Partagez | 
 

 Rhiannon Gray - D'encre et de brume

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Messages : 163

Points RP : 290

Localisation : Dans les rayonnages anciens d'une bibliothèque oubliée

Emploi/loisirs : Etudiante en Histoire de l'Art Sorcier, spécialité portraits enchantés

Humeur : Sibylline


Parchemin d'identité
Âge: 20 ans
Crédits :
Statut: Sang mêlé

MessageSujet: Rhiannon Gray - D'encre et de brume    Jeu 20 Avr - 20:04

  • nomGray
  • prénomRhiannon
  • célébritéAsima Sefic
  • âge20 ans, née le 06 avril 1980 à Inverness, Ecosse
  • statutSang-mêlée
  • filièreHistoire de l'Art & Archéologie, Université Sorcière d'Edimbourg
  • baguetteBois de charme et poudre de pierre de lune, 27.6cm, souple

 

chapitre 1

Rhiannon est l'enfant unique qu'Angus Connal Gray et Daisy Samantha Slowburn ont accueilli dans leur foyer le 06 avril 1983. Rubans opalescents de brume et crachin printanier se partageaient le ciel tourmenté d'Inverness lorsqu'elle poussa son premier cri, au cœur d'une chambre tiède que Daisy avait parfumée de ces bougies magiques dont elle avait fait son commerce. La petite boutique qui occupait le rez-de-chaussée entier de la maison demeura close quelques semaines avant que les effluves suaves des bougies ne prenne à nouveau possession des vastes étagères vernies ; et quoiqu'Angus eut tôt fait de reprendre son rôle au sein de la brigade de réparation des accidents de sorcellerie du Ministère de la Magie, leur famille si fraîchement grandie respirait d'un bonheur  sur lequel peu auraient misé, ayant connu Angus dans son jeune âge.

Était-ce son accent irlandais ou l'auburn intense de sa chevelure, il avait de trop longues années mené de front une carrière prospère de bourreau des cœurs. Pourtant, il n'avait suffi que d'un souffle, le nez plongé pour la première fois dans les cheveux bouclés de Daisy Slowburn, pour qu'Angus la préfère à ses errances passées. La naissance de Rhiannon,  aussi rousse que son père, avait achevé de couronner leur mariage d'une tendresse renouvelée ; et le bonheur dura sept ans, parenthèse enchantée d'un conte que le glas de l'adultère vint ponctuer d'un divorce chaotique, où les pleurs se mêlèrent aux cris et l'amertume à toute une vie.

Très jeune encore lorsque ses parents se séparèrent, Rhiannon n'en comprit pas moins la cause et perçut au détour d'une énième dispute le prénom de celle qui avait détruit sa famille. Une voyante de profession, qui avait su faire miroiter à la légèreté passée d'Angus Gray les charmes d'une aventure d'un soir. Elle en conçut une haine systématique de tout ce qui touchait à la divination pendant de longues années. Le départ de son père du domicile familial la submergea les premiers mois d'une vague de détresse que Daisy partageait, et tentait d'endiguer jour après jour. Mais les années passant, Rhiannon conçut envers Angus une rancœur tenace qui lui fit peu à peu couper tout lien avec lui, malgré les multiples tentatives de son père pour renouer avec elle.

Sans doute cela contribua-t-il à renforcer son goût de la solitude. Sans frère ni soeur, sans cousin ou cousine, sans jamais rechercher quelques liens d'amitié avec les autres enfants du quartier sorcier d'Inverness, Rhiannon apprit très tôt à ne se contenter que de sa propre présence et celle de sa mère. Son affection pour la solitude découla en amour du calme qu'elle cultive encore aujourd'hui - et à défauts d'amis, elle découvrit que les livres étaient bien moins aptes à la trahison que les personnes réelles qui gravitent autour d'elle.

