j'ai eu quelques conquêtes, d'un soir, d'une semaine, maximum 2 mois.

Caractère & physique en option


♦️ Caractère :
Il est légèrement maladroit et à souvent besoin de trois ou quatre reparo par semaine. Le désordre régnant dans sa maison n'aide en rien, les multiples piles d'affaires brinquebalantes dans tous les coins sont prêtes à tomber au moindre coup de vent. Mais c'est un bordel organisé, il sait où se trouve chaque chose, chaque bouquin et chaque bibelot souvenir de ses voyages. Les odyssées et les vadrouilles sont d'ailleurs nombreuses, même si leur fréquence réduit de plus en plus. La curiosité le ronge depuis sa plus tendre enfance, le poussant à partir à l'étranger, connaître d'autres cultures -moldus ou sorcières. En tant que polyglotte, il peut vous répondre en anglais, français, allemand, portugais, espagnol et japonais ; et s'en sortira avec le russe et le finlandais pour des conversations simples.
Contrairement aux autres de membres de sa famille, une agressivité siège en lui. Il est impulsif et incapable de résister à ses émotions qui prennent sans cesse le dessus. Malgré les très nombreux problèmes que ce défaut a pu lui a apporter - ainsi qu'à ses proches - durant sa longue vie, il ne peut toujours pas faire front ou projeter les conséquences de ses actes. Dans son ardeur, il n'a aucune pitié pour ses ennemis et n'hésite pas une seconde pour lancer le sort de mort sur un opposant hostile - pour lui ou pour son camp. Il ne peut s'empêcher de répondre à la peur par la violence. Ce qui enrôle, rétrospectivement, une armée de regrets et de remords se renforçant les uns les autres. Malgré tout, il continue d'être impliqué - sans doute trop aussi - voulant se donner au maximum pour les autres, peu importe ce qu'il encourt.
Depuis une dizaine d'années, il voit ses anciens amis devenir grand-parents et commence à se sentir seul. Il jalouse les familles heureuses comme celle de son frère autrefois ou celles de quelques autres connaissances. Malgré cela, il ne veut pas se relancer dans une relation sérieuse à long terme et souffrir d'une autre rupture ou de vieux souvenirs d'Aela. Il noie cette solitude dans les coups d'un soir ou les petite-amies d'une ou deux semaines (un mois tout au plus). Pour la plupart, ses nouvelles rencontres viennent des bars - du Gobelin Ivre, du Chaudron Baveur ou du Griffon Titubant. Galant et courtois, il lui suffit d'une soirée ou deux pour se trouver une nouvelle compagne lorsqu'il en cherche une. Même s'il est attentionné et si ça se passe bien, il met fin à la relation - s'il n'a pas été clair dés le début. Même s'il est sincère, il dit le fond de ses pensées dans la délicatesse pour éviter de blesser.
Le Choixpeau ne l'avait pas envoyé à Poufsouffle sur un coup de tête. Malgré son caractère offensif, Glingal a toutes les qualités de la maison jaune et noire. Passionné par son travail - beaucoup trop sans aucun doute -, que ce soit pour l'Ordre du Phénix ou pour la fabrication de baguette les deux ont la priorité sur sa vie sociale. Modeste pour ses créations qui ont pourtant reçu autant de compliments que celles de son frère, voire plus. Il a fait de nombreux voyages pour découvrir les baguettes du monde et leurs fabricants. Il peut travailler sur une seule baguette pendant plusieurs semaines, même Garrick le disait trop consciencieux. Tolérant, il est ouvert d'esprit et l'ascendance de sang ne lui importe aucunement ; né-moldu, cracmol ou soi-disant sang pur, il n'y a aucune différence. Il ne peut même pas imaginer qu'il puisse y avoir des discriminations ou de la haine pour quelque chose qui importe si peu. Il est particulièrement serviable et vous aidera même si vous lui êtes inconnu. Il est aussi juste, bienveillant et loyal comme tout bon Poufsouffle se doit d'être.

