Forum RPG sur l'univers Harry Potter, 20 ans plus tard.
 

Partagez | 
 

 Butterflies and needles | Aedan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Auror
avatar
Auror
Messages : 28
Points RP : 149

ID
Âge: 27 ans
Inventaire:
Camp: Résistant sorcier

MessageSujet: Butterflies and needles | Aedan   Dim 11 Juin - 0:49

YOUR HEART WEARS KNIGHT ARMOUR.AEDAN&TARA;
You want everyone to think you're above it all... but I can see right through you.

Hunger of the pine.

Même après dix ans, l’âme de Poudlard ne changeait jamais totalement. Ces couloirs agités, ces toiles vivantes, cette atmosphère si spécifique à l’école britannique, Tara avait l’impression que retourner dans le château la ramenait automatiquement dans le passé. Elle hésitait à céder à la tentation de vérifier si même les passages secrets dont elle se souvenait existaient encore par-delà les tapisseries qu’elle reconnaissait – mais la jeune femme n’était pas seule, accompagnée de près par un autre enseignant ; et elle n’était malheureusement pas là non plus pour une séance de réminiscences nostalgiques. Elle avait fort à faire.

Après des jours de recherche acharnée, la piste du leader de la Résistance menait enfin à quelque chose, plutôt quelqu’un. La tâche de l’Auror n’avait guère été facilitée ; il circulait tant de bruits et de racontars que les sources fiables au sujet du récent groupuscule rebelle s’avéraient aussi rares qu’une oasis en plein désert. Et c’était ici, au beau milieu des terres écossaises, que son chemin la menait pour rencontrer un dénommé Bridewell, professeur et même directeur de son état d’une des formations de l’institut magique.

Elle n’avait aucune idée de l’accueil qu’elle recevrait une fois arrivée au quatrième étage. Après tout, rares étaient les sorciers qui appréciaient évidemment d’être cueillis au beau milieu de leur environnement le plus familier par une inconnue, surtout pour aborder un sujet aussi délicat et épineux. Les risques d’une mauvaise réaction étaient encore plus nombreux alors que subsistait la chance infime que Tara se soit trompée sur toute la ligne au sujet du leader présumé de la Résistance. Car si cet enseignant en Défense contre les Forces du Mal n’était aucunement lié à tout ça, l’Auror n’avait plus qu’à croiser les doigts pour retomber sur ses pattes d’une façon ou d’une autre.

Au pire, il lui restait toujours sa baguette magique pour lui offrir une diversion médiocre.

Les quelques élèves qui la croisèrent la dévisagèrent avec curiosité, parfois même appréhension et méfiance. Ils se demandaient sûrement tout bas qui elle était – une future enseignante à l’air peu commode ou une messagère de mauvaise augure ? La réponse demeurerait pour eux un flou artistique et la brune préférait d’ailleurs cultiver le point d’interrogation de son passage à Poudlard en renvoyant aux coups d’œil intrigués des regards peu amènes. Elle avait été adolescente il n’y a pas si longtemps que ça et n’oubliait pas à quel point à cet âge, on pouvait s’avérer pénible quand on le voulait. Inutile, donc, qu’ils viennent l’aborder avec un quelconque espoir de politesse de sa part ; Tara avait un don pour se montrer d’une humeur de chien face aux inconnus et pour cause, ça les dissuadait de s’approcher.

Seule la discussion qu’elle entretenait avec son guide dans le château, Pedro Mortimez, la distrayait quelque peu. L’homme semblait aimable et quoique très possiblement intéressé par le motif de sa venue pour un de ses collègues, il ne s’était ni montré ni insistant ni intrusif. Tara éprouvait une vague pointe de regret d’avoir à se montrer aussi taciturne envers un individu qui paraissait pour le moins sympathique. Peut-être qu’un jour, si le destin l’amenait à recroiser ce botaniste, elle le remercierait. Lui expliquerait réellement le but de sa visite, si lui aussi croyait encore à un espoir que le monde magique ne soit pas constamment sous la menace digne d’une épée de Damoclès de tout nouveau mouvement de haine.

Ce fut le silence tout neuf de son accompagnateur qui la tira de ses pensées. Ils étaient arrivés, et Mortimez signait son départ en la saluant avant de retourner à ses moutons. Tara patienta jusqu’à ce que sa silhouette ne soit plus qu’un point sombre pour que, face à la porte, le premier réflexe qu’elle eut fut de toquer. Silence, personne ne répondit. La brune ne jeta qu’un dernier rapide coup d’œil circulaire pour vérifier les alentours avant de vérifier par quelques sortilèges de base que l’entrée n’était ni piégée, ni surprotégée. C’était peu prudent, même pour un château rempli de gamins qui ne rêvaient que de préparer des pièges à base de Bombabouses et de maléfices de Crache-Limaces. Étonnamment, seule une serrure on ne peut plus classique que tout élève un peu curieux aurait pu réussir à déverrouiller lui opposa une résistance bien maigre. Une fois le sortilège informulé effectué, la sang-mêlée pénétra dans le bureau sans demander son reste, accusant l’absence de celui qu’elle recherchait.