A l'âge de onze ans et comme tout enfant destiné à la sorcellerie, Rhiannon reçut au creux de ses mains la lettre d'inscription à Poudlard comme un chevalier le saint Graal. Les années défilant n'avaient fait qu'étoffer sa soif de savoir, et elle brûlait de pouvoir manier du bout des doigts sa propre baguette magique, ayant envié les pouvoirs de sa mère à tant de reprises ; c'est une baguette en bois de charme et poudre de pierre de Lune qui attiédit ses doigts dans les tortueux rayonnages de la boutique d'Ollivander.

Sa scolarité au château sous la bannière des Serdaigle se fondit dans le tourbillon étourdissant de sa soif de connaissances. N'approchant que superficiellement ses camarades de maison, Rhiannon s'est longtemps tenue à l'écart des autres et de leurs discussions. A l'abri des fébrilités adolescentes, elle se mit à hanter les allées ancestrales de la bibliothèque comme un fantôme fleurant la pomme et l'encre fraîche, les cheveux tressés de rubans et la besace dégorgeant de parchemins où s'écoule en arabesques noires les notes qu'elle accumule sans jamais s'en lasser. Le temps qu'elle ne consacre pas aux cours ou aux lectures qui l'absorbent, l'historienne en herbe le dépense en discussion avec les innombrables portraits du château.

La guerre toutefois vint la toucher de plein fouet, comme elle bouleversa l'existence de tant d'autres sorciers. Lorsque résonna l'onde de choc en Grande-Bretagne que le Ministère déchu cédait sa place au gouvernement tyrannique de Voldemort, la mère de Rhiannon n'eut pas la moindre hésitation. Quoique Rhiannon et elle auraient pu justifier de leur magie en présentant leur longue lignée de sang-mêlés, Daisy décida de fuir les dangers qui menaçaient sa fille en abandonnant Inverness. La jeune sorcière ne parcourut pas les couloirs de Poudlard cette année-là, et les échos qu'elle en eut par la suite comme les frissons qu'ils lui donnèrent achevèrent de la convaincre que sa mère avait fait le meilleur choix possible pour leur survie. Tant que dura la guerre, Rhiannon resta saine et sauve au sein d'une communauté de sorciers fondée sur les terres d'Irlande, refuge et protection contre les infamies de Voldemort. Les horreurs perpétrées tous ces longs mois par la magie ténébreuse des Mangemorts achevèrent de la fermer au monde.

Rien ni personne n'aurait jamais pu l'éveiller aux autres s'il n'avait pas neigé dans un couloir tenu secret du monde, l'année de ses seize ans... si une boîte à musique n'avait pas enchanté le silence feutré de la bibliothèque de Poudlard. Cet après-midi là, toute la magie du monde se résuma à la façon dont Aamon referma la tiédeur de sa paume sur le bleu du ruban qu'elle lui donna, et au parfum de cannelle qui d'un battement de cil, d'un bruissement de cœur, donna sens à une vie qu'elle n'avait vécu jusque là qu'en transparence. La main de Rhiannon n'erra jamais bien loin de celle d'Aamon les semaines qui suivirent, et elle trouva ses bras lorsqu'il la ramena sans presque plus de vie des confins d'une malédiction, pour ne plus les quitter.

C'est également au cours de sa sixième année que Rhiannon fit l'insolente connaissance du capitaine Zoltan Varkam, vampire au magnétisme nébuleux prisonnier de sa toile. Quoique n'étant qu'un portrait de vernis et pigments, Varkam déployait des pouvoirs dont elle n'avait encore jamais entendu écho ; une seule œillade de ses yeux pénétrants suffisait à laisser quiconque le contemplait sous son emprise, et subjugué des heures durant si personne ne s'interposait ; l'étudiante s'aperçut bien vite que le portrait n'avait pas été relégué si loin à la bonne garde des cachots humides pour rien. Véritable danger de son vivant lors des siècles passés, il en devint peu à peu un pour Rhiannon.