♦️ Anecdotes & Précisions :
- Se plaît à dire qu'il aime le whisky pur malt parce que le cœur de sa baguette est en crin d'Abraxan. Ne mange pas le matin, mais prend tout de même un verre de whisky en guise de petit-déjeuner.
- Retourne occasionnellement à Poudlard sous la demande de Mme. Smethley - qui a fait ses études en même temps que lui - pour remplacer le professeur de Soins aux créatures magiques lorsque ce dernier est absent. Et ce pour le plus grand plaisir de Glingal.
- N'aime pas le sucré
- Depuis les événements récents, Glingal fait des crises d'angoisses et des frayeurs nocturnes  l'empêchant de dormir et le mettant en piteux état. Des souvenirs des années sombres et de la bataille de Poudlard resurgissent lui coupant sommeil et appétit. Son neveu Genest l'a convaincu d'aller voir un psychomage pour essayer de résoudre ces problèmes.
- A appris à Rym à jouer aux échecs moldus et ils font quelques parties lorsqu'ils ne savent pas quoi faire.
- A adopté Paracelse, son pudu, après l'avoir trouvé blessé et soigné lors d'un de ses voyages à l'étranger - pour faire quelques recherches sur les baguettes étrangères.
- A aussi adopté une dizaine d'Ectophylla alba, deux augureys, et trois moke. Dés son arrivée dans son appartement -il y a longtemps-, il l'a agrandi avec un amplificatum et a réussi à installer une place pour chaque créature sous son toit.

Études supérieures & métier

Comme tout enfant du Royaume-Uni, j'ai fait mes études dans la plus merveilleuse des écoles de sorcellerie du monde : Poudlard. Je fut accueilli à Poufsouffle, la maison de la loyauté, de la modestie et de la patiente. Le jaune et le noir convient aux travailleurs. Je savais alors - avant même que le choixpeau se pose sur mon crâne - que mes chances d'atterrir parmi eux étaient plus qu'importantes, pour mon plus grand plaisir. Les sept années suivantes furent inoubliables, et je retourne parfois me promener dans le parc du château, nostalique du bon vieux temps.
Après avoir obtenu mes ASPICs, le travail familial m'attendait et ce n'était pas pour me décevoir. Je préférais resté dans l'arrière boutique. La vente n'était pas mon fort vu ma difficulté - étant jeune - à converser avec les autres. Feu mon père n'a jamais cherché à remédier à cette gêne : en tant que deuxième fils je n'avais pas à hériter de l'enseigne et à m'en occuper seul. Le choix du bois, du cœur, les combinaisons des deux, la forme et la sculpture ; la fabrication des baguettes coule dans mon sang. J'ai suivi les enseignements traditionnels de mon père assortis aux conseils de mon frère à propos de la qualité du bois et du cœur pour une meilleur harmonisation. Comme depuis des siècles, chaque nouvelle génération apporte quelque chose de nouveau. Je suis le premier à travailler avec des botrucs pour, non seulement pour avoir le meilleur bois. Mais aussi pour le choix et le prélevement sur ce dernier, ainsi que quelques conseils ou mains habiles dans les autres étapes - ou la manière de traiter le bois au début de ma collaboration avec ces incroyables créatures.
Depuis toute ces années je travaille pour la boutique Ollivander, et ce jusqu'à ma mort. Mais, les évènements récents et leurs conséquences catastrophique m'ont changé mon habitude de rester dans mon coin que j'avais depuis 1998. Les meutres, les trahisons cracmols, la panique ; nous voilà de retour dans les sombres années. Mêlant, cette fois, moldu et sorcier. Une troisième guerre mondiale et comme pour chaque guerre, une résistance se met en place. Tout comme les années 1990 avec l'ordre du phénix, je l'ai rejoint incapable de rester les bras croisés.
Et me voilà maintenant à cumuler les deux activités, comme autrefois. La retraite ne m'atteindra jamais.
©️linus pour Epicode


Dernière édition par Glingal D. A. Ollivander le Ven 11 Aoû - 13:21, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 337

Points RP : 1104

Localisation : London

Emploi/loisirs : Botaniste Chercheuse

Humeur : Charmante


Parchemin d'identité
Âge: 20
Crédits :
Statut: Sang mêlé

MessageSujet: Re: Show me your wand, I'll tell you who you are ♦ Glingal D. A. Ollivander   Lun 24 Juil - 8:19

Re-bienvenue peti.. euh.. monsieur !!

Une fiche bien prometteuse et un personnage riche et haut en couleurs ! Que demande le peuple ?

_________________
HURRICANE
© FRIMELDA


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poudlard
avatar
Poudlard
Messages : 38

Points RP : 579


MessageSujet: Re: Show me your wand, I'll tell you who you are ♦ Glingal D. A. Ollivander   Lun 24 Juil - 10:23

Huhu, bonjour Gandalf <3

_________________
" C'est bizarre la vie, hein ?
Tout se passe parfois comme si on s'infligeait un châtiment
pour se punir d'une faute
qu'on a soi-même du mal à identifier. "
[18:43:09] Trevelyan Valentine : Ta gueule

Aamon J. Williams
Sienna Roscoe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Show me your wand, I'll tell you who you are ♦ Glingal D. A. Ollivander   Lun 24 Juil - 13:42