L’endroit était spacieux, sobrement aménagé, rien d’évident ne traînait à sa vue. La brune n’était de toute manière pas là pour fouiller quoi que ce soit ; elle voulait simplement parler. Au bout d’une lente minute muette de toute intervention extérieure, Tara jeta l’éponge et s’installa dans le fauteuil plutôt confortable placé face au large bureau de bois brut. Elle allait tout bonnement l’attendre. Il allait bien finir par revenir, non ? Et si jamais quelqu’un d’autre arrivait ? Elle trouverait bien une excuse. Tara se sentait bizarrement plus sereine à l’idée de devoir confronter n’importe qui d’autre que le principal concerné. Un entretien, même purement pacifique, ne devait jamais être laissé au hasard ; et en l’occurrence l’Auror n’aimait pas cette sensation de ne pas détenir toutes les cartes-clé en main.

Au bout d’un moment qui parut infini et alors que Tara était en train de s’interroger sur l’utilité d’un objet brillant de forme exotique qu’elle était persuadée d’avoir déjà vu dans des archives du Département, un bruit derrière elle la tendit vaguement, son dos se hérissant sensiblement sur son siège alors que son visage se tournait de moitié vers l’entrée ouverte. D’instinct, sa main gauche s’était posée sur le pli de cape qui cachait sa baguette. « Aedan Bridewell ? » L’air aussi surpris que probablement pincé de voir quelqu’un de complètement étranger installé dans son bureau confirmait quelque part que oui, il s’agissait bien du possesseur de ces lieux.

La brune n’en oubliait pas la totalité de ses manières. Si elle avait l’avantage de connaître avant lui son interlocuteur, il n’était pas totalement juste que lui n’ait pas droit au moins à son nom. Qu’il sache qui était la jeune culottée qui s’imposait tranquillement à lui comme la première des voleuses. Voleuse qui se leva pour lui faire face de toute sa hauteur. « Tara Blackwell, du Bureau des Aurors. » En temps normal, c’était le genre d’informations qui tendait très rapidement ses interlocuteurs. Dans ce cas précis, il n’y avait pourtant aucune raison de craindre quoi que ce soit : elle venait en paix, même si c’était pour préparer la guerre aux côtés de la Résistance face aux mouvements anti-sorciers. « Vous permettez qu’on discute cinq minutes ? » La question relevait quasiment du rhétorique : elle n’était après tout pas venue jusqu’ici pour se voir refuser la moindre discussion et si elle était là, c’était forcément parce qu’elle avait un but en tête. Tara aurait presque pu enjoindre l’homme à venir s’installer dans son propre bureau, ses manières un brin cavalières lui donnant un rôle d’hôtesse qu’elle n’avait aucunement en réalité.

code by lizzou × gifs by tumblr


_________________

FEEL THE THUNDER
Just a young gun with a quick fuse, I was uptight, wanna let loose, I was dreaming of bigger things and wanna leave my own life behind. Not a yes sir, not a follower ; "fit the box, fit the mold, have a seat in the foyer, take a number" ; I was lightning before the thunder.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poudlard
avatar
Poudlard
Messages : 9
Points RP : 58

MessageSujet: Re: Butterflies and needles | Aedan   Dim 18 Juin - 17:58

Merlin que les journées étaient longues. Depuis la rentrée, Aedan s'occupait de donner les cours de défense contre les forces du mal à Poudlard et également à l'université, de diriger le cursus Purple Swan et de monter en secret la Résistance qui permettraient aux Sorciers de sortir victorieux de cette guerre contre le monde Moldu. Rien que ça.
Les journées étaient donc bien remplies, les nuits trop courtes et il se réveillait malgré tout chaque nuit dans les ténèbres de sa chambre, la lune posant ses reflets nacrés sur l'or des cognards brodés sur son pyjama. Parce que même lorsqu'il dormait, il ne parvenait pas à trouver un repos totalement réparateur tant son esprit était à ses préparatifs, ses entretiens et son recrutement. Il lui manquait alors de longues heures de sommeil qu'il ne parvenait qu'à rattraper en prenant une potion de sommeil lourd qui l'éteignait jusqu'au dimanche matin.
Une vie saine, débarrassée de tout stress et particulièrement simple.
La journée avait été semblable aux autres. Réveil, petit déjeuner, cours, cours, déjeuner, envoi de hiboux, cours, cours.