Immortel pris au piège de son cadre comme d'une prison de toile, Varkam perçut dans l'intérêt de Rhiannon pour lui et ses étranges pouvoirs un moyen d'accéder à une idée qui l'obsédait : sortir de son portrait. Son emprise sur la jeune Serdaigle s'intensifia si puissamment qu'il fallut un après-midi l'intervention d'Ambrose, un élève de Serpentard, pour arracher Rhiannon à la sinistre influence du capitaine - quoique Ambrose était peut-être la dernière personne dans tout le château avec qui Rhiannon aurait pensé pouvoir se lier. Désinvolte à outrance, séchant les cours sans en concevoir le moindre scrupule quoique meilleur élève que la plupart, Ambrose pour couronner le tout était aux prises avec un puissant don de voyance qu'elle aurait dû aussitôt fuir... Mais de leurs différences naquit une amitié tortueuse dénuée de toute ambiguité, où les dons de voyance d'Ambrose l'aidèrent à discerner des liens entre le portrait de Varkam et la chasse aux sorcières hantant son histoire familiale.

A l'issue de sa sixième année, Rhiannon ayant succombé en pleine nuit à une crise de somnambulisme provoquée par Varkam pour l'attirer jusqu'aux sous-sols, la direction de Poudlard prit la décision irrévocable de se séparer du portrait. Et quoique tous aient attendu qu'elle en conçoive du soulagement, elle ne regarda le tableau quitter les murailles du château qu'avec un regret poignant qu'elle-même ne s'expliquait pas. Le mystère des pouvoirs qui animent le portrait l'obsède aujourd'hui encore...


Un petit mot sur l'auteur ?



  • pseudoAnne
  • âge26 ans
  • Comment avez-vous trouvé le forum ?"Accio forum !"
  • Un commentaire ?Les bûchers c'est le mal.


Famille et relations

Fille unique, Rhiannon n’entretient plus aucun lien avec son père depuis qu’il a, l’année de ses six ans, détruit son mariage à grands coups d’adultère. Elle vit depuis seule avec sa mère dans le quartier sorcier d’Inverness, en Ecosse, où Daisy tient un petit commerce florissant de bougies magiques. Si les origines irlandaises de son père n’ont rien de remarquable, la branche maternelle des Slowburn reste gravée dans l’histoire de la magie comme l’une des familles ayant le plus souffert des chasses aux sorcières médiévales. Au cœur des années 1200, le massacre quasi complet du clan sur le bûcher lors de  marqua au fer rouge les survivants dévastés ; les bourreaux avaient employé tous les moyens pour rendre l’agonie des condamnés longue et douloureuse au cœur des flammes. La famille lança alors un sortilège qui devait rappeler à tous ses descendants la tragédie dont leurs aïeuls avaient souffert ; une minuscule tâche de naissance en forme de flamme naquit sur l’omoplate droit de tous les membres du clan, qui adoptèrent en souvenir du massacre un nouveau nom de famille, Slowburn, pour que personne n’oublie jamais la lenteur du supplice qu’avaient subi leurs derniers-nés.

Caractère & physique en option

Du flot d'auburn sombre qui baigne tout son dos aux yeux infusés de brouillard dont elle effeuille le monde, il vit en elle quelque chose d'automnal que rien ne saurait estomper. Bercée au creux des brumes d'Ecosse depuis son premier cri, Rhiannon en a capturé l'essence dans la grisaille des deux iris qu'elle abreuve de lectures, jusqu'à ponctuer ses nuits blanches de cernes bleues. Il n'est pas rare de surprendre son nez retroussé plongé aux petites heures de l'aube dans des grimoires rongés par l'usure, aussi mouchetés de temps qu'est constellée sa peau laiteuse d'une myriade de tâches de rousseur ; à l'exception, juste là sur l'omoplate, d'une tâche de naissance en forme de flamme commune à toutes les femmes de sa famille...