Shae > Merciiiiiii Je suis heureuse si Glingal te plaît

Aedan > I'M MAGNETO TOO *prend une pose badass *
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 195

Points RP : 514

Localisation : Dans les rayonnages anciens d'une bibliothèque oubliée

Emploi/loisirs : Etudiante en Histoire de l'Art Sorcier, spécialité portraits enchantés

Humeur : Sibylline


Parchemin d'identité
Âge: 20 ans
Crédits :
Statut: Sang mêlé

MessageSujet: Re: Show me your wand, I'll tell you who you are ♦ Glingal D. A. Ollivander   Lun 24 Juil - 18:15

Officiellement bienvenue parmi nous, cher monsieur ! Quel avatar ♥

_________________


Rhiannon Gray
Strange bird
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 168

Points RP : 1030


MessageSujet: Re: Show me your wand, I'll tell you who you are ♦ Glingal D. A. Ollivander   Lun 24 Juil - 18:35

Soyez le bienvenu à Londres, Glingal Ollivander !

Qu'il est bon d'avoir des personnages avec autant de passé, l'expérience et le vécu le rendent vraiment intéressant ! Et ta fiche est un régal à lire, c'est un homme décrit tout en finesse. Je n'aurais que quelques minuscules détails à te demander de modifier avant de pouvoir te valider :

* Malgré toute la nostalgie de Glingal pour Poudlard, il est difficilement envisageable que des promenades dans le parc du château lui soit autorisées s'il n'est pas professeur, ou intervenant occasionnel dans les amphithéâtres de l'université ;

* S'il a étudié à Poudlard de 1970 à 1977, il s'est écoulé quatre ans entre sa sortie de l'école et la victoire d'Harry sur Voldemort, et non cinq ;

* Les Botrucs sont des créatures intrinsèquement liées à leur environnement naturel que sont les forêts et les bois, et on imagine avec peine les y voir arrachés. Toutefois, puisque Rym, Rei et Rha ont une importance toute particulière aux yeux de Glingal, nous avons choisi de les laisser vivre à ses côtés... en veillant toutefois à ce que leur arrivée sous son toit soit cohérente, si tu devais la mentionner dans un rp ! (La forêt à laquelle ils étaient attachés a été abattue, par exemple, suite à quoi son père les lui aurait confiés ?) Nous te faisons entièrement confiance pour veiller à ce que les Botrucs puissent aussi profiter d'un environnement naturel fréquemment, pour que leur longévité reste cohérente elle aussi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://malleusmaleficarum.forumactif.com
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Show me your wand, I'll tell you who you are ♦ Glingal D. A. Ollivander   Lun 24 Juil - 21:15

Merci Rhirhi

J'ai corrigé tout ça. J'ai aussi rajouté son occasionnel rôle de remplaçant à Poudlard et un petit lien logique avec la Directrice

J'espère que ça ira dit-moi s'il y a autre chose à changer

bisous
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 168

Points RP : 1030


MessageSujet: Re: Show me your wand, I'll tell you who you are ♦ Glingal D. A. Ollivander   Lun 24 Juil - 21:18


FELICITATIONS !
L'histoire commence maintenant !
Enfin te voilà validé ! Tu es enfin prêt à partir à l'aventure avec nous.
Mais avant toute chose, il faut recenser ton métier, ton avatar, ton nom et prénom afin que l'on t'ajoute aux différentes listes. Si tu possèdes un don ou un pouvoir en particulier, n'oublie pas de venir le recenser ICI . Tu peux également créer ta fiche de liens ainsi que de tenir ta liste RP à jour pour plus de simplicité dans la gestion de ton personnage. Tu as également la possibilité de demander un rp dans ce sujet, où quelqu'un de fort sympathique te répondra.

Si tu as la moindre question, n'hésite pas à contacter les membres du Staff. Nous sommes là pour te guider et t'apporter tes réponses.

Bon jeu !
code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://malleusmaleficarum.forumactif.com
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Show me your wand, I'll tell you who you are ♦ Glingal D. A. Ollivander   Mar 25 Juil - 1:40

Bienvenue :)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Show me your wand, I'll tell you who you are ♦ Glingal D. A. Ollivander   

Revenir en haut Aller en bas
 

Show me your wand, I'll tell you who you are ♦ Glingal D. A. Ollivander

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Salon] Monaco AV Show
» Show room Cabanon
» Pour réserver au Disney's spirit of Aloha Dinner Show
» Sion Air Show du 16 au 18 septembre 2011
» Lapin Show-box

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Malleus Maleficarum :: Start the Game :: Présentations :: Présentations abandonnées, archivées-