Il avait eu en cours ce jour, une élève de cinquième année particulièrement désagréable qui lui avait adressé des reproches sur sa façon d'exercer. Il avait alors plongé la salle dans les ténèbres et lui avait fait reprocher son manque de tact. L'entraînement était le meilleur des cours et si elle n'était pas d'accord, c'était son problème. Il était de ceux qui sont sûrs que la magie ne s'apprend pas en lisant des bouquins, si bons soient-ils.

Il passa rapidement par les cuisines et implora les elfes de maison de lui offrir un verre de jus de citrouille avec un bout de pain aux herbes. Il appréciait ces moments loin des cris et des conversations incessantes des mioches.
Il aimait son travail. Mais il avait besoin de ces moments seuls, sans bruit.

Il remonta jusqu'à ses appartements, en prenant soin d'ouvrir un livre devant ses yeux. Meilleure tactique qu'il connaisse pour signifier aux élèves et étudiants que non, il n'était pas disponible pour discuter et oui, j'ignore même jusqu'à votre nom, alors s'il vous plaît, laissez moi passer.

Il parvint à l'étage où se trouvait ses appartements et se dirigea vers le long couloir qui y menait. Il adorait ces moments paisibles, lors desquels il pouvait discuter à loisir avec les tableaux ou se perdre dans la contemplation du parc au-dehors ou de la Forêt interdite. Bien souvent il s'amusait à ouvrir les grands vitraux pour laisser entrer un peu de la brise extérieure. Mais la journée avait été tellement fatigante qu'il ne se savait l'énergie que pour monter à ses appartements. Il parvint devant la porte de son bureau. Qui était ouverte. Il sortit sa baguette magique de sa manche et se prépara. Qui cela pouvait-il bien être? Dans le meilleur des cas, un élève fouillant son bureau à la recherche des dernières copies qui attendaient sa correction afin d'en modifier les réponses. Dans le meilleur des cas, un des assassins de Caitlyn venu achever le travail. Son coeur s'emballa mais il tenta de se calmer. Aucune des protections magiques disposées autour du château depuis le début de cette guerre sordide n'aurait pu laisser passer quelqu'un de mal intentionné.
Il s'avança discrètement pour observe à l'intérieur. Et baisse sa baguette.
Une femme observait quelque chose sur son bureau. Une femme accueillant vue de dos.
Il manifesta sa présence en toussotant et s'avança. Elle leva les yeux vers lui et se redressa.

« Tara Blackwell, du Bureau des Aurors. » Mais j'ai rien fais. « Vous permettez qu’on discute cinq minutes ? »

Il s'avança dans la pièce en lâchant son regard de Blackwell. Depuis la mort de Caitlyn, il ne faisait plus grand cas des ressources Ministérielles et avait commencé à comprendre que la survie du monde magique passait par d'autres personnes. Si les aurors avaient un temps été les valeureux gardiens et protecteurs de leurs pairs, ils n'étaient pas plus aujourd'hui que des fossiles remplissant de la paperasse à Londres.

"Je vois mal comment je pourrais refuser face à cette intrusion dans ma vie professionnelle et personnelle. D'ailleurs, ce n'est pas puni par la loi ce genre de choses? "

Il s'assit derrière son bureau et posa dessus la pile de feuilles qui reposaient dans son sac.

"J'imagine que si vous avez pris la peine de vous déplacer depuis votre bureau de Londres jusque dans le mien, c'est pour quelque chose de grave?"

_________________
" C'est bizarre la vie, hein ?
Tout se passe parfois comme si on s'infligeait un châtiment
pour se punir d'une faute
qu'on a soi-même du mal à identifier. "
[18:43:09] Trevelyan Valentine : Ta gueule

Aamon J. Williams
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Auror
avatar
Auror
Messages : 28
Points RP : 149

ID
Âge: 27 ans
Inventaire:
Camp: Résistant sorcier

MessageSujet: Re: Butterflies and needles | Aedan   Lun 19 Juin - 23:48

YOUR HEART WEARS KNIGHT ARMOUR.AEDAN&TARA;
You want everyone to think you're above it all... but I can see right through you.

Hunger of the pine.

Sa remarque prêtait à sourire, mais Tara demeura impassible. « Peut-être. » éluda l’ex-Serpentarde d’un ton sibyllin. « Il y a des tas de choses en apparence anodines qui sont punies par la loi. Les effractions, les organisations secrètes … » L’exemple n’était pas lâché par hasard Elle ne savait pas encore à qui elle avait complètement affaire, lire des dossiers sur une personne ne signifiait en aucun cas le connaître ou le cerner et la brune ne maîtrisait sur l’homme qu’elle avait devant elle que le strict nécessaire. Elle s’était interdit d’aller plus loin, surtout en constatant l’ampleur imprévue d’un dossier qui portait son nom de famille. Violer la vie privée d’autrui, même pour une noble cause, ne faisait guère partie de sa méthode d’action. Ce qui s’était passé à cet homme ne la regardait pas.