A l'issue des longues nuits où rien ne compte que la soif de savoir, ne reste des encriers taris que des baisers d'encre contre ses doigts ; à moins que, prenant le relais du fauteuil qu'elle vient d'abandonner pour dormir quelques heures, vous ne sentiez subsister la fragrance entêtante de pomme sucrée qui s'attache à ses pas. Petite et menue, l'étudiante oublie bien plus qu'elle ne devrait de faire des repas convenables, et reporte souvent sa faim sur les pommes vermeilles qu'elle emporte toujours avec elle, leur administrant une morsure distraite au détour de dix tasses de thé et trois parchemins runiques. Elle porte toujours à la main droite une petite bague fleurie forgée d'argent ensorcelé, qui se métamorphose au gré de son humeur. Dût-elle se sentir irritée, l'argent se ferait feuilles d'ortie là où la douceur d'un moment le muerait en lilas... Elle entrelace enfin toujours le torrent roux de ses cheveux de quelque ruban ondoyant, ou de brins de fleurs.

Rhiannon est animée d'une passion vertigineuse pour l'Histoire de la Magie et l'Histoire de l'Art magique. Instinctivement curieuse, elle se prend aisément de fascination pour des sujets d'étude qui n'attirent l'attention de personne d'autre, et y consacre tout son temps sans jamais le ressentir comme un sacrifice. Assoiffée de savoir, elle s'épanouit le mieux parmi des piles d'estampes et d'enluminures, et les bibliothèques sont à ses yeux un temple dont elle défend farouchement la tranquillité. Adieu donc, tout espoir de tolérance si vous bavardez trop près d'elle lorsqu'elle étudie - le calme est un bienfait que Rhiannon cherche à goûter le plus possible, et sans être asociale elle ne recherche que peu la compagnie des autres. Ses lèvres se descellent plus volontiers pour engager une conversation avec un portrait qu'avec un camarade, sans que cela ne relève d'une quelconque timidité. Bien au contraire, elle fait preuve d'un tempérament profondément ancré, et beaucoup ont regretté le jour où ils ont conjugué d'emblée sa discrétion à une fadeur négligeable. S'il se dégage d'elle une douceur diffuse, sa répartie peut s'avérer aussi cinglante qu'une gifle, et elle n'hésite jamais à prendre position pour ce qu'elle croit être bon et juste. Une forme de témérité qu'elle déploie également dans sa soif de savoir, pour laquelle elle serait parfois prête à se mettre en danger... Naturellement réservée, elle s'avère une amie précieuse pour qui sait se gagner sa loyauté - mais elle est aussi difficile à vraiment cerner qu'une biche dans un sous-bois. On pourrait dire que Rhiannon est aussi exigeante avec les autres qu'elle l'est avec elle-même, et qu'immergée dans les siècles passés elle échappe bien souvent au présent qui l'entoure...

Études supérieures

Passionnée de savoir, Rhiannon cherche à approfondir ses connaissances en matière de lettres et d'étude des rituels. Elle cherche par-dessus tout à comprendre les mécanismes d'ensorcellement des portraits magiques, afin d'élucider le mystère personnel que constitue pour elle le portrait de Varkam, échappant à toutes les règles connues jusqu'alors. A long terme, elle souhaite devenir chercheuse en Histoire de l'art magique et ne se consacrer qu'à enrichir des bibliothèques par ses propres écrits. Ancienne élève de Serdaigle, elle est aujourd'hui en troisième année d'Histoire de l'Art et d'Archéologie sorcière à l'université d'Edimbourg, sous le mentorat de Swann Poldark.
©️linus pour Epicode


Dernière édition par Rhiannon Gray le Sam 5 Mai - 19:03, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 155

Points RP : 400


Parchemin d'identité
Âge: 20
Crédits :
Statut: Sang pur

MessageSujet: Re: Rhiannon Gray - D'encre et de brume    Sam 13 Mai - 18:44

Validée.
En échange de l'éternité avec Toi.

_________________
"J'ai plus de souvenirs que si j'avais mille ans."

Aedan Bridewell
Sienna Roscoe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Rhiannon Gray - D'encre et de brume

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Brume d'oreiller
» La vigne,connaissez-vous le Kay Gray??
» Jorg Gray JG 6500, Ou la montre de Barack Obama
» Jorge Gray : la montre de Barack Obama
» "Alister Stella Gray" - Gray A.-H. 1894

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Malleus Maleficarum :: Start the Game :: Présentations :: Présentations validées-