Elle suivit l’homme sur ses talons, restant à la place qu’elle s’était attribuée d’office et qui lui incombait ; celle du visiteur. De nouveau assise, Tara laissa le professeur poser les questions pour quelques minutes. Il n’était pas difficile pour elle de sentir que sa présence avait l’effet d’une perturbation dans le quotidien trop bien huilé de Bridewell. Tel le grain de sable venu enrouer la machine, l’Auror n’était pas en territoire bienvenu ; à elle de montrer patte blanche.

Et cela commençait par dévoiler avec honnêteté son identité. Ce n’était pas l’agent du Ministère qui parlait, c’était la fille de sang-mêlés élevée par des principes aussi archaïques que nauséeux. C’était la même fille qui avait choisi de s’engager jusqu’au bout quoi qu’il lui en coûterait pour défendre les sorciers ; c’était aussi cette femme qui avait compris qu’elle finirait tôt ou tard par chercher à rejoindre cette Rébellion dont elle avait bien trop entendu parler pour ne pas se retrouver irrémédiablement attirée. « En effet, c’est plutôt important. Mais je ne viens pas au nom du Ministère. » le corrigea t-elle sans détour. S’il paraissait sur la défensive, Tara ne pouvait pas le blâmer : elle arrivait sans même attendre son autorisation implicite et il y avait ce déséquilibre perceptible entre eux. L’un pris au dépourvu, l’autre en connaissance d’une partie du jeu de son adversaire. Adversaire n’était pas le mot juste, « futur allié » était bien plus envisageable si les choses se passaient bien.

« Monsieur Bridewell, vous avez entendu parler du discours prononcé par le Pape moldu Juste XI ? » La question n’avait rien d’hasardeux et pour cause ; si ce n’était pas pour ses implications personnelles, ce cher Aedan devait au moins être au courant au vu du métier qu’il exerçait. On ne se passionnait pas pour la défense contre les forces du mal sans aucune raison valable. Rien que pour ça, Tara avait envie d’avoir son opinion. Lui allait peut-être sérieusement commencer à se poser des questions sur l’objectif de sa venue surprise. « Vous n’êtes peut-être pas sans savoir que certains moldus ont décidé de suivre ses … indications à la lettre, depuis peu. » L’excès de zèle avait ses limites que certains finiraient tôt ou tard par dépasser ; ce n’était qu’une regrettable question de temps. Sans rentrer dans les détails écœurants de bassesse et par respect de la déontologie, la brune poursuivit ses explications et illustrations. « Il y a eu des attaques de sorciers. Isolées, certes. Mais c’est déjà trop pour que l’on s’autorise à qualifier tout ça de phénomène négligeable ou passager. » Elle se contrôlait. Parce qu’on le lui avait appris, et également parce qu’elle n’avait aucune envie de laisser filtrer un quelconque ressenti subjectif là-dessus. Mais intérieurement, son sang bouillonnait. A quoi bon avoir sacrifié des familles passées ou futures à éliminer le Mal si c’était pour l’accueillir à bras ouverts maintenant ? A quoi bon s’échiner à vouloir sauver des gens qui tôt ou tard finissaient par refaire les mêmes erreurs ? Peut-être que c’était

L’écossaise laissa le silence reprendre ses droits dans l’enceinte du bureau. Il y régnait une atmosphère studieuse et organisée qui froissait l’inconscient de Tara. « Vous a-t-on déjà parlé de ce qu'on appelle la Résistance, monsieur Bridewell ? » La provocation, soudaine et impromptue. Son regard qui vagabondait jusqu’à présent sur chaque objet ornant le large bureau du professeur s’ancra au sien sans prévenir. Bien que son corps demeurait immobile, aucune inflexion de son dos ne laissant deviner si elle redoublait d’écoute face à la future réponse du sorcier, ses bras s’étaient décroisés. Du désaccord marqué par son attitude corporelle, elle basculait dans l’attente.

code by lizzou × gifs by tumblr


_________________

FEEL THE THUNDER
Just a young gun with a quick fuse, I was uptight, wanna let loose, I was dreaming of bigger things and wanna leave my own life behind. Not a yes sir, not a follower ; "fit the box, fit the mold, have a seat in the foyer, take a number" ; I was lightning before the thunder.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Butterflies and needles | Aedan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» exchange butterflies
» Butterflies on Ebay
» Chenilles du Costa-Rica + maj: 100 Butterflies & Moths
» Des Geckos de tout les horizons
» Interdiction de ventes d'insectes.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Malleus Maleficarum :: Poudlard :: Le Chateau :: Les étages-